ORSINOS
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2022

L’impôt au bénéfice des plus riches

Le débat public est gangrené par les idées reçues à propos de la taxation. L’impôt fait figure d’injustice et tous les libéraux y apportent un constat négatif. Parmi les personnes qui font le procès de l’impôt en France, on constate notamment les riches, les patrons et les personnalités politiques de droite.

ORSINOS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Orsinos © Clémence Rio

 
Macron s’est exprimé dernièrement à ce sujet : "Il nous faudra travailler plus et poursuivre la baisse des impôts pesant sur le travail et la production". L’occasion de comprendre le fonctionnement du système d’impôts et à qui celui-ci profite aujourd’hui.

Qu’est-ce que l’impôt et à quoi sert-il ?

Le système d’impositions en France permet notamment de financer un service public bénéficiant à tout.e.s français.e.s : les retraites, l’allocation chômage, l’assurance-maladie, le RSA, les allocations familiales, les bourses étudiantes, etc. Mais aussi la police, la justice et l’éducation gratuite. En d’autres termes : la protection sociale pour toutes et tous. 
Contrairement aux idées reçues de la droite, ces dépenses sociales ne sont pas toutes destinées à des minima sociaux. En effet si 25% concernent ces minima (comme le RSA par exemple), les 75% restant bénéficient à tout.e.s les français.e.s, qu’ils soient riches, pauvres ou de la classe moyenne.

Les différentes taxes de l’impôt

On a tendance à réduire l’impôt global à l’impôt sur le revenu : la taxe sur nos salaires bruts. Celui-ci est progressif, plus notre salaire est élevé et plus notre taxe est élevée en conséquence. Mais l’impôt sur le revenu n’est qu’une petite partie des prélèvements qui s’imposent aux français.e.s. On compte aussi différentes autres taxes comme l’impôt sur les sociétés, les cotisations sociales, l’impôt sur les productions ou encore la TVA.

La TVA : pour l’égalité mais contre l’équité

À chaque fois que nous achetons un produit quelconque, nous en payons une marge sur le prix initial. C’est ce que l’on appelle la TVA : un impôt proportionnel. Son taux est le même pour tout le monde qu’importe le niveau de revenu. Ainsi, par exemple, un français gagnant 1200€/ mois paiera le même niveau de taxes sur sa consommation qu’un français touchant 10 000€/mois. 

Cette TVA est donc largement critiquée, notamment par la gauche et ses militant.e.s, puisqu’elle ne prend pas en compte le niveau de revenu de chacun.e. C'est l’une des taxes les plus conséquentes chez les classes moyennes ; la plus grande chez les plus pauvres.

Qui paie le plus d’impôts ?

« Les riches croulent sous les impôts » ; « les pauvres n’en paient pas assez » ou encore « une grande partie des français.e.s ne paient pas d’impôt ». Nombreuses sont les idées reçues dans nos imaginaires communs. Comme nous l’avons précédemment expliqué, tout le monde paie des impôts. Par ailleurs, en cumulant toutes les différentes taxes qui constituent les impôts en France, nous arrivons au constat suivant :

L’impôt prend une part plus considérable dans le revenu des plus pauvres que dans celui des plus riches. Autrement dit, l’impôt affecte beaucoup plus les conditions de vie des plus pauvres. Les grandes richesses sont prélevées de plus grandes sommes, certes, mais ces dites sommes n’affectent que moins leur niveau de vie.

Ici de gauche à droite les différentes tranches de la population française, de la plus pauvre à la plus riche. On observe que les impôts prennent proportionnellement plus de place dans le budget de la classe moyenne et des plus pauvres. - Le Monde. Présidentielle 2022 : qui paie le plus d’impôts ? Les riches ou les pauvres ?  https://youtu.be/FTqUpolCvpk 

Une baisse des impôts, mais pour qui ?

Pour Macron, la diminution des impôts doit se poursuivre. Selon lui, l’impôt est donc déjà en baisse. Il n'a véritablement pas tort sur cette dernière idée, à quelques détails près. Depuis les années 80, on constate un basculement de la fiscalité. Les taxes sur les bénéfices des grandes entreprises et sur les plus riches ont systématiquement diminué. On notera par exemple la suppression de l’ISF (l’impôt de solidarité sur les grandes fortunes), mise en place par Macron, mais aussi la baisse de l’impôt sur les sociétés.

À l’inverse, nous avons continuellement augmenté les impôts payés par tout le monde. C’est-à-dire sur notre consommation : La TVA et l’essence en sont des exemples types. En d’autres termes, nous avons réduit l’impôt payé par les plus riches et les grandes entreprises tout en augmentant les impôts sur la consommation. Créant par ailleurs un « ras-le-bol fiscal » chez les français.e.s (via le mouvement des gilets jaunes notamment).

Le mythe de la théorie du ruissellement

Baisser les taxes des plus riches s’inscrit pour Macron dans la théorie du ruissellement, selon laquelle les réformes fiscales en faveur des plus riches profiteraient indirectement aux plus pauvres. En baisant par exemple les impôts des grandes entreprises, l’accumulation des dividendes serait réinvestie dans la société. Le secteur de l’emploi en bénéficierait, le pouvoir d’achat aussi, etc. Cette théorie n’est cependant qu’un mythe et les études sur le sujet démontrent qu’elle ne fonctionne pas.

Joe Biden, président des États-Unis, l’a d’ailleurs rappelé le 28 avril 2021 lors d’un discours devant le Congrès américain : « mes chers compatriotes, la théorie du ruissellement n’a jamais fonctionné. (…) Il est temps de faire croître l’économie à partir du bas et du milieu ». 

Le quinquennat Macron : celui des ultrariches

La baisse des impôts est donc l’une des grandes discussions qui anime la présidentielle 2022. Mais cette baisse n’a concerné jusque-là que les plus riches. Aucune diminution n’a été en faveur de la majorité des français depuis 5 ans, si ce n’est qu’une infime baisse de l’impôt sur le revenu exercée sous la pression des gilets jaunes. En cela, le quinquennat Macron a bien été celui des ultrariches. Les principaux perdants restant les plus pauvres.

Rédaction Orsinos, François Perdriau.

Retrouvez Orsinos sur Instagram juste ICI.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana