oskar
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2022

Électricité d'État, non merci !

La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.

oskar
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Electricité d'Etat, non merci!

Le niveau atteint par les prix de l’électricité sur le marché a conduit l’Etat à intervenir pour que le budget des ménages ne soit pas trop impacté, cette année au moins. Le prix de l’électricité augmente de 35 % sur le marché mais la hausse sera limitée à 4%. C’est promis ! Pour y parvenir, l’Etat oblige EDF (entreprise qu’il détient à 80%) à livrer aux fournisseurs concurrents un volume plus important de l’électricité issue des centrales nucléaires. On parle d’un surplus de 20 TWh, qui s’ajoutent aux 100 TWh livrés annuellement. Cette électricité sera vendue au prix régulé de 46,2€/MWh alors que le MWh a pu s’échanger récemment sur le marché jusqu’à 600 €.

La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. C’est l’occasion pour certains responsables politiques de redire que le libéralisme européen devant lequel l’Etat français a dû plier (malgré le référendum de 2005 !) est a priori coupable.

Le libéralisme a plein de défauts, et il ne s’agit surtout pas ici de l’ériger en modèle, mais en faire la critique ne nous exempte pas d’expliquer sérieusement et prudemment comment les choses pourraient ou devraient fonctionner. Ce n’est pas vraiment ce que font les thuriféraires de la filière électro-nucléaire française.

Boostés par la labellisation du nucléaire comme « énergie de transition », utile pour lutter contre le changement climatique, ils s’en donnent à cœur joie sur les réseaux sociaux et dans les médias. Leur slogan de ralliement : nous n’en serions pas là, si nous avions continué à confier la production, la distribution et la fourniture électrique à notre opérateur national et public, EDF.

Toutes les évolutions récentes (ouverture du marché à d’autres fournisseurs, production d’énergie renouvelable décentralisée, régulation par des instances indépendantes du gouvernement) ont eu le tort, selon eux, de miner ce qui faisait notre force et que le rétroviseur nous présente sous des aspects appropriés en pleine campagne présidentielle : souveraineté, indépendance, sécurité d’approvisionnement, service public, électricité bon marché, fleuron industriel, planification étatique.

Ce discours techno/pro-nucléaire/ centralisateur qui vole au secours d’EDF mobilise des leviers rhétoriques qui le rendent aussi insupportable que n’importe quelle propagande. On ne peut contester les données qui lui servent de caution factuelle partielle.

Oui, l’électricité d’origine nucléaire est très peu carbonée. Oui, au regard de notre train de vie énergétique, nous sommes dépendants, et pour des années encore, du socle de production, constant et régulier, qui nous est assuré par les centrales nucléaires. Mais, simultanément, on néglige avec beaucoup de mauvaise foi les faits embarrassants qui doivent aussi retenir l’attention : retards invraisemblables pris dans la construction de l’EPR de Flamanville (à rapprocher de l’urgence climatique), coûts multipliés par 10 (à rapprocher de la promesse d’une électricité bon marché), maintenance pour le moins mal « programmée » des 10 réacteurs aujourd’hui à l’arrêt (à rapprocher de l’éloge de la planification), gestion plus que problématique des déchets radioactifs.

On se lamente sur les pertes d’EDF, on accuse les fournisseurs alternatifs de s’enrichir sur le dos de notre EDF nationale, alors que nombre de ces entreprises récentes ont déjà mis la clef sous la porte ou craignent de ne pas pouvoir passer l’année.

Pour la défense de notre fleuron industriel, ce discours joue par ailleurs sur deux tableaux, qui sont, à vrai dire, le résultat des demi-mesures de l’Etat français dans le domaine de l’énergie. D’un côté, EDF est censée incarner une politique nationale, publique, capable de nous protéger des aléas du marché.

De l’autre, on déplore que EDF ait à se sacrifier pour ses concurrents, que sa rentabilité soit mise à mal par le mécanisme de l’ARENH (accès régulé à l’électricité nucléaire historique) et que son action perde des points en bourse.

Quelle est donc cette EDF que l’on veut sauver ?

Celle qui, dès la libéralisation des marchés, en a profité pour s’exporter à l’étranger ? Celle qui s’est construite comme une authentique holding en multipliant les filiales et qui a tout intérêt à pouvoir vendre l’électricité qu’elle produit, et qu’elle se réserve, au prix actuel du marché ? Ou bien, cherche-t-on à sanctuariser l’EDF dont on vante la vocation quasiment sociale en satisfaisant à bas prix les besoins électriques de la population française, tout en incitant aux économies d’énergie ? Mais dans ce cas, pourquoi se soucier des pertes, de la rentabilité, de la bourse, et des concurrents – puisqu’au nom de l’intérêt général et de l’intérêt supérieur de la nation, l’Etat, et les citoyens-consommateurs, paieront « quoi qu’il en coûte ».

Il est probable que les précédentes critiques seront balayées d’un revers d’opinion par tous ceux qui ont réponse à tout dès qu’il s’agit du nucléaire ou de la défense d’EDF. Le principal reproche qu’il faut adresser à leur propagande est toutefois de commencer par ne rien dire des problèmes qu’il s’agirait pourtant de commencer par poser si on veut réellement parler de l’avenir du système énergétique.

Qu’on nous explique en effet en quoi l’électricité relève d’un service public !

Qu’on nous explique du même coup de quel service et de quel public on parle !

Qu’on nous montre en quoi l’électricité n’est pas une marchandise comme une autre – mais un bien commun comme on l’entend désormais ! Qu’on nous permette de comprendre comment l’Etat peut à la fois miser sur une politique de l’offre d’électricité (répondre aux besoins grâce à une production industrielle) et invoquer la nécessité d’économiser l’énergie.

Ces questions semblent être superflues parce qu’elles ont déjà « une fois » obtenu leurs réponses. Et c’est bien le problème politique et philosophique que posent défense et éloge actuels tant de la filière électro-nucléaire que de EDF. On nous parle en effet d’une EDF, service public, opérateur national intégré, comme si cette référence historique suffisait encore à exemplifier les notions de public, de service public, d’intérêt général, de régulation.

En dépit de la littérature existante à ce sujet, on oublie donc du même coup de rappeler que la création de l’opérateur national de l’électricité est associée au contexte historique de l’après-guerre, qu’elle s’est traduite par la disparition des nombreuses régies locales qui assuraient auparavant tout autant un service public de la production et de la distribution de l’électricité. Que cet opérateur national ait joué un grand rôle dans le développement économique et politique de la France des trente glorieuses, il faut bien l’avoir à l’esprit pour constater précisément que notre situation n’est plus celle-ci.

Qui voudrait aujourd’hui d’un service public de l’électricité qui répéterait ce que nous avons connu dans l’histoire, à savoir une production industrielle centralisée assortie d’un monopole de la distribution et de la fourniture ?

N’oublions pas qu’il n’y a pas si longtemps encore il était interdit de produire de l’électricité pour son propre compte. Qu’en pensent tous les particuliers qui ont mis des panneaux photovoltaïques sur le toit de leur maison ? Qu’en pensent les collectivités et les entreprises qui ont développé des stratégies d’autoconsommation et qui font preuve d’inventivité dans ce domaine ?

Il est probable que ces acteurs n’ont pas encore de réponse claire à cette question (pourquoi donc se préoccuper de la production de l’électricité ou de l’énergie que je consomme « alors qu’il y a EDF » ?). Mais c’est bien ce qui fait l’intérêt de la situation et qui doit nous inciter à repousser le couvercle « service public-national-centralisé » dont certains voudraient la recouvrir.

Le philosophe américain John Dewey expliquait que l’Etat et ses agences ont pour fonction de protéger l’intérêt commun autour duquel « un public » se constitue. Il expliquait aussi que l’Etat, qui naît pourtant toujours d’une configuration particulière, a tendance à oublier l’intérêt commun dont il tire sa justification. L’Etat tend donc à s’accaparer la référence au public comme s’il en était le principe. Ce qui est vrai de l’Etat l’est encore plus d’un opérateur national comme EDF.

Il n’y a aucune raison de croire que cette entreprise, quoi qu’on dise d’elle, représente la seule version d’une structure au service d’un public dans le domaine de l’électricité. Il est plus raisonnable et plus intéressant de penser que l’électricité et que les enjeux énergétiques en général « attendent » encore leurs publics. Plutôt que d’incriminer le marché et de se lamenter sur les torts qu’on fait subir à EDF, il convient aujourd’hui de faire émerger ces intérêts communs qui donneront lieu à de nouveaux publics.

C’est à quoi travaillent déjà localement des collectivités mais aussi de jeunes entreprises prometteuses. 

Philippe Eon, philosophe, auteur de L’énergie, une pierre de touche philosophique, Essai sur la dépendance énergétique, Presses de l’Université Laval, 2021.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA