ORSINOS
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2022

Féminisme au Pérou, un mouvement qui peine à exister ?

L’Amérique du Sud connaît un chamboulement féministe marquant. Depuis 2015, les manifestations sont omniprésentes au Chili et en Argentine. Ce mouvement prend de la voix, de la force et inspire les féministes du monde entier (regardons la reprise du chant et de la danse des NiUnaMenos (Pas une de moins) dans les manifestations françaises et européennes).

ORSINOS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tag féministe, Cusco 2021 © Clémence Rio

Fin 2020, les féministes argentines obtenaient la légalisation de l’avortement après un long combat contre le gouvernement et les autorités. Au Mexique, en Colombie, au Chili, les mouvements féministes grossissent de plus en plus, au point que les militantes intègrent le gouvernement, les assemblées mais aussi les médias. Elles sont de plus en plus présentes pour faire rayonner leurs combats. Pourtant, un pays se fait discret dans cette explosion féministe sud-américaine : le Pérou.

Si l'on se base sur le prisme politique, le Pérou s’inscrit, tout comme ses pays voisins dans un revirement politique à gauche après l'élection du président Pedro Castillo en 2021. Dans son programme, on ne retrouve aucune mesure féministe ou LGBTQI+ comme la légalisation de l’avortement, une vraie politique de lutte contre les féminicides ou le mariage pour tous.

Le Pérou n'a pas été épargné par les féminicides. Comme dans le monde entier, leurs nombres ont explosé durant la pandémie. Ici, une femme disparaît toutes les trois heures. Durant le mois de Mars 2020 c'est 471 femmes qui sont décédées ou disparu. La plupart des féminicides sont enregistrés sous l'étiquette "disparition". La police est souvent reconnue coupable de négligence quand il s'agit d'enquête concernant la disparition de femmes même mineures.

Une des figures marquantes du mouvement des violences faites aux femmes péruviennes est Arlette Contreras. En 2015, une vidéo circule sur les réseaux sociaux où l'on voit son compagnon de l'époque la tirer par les cheveux et la frapper dans le couloir d'un hôtel. Suite à cela, elle porte plainte et perd plusieurs fois son procès pour violences conjugales et tentative de meurtre malgré les vidéos comme preuve. Face à cette justice sexiste, elle fonde la version péruvienne du mouvement Ni Una Menos et entre en politique pour mettre au premier plan la problématique des violences faites aux femmes au Pérou. La vidéo et les décisions de justice ont créé de vives réactions au Pérou. Certaines femmes ont pris la parole, mais le mouvement n'a pas pris foule dans les rues.

La présence du mouvement féministe péruvien sur les réseaux sociaux est peu importante et se limite à sa tranche la plus radicale.

Religion et poids du patriarcat

La religion a ici une place très importante et reste très influente même en politique. Pedro Castillo, président de gauche radicale, refuse toute avancée majeure pour les droits des femmes et LGBTQI+ dû à ses convictions religieuses évangélistes. L'Église Évangéliste est tellement puissante qu'il est difficile de se revendiquer féministe et de militer au Pérou. Les pressions sociétales, mais aussi familiales et sociales ont un fort impact sur toute volonté d’émancipation féminine.

Le patriarcat est omniprésent même dans les organisations syndicales. Ces espaces de luttes ne sont pas épargnés par le sexisme. L’intégration des femmes dans les luttes sociales reste très limitée (pourtant pour faire grossir les chiffres des grévistes/manifestants, les syndicalistes sont heureux de les compter parmi eux). Rares sont les syndicats qui font des efforts et qui permettent aux femmes d’obtenir des postes clés. Si certains ont créé « une commission des femmes » au sein de leur syndicat, elle ne donne aucun pouvoir et ne sert qu'à donner une image progressiste.  Donner l'impression d'une mixité d'une manière superficielle et illusoire.

Le poids du patriarcat et de la religion est tellement puissant qu'il obstrue toute possibilité au mouvement d'émerger. Le chemin est assez lent et à surtout peu de visibilité médiatique pour créer quelque chose de global. 

Clémence Rio avec la participation de François Perdriau

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS