L'escroc qui vous aimait (3): de l'usage du pignouf

Ben ça pas pas été une sinécure. Moi qui ne bois pas, il a fallu en verser du gros rouge qui tâche ! Ca n'a pas été facile de contenter une majorité. Heureusement, pour beaucoup d'entre eux, la soif justifiait les moyens, alors ils étaient pas trop regardants sur la bibine.Maintenant que c'est fait, on va pouvoir passer à autre chose.

Ben ça pas pas été une sinécure. Moi qui ne bois pas, il a fallu en verser du gros rouge qui tâche ! Ca n'a pas été facile de contenter une majorité. Heureusement, pour beaucoup d'entre eux, la soif justifiait les moyens, alors ils étaient pas trop regardants sur la bibine.Maintenant que c'est fait, on va pouvoir passer à autre chose. Ces cons de journalistes ont eu beau faire la liste de toutes les idioties qu'il m'a fallu énoncer, ou qui m'ont échappé, la mémoire des électeurs étant de quelques mois, ça me laisse le temps de me changer pour la suite du numéro.

C'est moi, maintenant, la voix de l'opposition. Alors, on va moins parler de moi, pour le moment. Plutôt du pignouf d'en face: un mec autant détesté, ça ne doit pas rester sans servir. Je sais bien, qu'en face, ils font le même calcul, et qu'ils comptent limiter les dégâts électoraux, grâce à ma supposée sale gueule. La Marine aussi, elle est contente. Alors la nullité, on va l'objectiver: elle n'aura pas de visage, mais elle en aura un - enfin, je me comprends.

Question affaires, je crains pas trop: le droit, je connais. Suffit qu'un greffier ait pêté de travers quand y fallait pas, et on annule tout. Non, y aurait plutôt à craindre du côté des collègues: est-ce qu'il s'en trouvera pas un pour balancer une saleté, le moment venu ? Pour le reste, le programme, y-a pas à s'en faire: suffit d'énoncer tout ce qu'on m'a empêché de mener à bien dans mon deuxième mandat.

J'suis sur l'autoroute. Dans le rétro.: Marine à droite; Pignouf à gauche; le chauve et le poisseux dans la valise arrière... roule, ma poule !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.