ornito
Chien transcaniste
Abonné·e de Mediapart

317 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 sept. 2021

Linky: le compteur qui dira non

Non information ou désinformation ? Peu de media abordent l'une des principales finalités des compteurs communicants: rendre plus chère l'énergie lorsqu'elle ne sera pas disponible.

ornito
Chien transcaniste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il suffit de se rendre sur le site d'Enedis pour se rendre des précautions oratoires, sinon des dissimulations qui entourent l'installation généralisée du compteur communicant:

"Le compteur communicant Linky est indispensable pour réaliser la transition écologique. Cet outil offre une vision plus précise du réseau électrique au quotidien et de la consommation et production nécessaires aux Français. Il facilite ainsi le développement de l’électricité renouvelable."

Ce que vous et moi comprendrons: "Enedis sera en mesure d'observer où l'énergie est nécessaire, et assurera le service correspondant".

Un peu plus inquiétant cependant:

"La maîtrise de l’énergie est devenue un impératif pour préserver les ressources de la planète. Le compteur communicant Linky permet de maîtriser sa consommation et donc sa facture. Grâce à une vision précise de sa consommation journalière sur l’espace client ou sur l’application « Enedis à mes cotés », chacun peut désormais agir sur ses habitudes et faire des économies d'énergie."

On comprend là que l'on pourra observer, sur une journée, les usages impactants et agir, dans la douceur, sur nos habitudes.

La réalité est cependant beaucoup moins enthousiasmante, et il n'est quasiment aucun media pour s'en faire le relais. La voici:

L'installation des compteurs communicants est une obligation faite par l'U.E. aux états. Elle doit précéder une autre obligation édictée par l'U.E., qui est celle faite aux fournisseurs d'énergie de proposer un contrat "heure par heure", avec lequel le prix de l'énergie sera modulé d'heure en heure en fonction de sa disponibilité et de son cours.

De tels contrats sont déjà en place dans certains pays européens. C'est le cas de l'Espagne, où ils ont des conséquences sociales importantes, et où les protestations se dirigent à présent contre le gouvernement. Les ménages modestes qui les subissent se voient fortement dissuadés de consommer lorsque le cours de l'énergie (fortement constituée de renouvelables dans ce pays) traduit l'absence de disponibilité de la ressource. Ils introduisent une fracture sociale entre les ménages qui peuvent se permettre une consommation à tout moment, et les autres, qui seront priés de fermer le bouton s'ils n'en ont pas les moyens.

Sur cette situation à notre porte, aucun débat, aucune information, comme s'il nous était possible de passer d'un modèle de production à un autre sans conséquences sociales ni réflexion politique. Cela n'est pas sans rappeler certaines mesures récentes concernant les automobilistes, et leurs conséquences sociales spectaculaires...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique