ORSINOS
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2022

La parole des femmes péruviennes

Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Jhoselyn Acosta militante féministe.

ORSINOS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tag Carthagène des Indes, 2021 © Clémence Rio

Le mouvement féministe existe tout de même, bien que plus minime et s'organise petit à petit pour prendre de plus en plus de place. 

Pour ça, j'ai été interroger la militante Jhoselyn Acosta travaillant pour l'association féministe Demus Péru pour mieux comprendre le mouvement mais aussi ses futurs enjeux.

Le féminisme péruvien et ses spécificités 

Pour Jhoselyn Acosta, l'une des premières étapes est de : "décentraliser le féminisme des villes et créer des antennes régionales incluant les femmes des Andes et d'Amazonie". Le Pérou étant un pays immense et très disparate avec de nombreuses ethnies, les problématiques sont diverses. Le féminisme urbain, comme elle le définit, n'est pas du tout inclusif des femmes issues des régions rurales. 

 Jhoselyn Acosta revient sur les privilèges d'être militante à Lima (ville pas du tout représentative du reste du Pérou) : " En tant que féministe, je comprends la colère et le désir d’absolument tout vouloir brûler. Mais je comprends que certaines ont besoin de temps pour réfléchir et assimiler le féminisme." Cette différence d'éducation, de comprendre le sexisme de la société et sa violence qui en découle ne se fait pas de la même manière chez toutes. Comme Jhoselyn Acosta le dit "Tout le monde n'a pas accès aux théories féministes, mais aussi d'identifier la violence du système".

Le mouvement est donc en pleine émergence pour trouver " sa propre identité, tout en apprenant sans cesse". 

Mur Bogotá, 2021 © Clémence Rio

Les violences patriarcales, réel enjeux 

Le mouvement féministe péruvien se construit sur l'expérience des femmes sur les violences qu'elles subissent. Les féminicides sont une problématique ultra importante et l'inaction des gouvernements précédents et actuels n'arrangent rien. Pour Jhoselyn Acosta "le féminisme est un outil pour combattre la société actuelle". Pour elle, c'est le mouvement ultime qui combat à la fois le patriarcat, le capitalisme et toute forme de violences systémiques de nos sociétés actuelles.

Les féministes péruviennes militent en essayant d'occuper les espaces, de communiquer (par tag dans les rues, sur les réseaux sociaux), mais militent aussi à travers l'art et d'autres formes plus subtiles. Leurs outils diffèrent peu des autres pays. La plupart des militantes sont très présentes sur les réseaux sociaux, cela permet de communiquer entre elle (de se soutenir) mais aussi de faire des actions virales en particulier sur Twitter. 

 Jhoselyn Acosta admet que sur les réseaux sociaux elles peuvent être "plus agressives et utiliser un langage et des mots plus poussés pour se définir dans le mouvement féministe et en tant que féministe".

Colonisation de la pensée féministe 

La plupart des outils sociologiques et la définition même du féminisme ont été pensés et créées par les femmes occidentales. Pour Jhoselyn Acosta "le féminisme urbain, le féminisme occidental colonise les pensées et n'est pas le reflet de toutes les réalités". 

Je pense qu'on a notre rôle à jouer pour soutenir les femmes péruviennes, même en Europe. Iels faut qu'on pense plus inclusif, qu'on repense nos bases théoriques et nos croyances car iels ont été avant tout pensé.e.s pour des femmes blanches occidentales. Notre vision du féminisme ne peut pas se transposer à l'échelle mondiale.

Clémence Rio avec la participation de François Perdriau

Interview réalisée en anglais et traduite par Rio Clémence

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine