Otrava Gamas
Résistant à la dictature chaviste de mon pays: Venezuela
Abonné·e de Mediapart

221 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 avr. 2018

Otrava Gamas
Résistant à la dictature chaviste de mon pays: Venezuela
Abonné·e de Mediapart

Venezuela Infos: Maduro - 5 ans de désastres en chiffres.

Otrava Gamas
Résistant à la dictature chaviste de mon pays: Venezuela
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 14 avril prochain, cela fera cinq ans de la douteuse victoire du président Nicolás Maduro. Durant sa gestion, il a continué sur la voie du Socialisme du Siècle XXI, modèle basé en politiques économiques de contrôle administratif, centralisation des pouvoirs et refus de la propriété privée, entre autres aberrations.
En décembre 2013, lorsque le baril de pétrole coûtait en moyenne 97,31US$ et que Chávez abandonne ses fonctions pour se faire opérer d’un cancer qu’il essayait de maintenir secret, les principaux indicateurs économiques, sociaux et géopolitiques indiquaient déjà le déclin d’un modèle qui avait réussi à se maintenir à flots, grâce à des subventions erratiques et disproportionnés.
Même si Maduro insiste à accuser de la crise actuelle la « guerre économique » organisée contre lui, tous les indicateurs ne font que confirmer que le Socialisme du Siècle XXI est un échec.
Malgré que la non publication des chiffres officiels qui est devenu une politique d’Etat depuis les temps de Chávez, nous allons analyser les données qui reflètent l’étendu de la crise socio-économique de ces cinq dernières années.

PRODUCTION:
A la fermeture de l’année 2017, le Venezuela a cumulé 4 années de suite de contraction économique. Selon Christine Lagarde, directrice du FMI, l’économie vénézuélienne s’est contractée de 40% entre 2014 et 2017. Selon les chiffres de Conindustrias, au second semestre 2013 les industries nationales tournaient à 53,9% de leurs capacités, pour le second semestre 2017, ce chiffre a chuté au 34,8%

PRODUCTION PÉTROLIÈRE :
Selon les chiffres apportés par le Venezuela a l’OPEP, la production pétrolière vénézuélienne est passé d’une moyenne de 2754 mil barils par jour (MDB) en avril 2013 à 1769 MBD en janvier 2018, et à 1560 MBD en mars 2018, ce qui équivaut à une chute de 43,4% par rapport à avril 2013

AFFAIRES:
Le rapport Doing Business de la Banque Mondiale a classé en 2013 le Venezuela comme la sixième pire économie, en position 180 sur un total de 185 pays. Pour 2018 le Venezuela a chuté à la position 188 sur 190.

CHANGE: entre le 15 avril 2013 et mars et le 23 mars 2018, le change officiel du Bolívar est passé de 8,21/€ à 61.169,03/€, ce qui place la dévaluation de la monnaie à 310.000% en à peine cinq ans.

RÉSERVES INTERNATIONALES: les chiffres officiels de la Banque Centrale du Venezuela reflètent qu’entre le lundi 15 avril 2013 et le lundi 2 avril 2018, les réserves internationales sont passées de US$ 25.863 millions à US$ 9.583 millions. Ceci représente une perte du 62,9% des réserves internationales.

LIQUIDITÉ MONÉTAIRE:
Les chiffres de la Banque Centrale du Venezuela montrent qu’entre le 12 avril 2013 et le 23 mars 2018, la liquidité monétaire (M2) a été multipliée par 513 en passant de 761 milliards de bolívares a 391 billions. Pourtant, le pouvoir d’achat de chaque bolívar a été énormément réduit à cause de l’inflation. Pire, les monnaies et billets sont insuffisants pour les transactions du quotidien: tandis que fin avril 2013 les monnaies et billets représentaient 11,5% du M2, fin janvier ils n’étaient que du 5,6% du M2. Supposant qu’entre février et mars il n’y aura pas de nouveaux billets en circulation et prenant en compte l’augmentation du M2, la chute proportionnelle le placera à 2,3%

INFLATION: Selon la Commission de Finances de l’Assemblée Nationale, l’inflation a fermé l’année 2017 à 2.616% et pour février 2018 elle avait déjà dépassé 6.000%. Ce n’est donc pas surprenant qu’entre avril 2013 et février 2018, le coût du Panier Alimentaire Familial (Canasta Alimentaria Familiar CAF) et du Panier Basique Familial - Les deux mesurés par le Cendas-FVM - se sont multipliés par 6.890 et 5.046 respectivement.

Panier Alimentaire familial: . C’est un ensemble de 60 produits alimentaires de base pour une famille composée par 5 personnes, répartis en onze groupes:
1.- Céréales et dérivés
2.- Viandes et dérivés
3.- Poissons et produits de la mer
4.- Lait, fromages, œufs
5.- huiles et graisses
6.- Fruits et légumes
7.- Racines et tubercules
8.- Graines et oléagineuses
9,- Sucres et dérivés
10.- Produits manufacturés
11.- Boissons non alcoolisées.
Le Panier Basique Familial, en plus de l’alimentaire il regroupe tous les biens et services, tels que sévices publiques, logements, santé, hygiène, entretien et habillement.

SALAIRE MINIMUM ET POUVOIR D’ACHAT: depuis que Maduro a pris le pouvoir en avril 2013, il a approuvé une vingtaine d’augmentations du salaire minimum, ainsi qu’une bonne dizaine d’augmentation des bons alimentaires. Et pourtant, en février 2018 sont nécessaires un peu plus de 151 salaires minimums pour couvrir le coût du Panier Alimentaire Familial, tandis qu’en avril 2013, il n’en fallait que trois. Quand au Bon Alimentaire, qui est un bénéfice des travailleurs vénézuéliens, sans incidence sur leurs prestations et charges sociales, les familles ont besoin en 2018 de 47 revenus mensuels pour couvrir le coût du panier Alimentaire, tandis qu’en avril 2013 il en fallait un peu moins de deux.

PAUVRETÉ ET INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE:
Selon l’enquête des Conditions de vie  ENCOVI réalisée par les trois principales universités du pays - Universidad Central de Venezuela UCV, Universidad Católica Andres Bello UCAB et Universidad Simón Bolívar USB - la pauvreté pour revenus en 2017 est du 87%, et l’analyse des données met en évidence que 30% correspond à une pauvreté chronique et que 58% a une pauvreté récente. En plus, 9 de chaque 10 vénézuéliens ne sont pas en mesure de payer leurs aliments au quotidien. 10 millions de personnes prennent 2 repas, voir 1 repas par jour et 6 de 10 vénézuéliens ont perdu en moyenne 11,4 kilo l’année dernière.

SYSTEME DE SANTÉ PUBLIQUE:
Selon le Rapport National des Hôpitaux, en 2017 au moins 75% des hôpitaux du pays présentent une insuffisance dans le stock des médicaments, matériel médical et chirurgical, cathéters et sondes; 71% de défaillances dans les services d’échographie; 89% de défaillances dans les services de laboratoires, radios et tomographies. En plus, 51% des blocs opératoires sont hors service et des 25.909 lit existant dans le pays, selon chiffres du Ministère de la Santé - bien loin des 93.085 lits préconisés par l’OMS - 39% sont hors service.

Au vu des chiffres- on ne peut que conclure aux désastreuses conséquences dans tous les aspects de la vie des vénézuéliens que représente le « Socialisme du siècle XXI ». Tant que les stratégies du régime ne s’aligneront pas avec les réels besoins et priorités des citoyens, ce qui ne paraît pas être le cas, la crise ne fera que s’approfondir et ce modèle social et économique ne fera qu’aggraver l’échec dans lequel il s’est embourbé, aggravant encore plus les conditions de vie de 30 millions de vénézuéliens.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant