Gibier à plume: comment on prépare le ball-trap de septembre

Reportage photographique - Le gibier à plumes se raréfiant, certains agriculteurs et chasseurs collaborent pour concentrer sur des spots de chasse faisans, cailles et perdrix. Les volatiles, patiemment habitués à trouver sur ces spots nourriture et eau, parfois élevés sur les lieux ou attirés par leurs congénères, seront la cible de tirs à peu de frais à la rentrée de septembre.

C'est une coopération entre chasseurs et agriculteurs peu connue du grand public. Elle consiste à élever et attirer du gibier à plumes, sur des spots réduits, où les chasseurs pourront ensuite les trouver, à l'ouverture de la chasse. La pratique vise à compenser l'appauvrissement faunistique des campagnes, où trop souvent la suppression des haies et bosquet et les pratiques industrielles de culture ont contribué à affaiblir les populations de volatiles.

Dissémination de distributeurs de céréales © Blog Ornito Dissémination de distributeurs de céréales © Blog Ornito

Distributeurs de céréales dans une haie d'arbres (frâichement abattus par l'agriculteur) © Blog Ornito Distributeurs de céréales dans une haie d'arbres (frâichement abattus par l'agriculteur) © Blog Ornito

Une zone de quelques hectares est choisie, où subsistent haies et bosquets susceptibles d'accueillir les nichées de volatiles. La présence de cours d'eau est aussi souhaitable pour assurer un habitat optimum.
Sur cette zone, des seau distributeurs de céréales sont régulièrement disposés: en procurant une nourriture facile au gibier, ils contribueront à le fixer sur la zone.

Distributeur de grains de la fédération de chasse du Calvados © Blog Ornito Distributeur de grains de la fédération de chasse du Calvados © Blog Ornito

Pour habituer une population à la zone, ds individus sont aussi parfois élevés sur place. Une fois relâchés dans un habitat rendu favorable grâce aux distributeurs de grains, ils y demeureront pour le prochaine saison de chasse. Lors de leur séjour en cage, ils auront aussi pour avantage d'attirer leurs congénères, eux aussi fixés par la présence de nourriture et d'eau. On trouve en général dans les grandes cages des faisans. Dans d'autres, plus petites, on élève cailles ou perdrix.

Cage d'élevage installée par la fédération de chasse © Blog Ornito Cage d'élevage installée par la fédération de chasse © Blog Ornito

Cage d'élevage de faisans installée dans un champ © Blog Ornito Cage d'élevage de faisans installée dans un champ © Blog Ornito

 

Cage d'élevage de faisans installée dans un champ © Blog Ornito Cage d'élevage de faisans installée dans un champ © Blog Ornito

Ces pratiques ne contribuent pas au repeuplement des campagnes, bien au contraire. Déjà, elles n'incitent pas les exploitants agricoles à modifier leurs pratiques territoriales, en leur donnant à compenser localement et à moindre frais la perte d'habitat par ces zones de nourrissage. Ensuite, les zones concentrent les gibiers sur des espaces réduits, où ils sont facilement tirés par les chasseurs, améliorant artificiellement l'efficacité du prélèvement: les zones nourries sont chaque année dévastées, au détriment des nichées alentour.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.