ORSINOS
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 févr. 2022

Pourquoi Mélenchon

Le second tour Macron-Le Pen de 2017 raisonne dans toutes les têtes des militant.e.s de gauche à l'aube de cette présidentielle 2022. Quand tous les militant.e.s hésitaient entre trahir leurs convictions en votant le candidat Macron pour bloquer l'extrême droite. Les prochaines élections laissent entrevoir un scénario similaire. Elles ont de quoi faire monter un sentiment d'inquiétude prégnant.

ORSINOS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Luc Mélenchon se dédouble en hologramme à Paris. © Capture d’écran Public Sénat


Pour l'instant, aucun.e candidat.e de gauche ne passe l'étape du second tour. La France repart sur 5 années d'un gouvernement de droite libérale, liberticide et inégalitaire. La gauche est éclatée en un nombre de candidats bien trop important et aucun ne fédère assez pour espérer, à l’heure actuelle, d’un candidat au second tour. Il y a de quoi s’inquiéter sérieusement. 
Que reste-t-il aux militant.e.s de gauche face à cette élection ? Voter utile ? Voter selon ses convictions en abandonnant l’idée d’une gauche au 2nd tour ? Voter utile en démocratie et se sentir contraint de réfléchir « stratégie » pour que ses idées soient représentées au second tour est bien la preuve que le système de la Vème République arrive à bout de souffle et que le système électoral actuel n’est qu’un ersatz de démocratie.

« Ma personne est sacrée »

Si l’on en croit les sondages (forts critiquables nous sommes d’accord), le seul candidat de gauche ayant une réelle chance d’accéder au second tour est Jean-Luc Mélenchon. Le candidat reste bien critiquable sur plusieurs points. On passera notamment ses réactions face à la perquisition des locaux de LFI ou ses sorties un peu colériques. Mais reconnaissons qu’il n’y a aujourd’hui pas de candidatures avec plus d’envergure et de légitimité à gauche que celle de Mélenchon.

Ceci n’est pas un éloge du candidat, il faut cependant admettre qu’il tient le programme le plus cohérent aux valeurs de la gauche, qu’il porte un vrai projet de refonte de notre société et une vraie volonté de lutte contre les inégalités. 
Peu importe l’image que peut tenir Mélenchon auprès d’une part des électeurs : « trop colérique » ; « agressif » ; « pas sympathique » ; nous votons pour un programme et pour un futur gouvernement. Mélenchon n’est que la personnification d’un ensemble d’idées et c’est bien son programme et son entourage qui reste fondamental.

L’union de la gauche c’est lui 

La campagne de JLM porte aujourd’hui les seuls espoirs de la gauche au second tour. Le PS est mort et ne rassemble plus que 1,5 à 3% d’intention de vote. Les Verts de Jadot sont en déclin et ne restent pas crédible pour accéder au 2nd tour. - Les verts représentent d’ailleurs le choix de l’écologie. Voter cependant un parti pro-capitaliste à tendance libérale est peut-être le choix le moins écolo que l’on puisse faire -. La campagne de Taubira prend l’eau et ne rassemble pas comme elle l’aurait voulu. À deux mois des élections elle n’a d’ailleurs toujours pas de programme clair. On notera aussi une certaine droitisation de tous ces partis de gauche qui expriment de plus en plus d’idées appartenants à la droite traditionnelle. Dans ce contexte, les militant.e.s de gauche ont des difficultés à se retrouver derrière un candidat. Mélenchon, dans ce qu’il propose, est bien le seul « gros » candidat toujours en accord avec les idées fondamentales de la gauche.

Le choix stratégique 

Le choix de Jean-Luc Mélenchon est un choix stratégique, le « vote utile » comme il est entendu de plus en plus dans les médias. Dans un contexte où le vote utile n’en serait pas, où chacun voterait selon ses convictions, nous voterions des partis de gauche plus radicaux : le NPA de Philippe Poutou ou Révolution Permanente d’Anasse Kazib qui porte les mêmes idées anticapitalistes et militantes que celles que nous portons. Le choix de Mélenchon n’est cependant pas anodin. La France Insoumise garde un programme globalement en accord avec la gauche radicale. La possible élection de Mélenchon à la présidentielle de 2022 est aussi importante pour tous ces petits partis anticapitaliste. Mélenchon est une porte d’entrée crédible pour la société française au renouveau, aux idées anticapitalistes et au changement profond de notre société et République. C’est l’ouverture rêvée (s’il applique son programme) pour une approche plus radicale du changement.

Rédaction par Clémence Rio & François Perdriau - Orsinos

Retrouvez Orsinos juste ICI

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA