ORSINOS
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2022

La violence est-elle réellement du côté des manifestants ?

Manifeste pour la pluralité des pratiques en manifestation.

ORSINOS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Clémence Rio, François Perdriau


Les dernières manifestations et marches pour le climat ont réuni des milliers de personnes. Mais pour quels résultats ?  

La marche pour le climat (un des plus grands mouvements mondial des cinq dernières années) avait pour mots d’ordre : “aucune violence” ; “pacifisme” et “marche tranquille”. À contrario, le mouvement des Gilets Jaunes ou encore la ZAD de Notre Dame des Landes et leurs modes d’actions plus musclés ont réussi à faire plier le gouvernement.
Par sa radicalité, le mouvement Gilets Jaunes a fait reculer l’État sur certaines questions sociales, a fait parler de ses revendications à l’international et a permis de requestionner l'entièreté des partis politiques sur les problématiques des foyers actuels. La ZAD de Notre Dame des Landes s’est vue quant à elle victorieuse face à l'abandon du projet de construction de l’aéroport. 
  

Il devrait être clair que si le projet d’aéroport est désormais abandonné, c’est en grande partie grâce à celles et ceux qui ont eu le courage d'affronter, parfois “violemment”, les forces étatiques”. 

"l'abandon de ce projet [...] qui constitue une victoire pour le mouvement écologiste, découle donc en partie du recours à ce que certains qualifient, à tort ou à raison, de “violences””.

                                    Peter Gelderloos

  
Les marches pour le climat quant à elles se multiplient sans aucun effet. La plupart des mouvements sociaux et écologistes des dernières décennies échouent lamentablement, ne serait-ce qu’à freiner la catastrophe écologique et sociale en cours. Ceux-ci tiennent à respecter le principe de “non-violence” considéré par toutes et tous ou presque comme le seul moyen de lutte acceptable. Problème, face à ces mouvements pacifistes, aucune réaction des États. Plus encore, dès qu’une forme de violence est exercée durant les manifestations, celles-ci sont directement pointées par les médias et le gouvernement, animant tous deux un déconcertant mélange de peur et de dangerosité.

Cet article n’est pas un éloge de la violence en manifestation et/ou toutes autres formes de lutte. Il a pour but de repenser les protestations pacifiques considérées comme la seule forme acceptable de lutte. Toutes les protestations écologistes ne sont pas pacifistes. Nombreuses ont choisi la pluralité des tactiques de luttes et se sont révélées être des succès comme la ZAD de Notre Dame des Landes. Pourquoi donc stigmatiser la violence dans les luttes sociales ? 

La violence est multiple

Il est difficile d’établir une définition consensuelle de ce qu’est la violence. Mais les médias et les institutions ont tendance à n’intégrer qu’une seule forme dans leur définition : celle des manifestants. La violence de ceux-ci ne vise cependant que les institutions, le matériel et les lieux représentant le système capitaliste et sa perversité (agence d’intérim, agences immobilières, assurances, banques, etc). Les “casseurs” comme iels sont surnommé.e.s ciblent ainsi la dégradation des lieux symbolisant les inégalités et la violence étatique.

Les médias ne pointent à aucun moment la violence de l’État et des institutions. Cette violence n’est pas "spectaculaire", pas comme celles des manifestants. La violence de l’État est pourtant celle qui vote les lois dégradant les droits des personnes pauvres et des minorités. C’est celle stigmatisant les pauvres que l’on accuse de "profiter du système” et que l’on traite de "fainéant". De ce système découlent 9 millions de personnes en situation de pauvreté en France. Il aura par ailleurs produit un million de pauvres en plus en l’espace de dix années. De ce même système découlent 300 000 personnes sans domicile fixe en France en 2020, soit deux fois plus qu’en 2012 et trois fois plus qu’en 2001. 
Le dernier projet macroniste envisage de faire travailler les personnes éligibles au RSA (et survivant à peine avec 500€ par mois). La violence de l’État et du système capitaliste, c’est aussi d’imposer la charge de travail à 35h par semaine dans des conditions de travail toxiques, qui détruisent les corps, les usent tout en ne cessant de repousser l’âge de départ à la retraite. La violence est aussi celle des policiers et gendarmes envoyés par le pouvoir pour protéger les institutions plutôt que protéger l’humain, sans oublier de détruire les corps qui protestent. 

La violence du système capitaliste n’est pas discutable. Une seule forme en est pourtant pointée du doigt. Il n’y a que de violentes vitrines cassées, comme si la violence de notre système était acceptable, légitime et totalement normale. La violence en manifestations n’est qu’une réponse systémique au déchaînement permanent de l’État.
  

“ l’idée selon laquelle nos sociétés modernes sont moins violentes que celles qui les ont précédées est au mieux une vue de l’esprit, au pire un mensonge abject”. 

“L’État est le système le plus meurtrier de l’Histoire humaine, avec ses guerres et ses génocides, sans parler de la militarisation de sa police, de l’emprisonnement de masse, du blocage des frontières qui provoque par milliers la mort de personnes migrantes et de ses choix entraînant la destruction de la planète”

Peter Gelderloos 

  
L’Histoire met en avant les luttes non-violentes

Par le biais de Martin Luther King ou encore Gandhi et les mouvements qu’ils ont fait émerger, l'Histoire porte l'illusion que les luttes non-violentes sont les plus pertinentes.   Pourtant, si le mouvement pour la paix de Martin Luther King a permis de grandes avancées contre le racisme pour les Afro-américains, c’est en partie dû aux Black Panther et à leurs différentes actions. Pareillement pour Gandhi et l’indépendance de L’Inde. 
Cette relecture de l’histoire exclut les branches radicales des luttes pour donner raison aux mouvements non-violents. Dans l’Histoire, c’est bien la pluralité des tactiques de lutte, le soutien et la cohésion de groupe qui ont permis d’obtenir des droits et des changements structurels dans nos sociétés. Il n’y a pas de hiérarchie dans les différentes manières de protester. Par ailleurs, au cours de l’Histoire, les changements structurels ont eu tendance à survenir seulement lors de protestations non institutionnalisées sous forme d'émeutes non-organisées, de manifestations indisciplinées, de vols, de casses ou d’incendies menaçant directement les institutions défiées. 
 

“les grands acquis émancipateurs et porteurs de liberté pour l’humanité ne sont pas le fruit de procédures institutionnelles ordonnées, mais bien d’actions désordonnées, imprévues et spontanées qui ont fissuré l'ordre social de bas en haut.”

James C. Scott, Petit éloge de l’anarchisme, Lux, 2013. 

 
La non-violence protège l’État, car elle n’est que symbolique et superficielle. Les changements profonds se feront par un mix de lutte plus radicale et plus pacifique.    

Rédaction Clémence Rio et François Perdriau, ORSINOS. 

➡️ Retrouvez toutes les rédactions d’ORSINOS juste ici.

 
SOURCES : 

  • Comment la non-violence protège l’Etat. Essai sur l'efficacité des mouvements sociaux. Peter Gelderloos. Éditions LIBRE.
  • La violence et l’économie-monde capitaliste. Immanuel Wallerstein. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad avait réfuté « catégoriquement » ces accusations.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay