ornito
Chien transcaniste
Abonné·e de Mediapart

323 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2022

ornito
Chien transcaniste
Abonné·e de Mediapart

Le ministère de l'écologie est mort, vive la transition écologique

Aux rétrogrades, la transition écologique oppose d'aller toujours de l'avant.

ornito
Chien transcaniste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelle différence entre un ministère de l'écologie - version Ségolène Royal - et un ministère de la "transition écologique", version De Montchalin ou E. Borne qui l'a précédée ?
Elle est très simple: il s'agit de préséance. Alors que pour le premier les écosystèmes imposeraient à l'action politique des actions d'évitement, voire des interdits, visant à leur préservation, pour le second la transition est l'impératif, et l'écologie la nuance.
Si la transition évoque le passage d'un système complexe à un autre (qui n'est pas défini, sinon par sa nuance écologique), elle exclut implicitement de simplement revenir, rétrograder vers la vacuité technologique que représenterait l'agriculture biologique, par exemple. Elle exclut aussi la décroissance. Elle appelle, par contre, à l'usage d'une technoscience, apte à maintenir une gestion complexe et équilibrée de contraintes contradictoires, dont celle de maintenir la croissance et la préservation des milieux.
Une telle transition sera sans aucun doute compatible avec les convictions de cet autre ministre, de l'agriculture, qui qualifiait de "fous dangereux" les vegans et autres spécistes.
La transition écologique, donc, ce n'est pas s'endormir sur les lauriers de la paresseuse nature. C'est au contraire continuer de la modeler, de lui imposer nos choix, de la mettre en mouvement, à notre service.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte