Linky: le compteur qui dira non

Non information ou désinformation ? Peu de media abordent l'une des principales finalités des compteurs communicants: rendre plus chère l'énergie lorsqu'elle ne sera pas disponible.

Il suffit de se rendre sur le site d'Enedis pour se rendre des précautions oratoires, sinon des dissimulations qui entourent l'installation généralisée du compteur communicant:

"Le compteur communicant Linky est indispensable pour réaliser la transition écologique. Cet outil offre une vision plus précise du réseau électrique au quotidien et de la consommation et production nécessaires aux Français. Il facilite ainsi le développement de l’électricité renouvelable."

Ce que vous et moi comprendrons: "Enedis sera en mesure d'observer où l'énergie est nécessaire, et assurera le service correspondant".

Un peu plus inquiétant cependant:

"La maîtrise de l’énergie est devenue un impératif pour préserver les ressources de la planète. Le compteur communicant Linky permet de maîtriser sa consommation et donc sa facture. Grâce à une vision précise de sa consommation journalière sur l’espace client ou sur l’application « Enedis à mes cotés », chacun peut désormais agir sur ses habitudes et faire des économies d'énergie."

On comprend là que l'on pourra observer, sur une journée, les usages impactants et agir, dans la douceur, sur nos habitudes.

La réalité est cependant beaucoup moins enthousiasmante, et il n'est quasiment aucun media pour s'en faire le relais. La voici:

L'installation des compteurs communicants est une obligation faite par l'U.E. aux états. Elle doit précéder une autre obligation édictée par l'U.E., qui est celle faite aux fournisseurs d'énergie de proposer un contrat "heure par heure", avec lequel le prix de l'énergie sera modulé d'heure en heure en fonction de sa disponibilité et de son cours.

De tels contrats sont déjà en place dans certains pays européens. C'est le cas de l'Espagne, où ils ont des conséquences sociales importantes, et où les protestations se dirigent à présent contre le gouvernement. Les ménages modestes qui les subissent se voient fortement dissuadés de consommer lorsque le cours de l'énergie (fortement constituée de renouvelables dans ce pays) traduit l'absence de disponibilité de la ressource. Ils introduisent une fracture sociale entre les ménages qui peuvent se permettre une consommation à tout moment, et les autres, qui seront priés de fermer le bouton s'ils n'en ont pas les moyens.

Sur cette situation à notre porte, aucun débat, aucune information, comme s'il nous était possible de passer d'un modèle de production à un autre sans conséquences sociales ni réflexion politique. Cela n'est pas sans rappeler certaines mesures récentes concernant les automobilistes, et leurs conséquences sociales spectaculaires...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.