Le Miracle de Bagneux

Espérer contenir la diffusion d'un variant avec les mesures prises à Bagneux est-il autre chose que la promotion d'une croyance miraculeuse ?

Informations nationales et régionales ont complaisamment rendu compte de la campagne de dépistage destinée à détecter les cas de contamination par le variant anglais du COVID 19, de la population bagnolaise (proche banlieue de Paris)*. Sans donner aucune appréciation sociale ou politique, observons les mesures adoptées en Chine pour combattre le virus:

- Isolement de villes entières,
- Isolement des quartiers urbains géré par les comités de quartier (fonctionnaire du parti et bénévoles),
- Signalement (dénonciation) des contrevenants auprès des mêmes comités de quartier,
- Contrôle par les syndics de résidences des occupants,
- Contrôle par la police aux résidences des mis en quarantaine,
- Vaccination prioritaire de la population active, obligatoire,
- Quarantaine obligatoire des entrants dans le pays,
- Mise en ligne et géolocalisation des personnes contaminées.

Face à de telles mesures, tout juste suffisantes à supprimer la diffusion du virus (voir le cas récent de Shijiazhuang), l'espoir de couper la diffusion d'une variante par la seule détection volontaire des habitants de Bagneux est-elle autre chose que la croyance en une solution miraculeuse complaisamment exposée à la population ?

* Ce n'est qu'un exemple. Il y a eu aussi le miracle des sapeurs-pompiers-de-Marseille-et-des-eaux-usées, celui de la sainte-onction-de-Nice, l'essentiel étant de convaincre que quelque chose est fait et, du point de vue local, si possible mieux qu'ailleurs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.