ornito
Chien transcaniste
Abonné·e de Mediapart

319 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2021

Poitou-Charentes: l'armée de l'air fait main basse sur les territoires

Déplacées de Tours, où elles provoquaient la fureur des habitants, les activités militaires aériennes impactent à présent durement le polygone La Rochelle, Niort, Poitiers, Limoges, à partir de la base de Cognac-Châteaubernard.

ornito
Chien transcaniste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'argent, et en particulier les 40 milliards d'euros annuels du budget militaire et les quelques 6 milliards d'exportations de matériel militaire, peut-il tout acheter ?

Il faut le croire, si l'on en juge par le mutisme des élus régionaux qui a accompagné le déplacement des activités de la base 705 de Tours pour la base 709 de Cognac-Châteaubernard, alors que les nuisances de ces activités avaient été expérimentées sur les Tourangeaux, à tel point qu'on évoquait dernièrement une consultation pour le départ de la base.

Pour en être tout à fait sûres, la ministre des armées, Mme PARLY, et sa ministre déléguée, Mme DARRIEUSSECQ, ne manquent pas, lorsqu'elles visitent la base de Cognac, de rappeler la promesse de 130 millions d'investissements. Certains indigènes n'entendent cependant pas se laisser acheter par la verroterie des ministres et, plutôt que de faire profil bas en disant 'merci', ils pensent plutôt devoir mordre rageusement la main qui prétend les nourrir. A cet effet, ils ont créé le site BA709.FR, et se sont baptisés 'les indigènes de la 709', jugeant avoir assez subi le mépris de l'autorité militaire pour leurs existences. Ils y exposent le vécu de la population, qui expérimente depuis peu les plans militaires.

Alors que la vente de Rafale devient une grande cause nationale, et que l'aide humanitaire médiatisée de la France au gouvernement indien - qui se voit livrer sa commande de quelques 8 milliards - peine à masquer l'indécente comparaison avec l'état sanitaire du pays, que la France ambitionne de délivrer des formations en même temps qu'elle vend les appareils, que la perspective de mener une grande consolidation militaire européenne comble la mégalomanie présidentielle, les petites vies des habitants picto-charentais pèsent bien peu face au ruissellement promis. Que leur importe, pourtant, cet argent, alors qu'ils ne peuvent plus travailler, étudier, se reposer dans des conditions décentes ?

Les anglais, traditionnellement bien implantés en Aquitaine, ont tiré les premiers, et alertent à présent leurs compatriotes de la dégradation de l'environnement. Les hollandais semblent suivre, qui eux aussi ont contribué à revivifier ces contrées rurales. Qu'importe, pour certains élus qui ne jurent que par le grand barnum estival des côtes aquitaines...

Il n'y a pas qu'en Inde ou en Arabie Saoudite que l'argent des armes corrompt. Il le fait tout aussi bien sur nos territoires, en éteignant les velléités de rendre à chacun son droit. Si l'on n'est pas au Larzac (qui entendait concentrer la mainmise de l'armée sur quelques dizaines de milliers d'hectares) cette entreprise de démolition de plusieurs territoires pourrait bien être le ferment de réactions rageuses.

Charente Limousine

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis