Otrava Gamas
Résistant à la dictature chaviste de mon pays: Venezuela
Abonné·e de Mediapart

221 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 sept. 2017

Otrava Gamas
Résistant à la dictature chaviste de mon pays: Venezuela
Abonné·e de Mediapart

Venezuela Infos: la famine menace les quartiers pauvres

Notre envoyé spécial au Venezuela a pu mesurer l'ampleur de la crise qui frappe le pays en voyant la malnutrition qui touche les enfants dans les barrios de la capitale, Caracas.

Otrava Gamas
Résistant à la dictature chaviste de mon pays: Venezuela
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les enfants crient, ils ont faim. Pour beaucoup d'entre eux, le repas que leur prépare Mariella dans sa petite maison de brique et de tôle transformée en cantine sera le seul de la journée. Ici, dans la favela du barrio de La Vega de Caracas, c'est une association qui apporte les vivres chaque midi. Au menu : purée de pommes de terre, bananes, saucisses. Chacun s'installe à son tour sur les tables en plastique d'un des quartiers les plus pauvres de la capitale, minée par la crise qui dure depuis plusieurs mois.

"La viande ? Je ne la vois qu'en photo." Pour la plupart d'entre eux, leur famille ne peut plus subvenir aux besoins, en raison des prix qui ont flambé. "À la maison, on n'a que des pâtes, du riz ou du manioc", se plaint Niver, 12 ans. Certaines mères de famille racontent même se priver de repas certains jours pour que leurs enfants puissent manger. "Avant, pour toute la famille, je faisais un kilo de riz. Maintenant, je ne peux faire que 500 grammes. On est neuf, et c'est tout juste de quoi survivre. La viande ? Je ne la vois qu'en photo", ironise Gabriella, l'une de ces mères. La viande est en effet devenue un produit de luxe. Un kilo de poulet coûte aujourd'hui un huitième du salaire minimum et il faudrait 19 Smic à une famille pour se procurer le panier alimentaire le plus basique.

Carences. Faute d'alimentation complète et équilibrée, les carences apparaissent. L'un des enfants que suit l'association inquiète Natacha, la nutritionniste : "Il a un an et ne pèse que quatre kilos alors qu'il devrait en peser au moins huit ou neuf. C'est très grave. Mais il faut vraiment qu'on l'aide, on peut le sauver." Le programme mis en place par l'association parvient à nourrir 900 enfants, une goutte d'eau dans l'océan de pauvreté qu'est Caracas. "C'est le gouvernement qui devrait aider ces gens. Mais selon eux, il n'y a pas de malnutrition au Venezuela, il n'y a même pas de crise ici. Alors que cette malnutrition est réelle, partout. Il faut agir !", lance la coordinatrice de l'association, Andrea Vavaro. Chez les moins de 5 ans, la malnutrition explose dans tout le pays. Elle dépasse désormais le seuil de crise.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — International
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Journal — Sports
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — Terrorisme
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel