ornito
Chien transcaniste
Abonné·e de Mediapart

323 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 sept. 2022

ornito
Chien transcaniste
Abonné·e de Mediapart

Adrien Quatennens: quelle contradiction politique ?

L'hypothèse que A. Quatennens ait commis des violences conjugales sur sa conjointe devrait invalider sa légitimité politique, pour certains. Pourtant, les deux sujets se trouvent potentiellement sur des plans radicalement différents, qui devraient interdire leur comparaison sans plus d'informations.

ornito
Chien transcaniste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'édito de Jonathan Bouchet-Petersen de Libération l'affirme: promouvoir des réformes judiciaire à l'encontre des personnes ayant commis des violences conjugales, afin de prévenir les cas de féminicides, tandis qu'on est accusé par son épouse d'en avoir soi même commis, serait un "cas de conscience", une incompatibilité "éthique".

Pourtant, rien n'indique, qu'en face de la théorie politique exposée par A. Quantennens, on ait affaire à un système comportemental qui lui serait opposé. Si, comme on peut l'imaginer, le député a - lors d'une dispute lié à une procédure de divorce - violenté sa femme, cela ne résulte pas a priori d'un système de pensée qui lui ferait paraître licite, ou du moins d'une gravité réduite, son acte. Cela n'est pas non plus nécessairement le résultat de la non-existence de la réforme judiciaire que le député dit appeler de ses voeux. En d'autres termes, on peut sincèrement appeler à de telles réformes, tout en se trouvant commettre le geste qu'elles visent à réprimer.

Il y aurait un manque d'éthique si, afin de diminuer sa responsabilité et échapper aux sanctions pénales promues, A. Quantennens niait des faits établis, ou les défendait dans le sens d'une moindre peine. Il y aurait manque d'éthique si, dans une défense reconnaissant les faits, le député argumentait qu'ils ne devraient pas conduire aux conséquences qu'il déclare, en tant que politicien, appeler de ses voeux, ou bien s'il se soustrayait aux conséquences de son acte en les dissimulant. Bref, il y aurait manque d'éthique si deux systèmes de pensées incompatibles se trouvaient simultanément défendus par la même personne.

De cela on ne sait rien. Tout au plus peut-on exiger du député qu'il nous dise s'il reconnait les faits, et s'il les reconnait, s'il pense que la justice devrait en tirer les conséquences qu'il recommande, en tant qu'homme politique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy