Otrava Gamas
Résistant à la dictature chaviste de mon pays: Venezuela
Abonné·e de Mediapart

221 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mai 2018

Nicaragua: comment en sommes nous arrivés là

Afin de comprendre la toile de fond de la mobilisation sociale contre le gouvernement Ortega-Murillo au Nicaragua, nous publions ci-dessous des notes complémentaires d’Oscar René Vargas à son article intitulé: «Un tournant politique et social, dans le cadre de nouveaux rapports de forces». (Réd. A l’Encontre)

Otrava Gamas
Résistant à la dictature chaviste de mon pays: Venezuela
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Oscar René Vargas

On pourrait dire qu’il y a plusieurs facteurs. Je vais énumérer les plus significatifs, sans les hiérarchiser.

1- Les promesses illusoires répétées vendues à la population mais jamais réalisées. En fin de compte, les citoyens et citoyennes ont cessé de croire ce que le gouvernement disait. Que ce soit à propos du Canal trans-océanique, de l’incendie de la raffinerie sur la côte pacifique, promesse depuis 2012 du lancement d’un satellite, les péripéties relatives à la construction d’une usine d’aluminium, etc. Tous ces engagements trompeurs sont devenus un problème pour le gouvernement.

2- La question environnementale et de l’eau potable. La destruction des forêts: Bosawás, Dipilto, Chinandega, Indio Maíz; la contamination de l’eau potable dans la région de Chinandega, León, Lago Cocibolca, ainsi que les lacs de Masaya, Tiscapa, Xiolá, etc. Ces problèmes ont été dénoncés au fil des ans. L’éclatement du considérable incendie qui a touché la réserve biologique Indio Maíz (située dans le sud-est du Nicaragua, en bordure du fleuve San Juan et d’une surface de 2700 kilomètres carrés), et l’impéritie du gouvernement, a fait apparaître la dégradation environnement comme un problème à l’échelle du pays et non plus local.

3- Les fraudes électorales répétées en 2016 et 2017. L’abstentionnisme des citoyens était une modalité d’expression de leur mécontentement. Le gouvernement a mal interprété le message: il pensait qu’il s’agissait d’apathie et non d’un rejet silencieux de la fraude électorale.

4- L’élection à la vice-présidence de Rosario Murillo [épouse de Daniel Ortega] a été une déclaration interprétée comme ouvrant la possibilité d’une nouvelle dynastie. C’est pourquoi cet événement inséré dans la conscience historique a rappelé l’existence de la dynastie Somoza. Le pire, c’est que Rosario Murillo a fait construire des chayopalos [des faux «arbres» décoratifs, dits «arbres de vie»] qui ont été interprétés comme une manifestation d’arrogance et de dépenses inutiles. [Ce n’est pas un hasard s’ils ont été sciés et renversés lors des dernières manifestations.]

5- La corruption, l’argent envoyé par le pouvoir vénézuélien, l’enrichissement inexplicable de nombreux fonctionnaires. L’impunité accordée à tous les cas dénoncés et rapportés par les médias. Le gaspillage de l’argent vénézuélien. Le Nicaragua a perdu une occasion historique d’effectuer un progrès dans son développement si cet argent avait été investi rationnellement.

6- Les effets des mesures économiques que le gouvernement a appliquées tout au long de la période 2007-2018 avec des conséquences qui sont devenues évidentes: chômage, emploi informel, pauvreté, inégalité sociale, concentration des richesses, etc.

7- Une stratégie erronée reposant sur la croyance qu’il suffisait d’avoir établi une alliance avec le grand capital et de placer dans une position subordonnée les dirigeants des partis faisant de la figuration et ayant un statut de parasite.

8- La goutte qui a fait déborder le vase: la contre-réforme de l’Institut national de sécurité sociale (INSS), qui impliquait une baisse des allocations pour les retraités et une augmentation des cotisations pour les salariés et les employeurs. (Managua, 25 avril 2018; traduction A l’Encontre)

https://alencontre.org/ameriques/amelat/nicaragua/nicaragua-comment-en-sommes-nous-arrives-la.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie