Venezuela Infos: situation catastrophique du secteur éducatif

Depuis le début de l'année, des milliers d'enfants et de jeunes ont abandonné les salles de classe dans les écoles, les collèges et les universités au Venezuela, en raison de nombreux facteurs liés à la crise économique, ce qui a déclenché des alarmes dans le secteur de l'éducation dont plusieurs indicateurs se trouvent dans le rouge.

img-0423

Depuis le début de l'année, des milliers d'enfants et de jeunes ont abandonné les salles de classe dans les écoles, les collèges et les universités au Venezuela, en raison de nombreux facteurs liés à la crise économique, ce qui a déclenché des alarmes dans le secteur de l'éducation dont plusieurs indicateurs se trouvent dans le rouge.

Le secrétaire à l'éducation de l'état de Miranda, Juan Maragall a déclaré à l'agence Efe que "seulement" environ 10 000 enfants ont quitté les classes cette année: 9% au niveau scolaires et 13% en secondaire.

"Si on fait une projection sur tout le Venezuela, à l'échelle nationale, aurait pu abandonner l'école environ 560 000 étudiants cette année", a déclaré le responsable qui attribue cette désertification à de multiples raisons, y compris le coût et la pénurie de la nourriture, ainsi que les problèmes avec les transports en commun.

Maragall souligne que certaines écoles de Miranda rapportent que, dans leurs environnements, il y a des affrontements entre gangs avec des armes à feu et explique que ces conflits sont «permanents et déstabilisent la sécurité de la zone», donc la peur pour la sécurité de leurs enfants que l'état ne peux pas garantir est la principale motivation pour les parents de ne pas envoyer leurs enfants à l'école.

Le 18 septembre dernier, jour de la rentrée scolaire , la fréquentation moyenne des étudiants à Miranda était de l’ordre de 17%, a déclaré le secrétaire qui a déterminé que l'absentéisme quotidien moyen dans les écoles et les lycées du pays est de l'ordre du 20%.

À l'échelle nationale, l'année scolaire a débuté avec 251 180 étudiants en éducation initiale, primaire et secondaire, selon les chiffres annoncés par Elías Jaua, ministre de l'Éducation, qui a placé le nombre d'étudiants inscrits au total à 7.195.335 ce qui contraste avec les 7,446,515 rapportés en janvier par son prédécesseur, Rodolfo Pérez.

Jaua a souligné que l'inscription totale «doit actuellement en évolution », car les systèmes d'inscription restent «ouverts pratiquement jusqu'en janvier, et un nombre important d'inscriptions ont lieu à ce moment là».

Cependant, la Fédération vénézuélienne des enseignantes et des enseignants (FVM) a déclaré qu'elle ne connaissait pas le lieu le sort du quart de million d'étudiants manquants selon les chiffres annoncés par le ministère, et a exprimé son inquiétude en dénonçant la détérioration de plus de 90% des écoles l'éducation et l'inaction du gouvernement Nicolas Maduro à cet égard.

Le scénario dans les maisons de l'enseignement supérieur est semblable à déclaré à l’agence Efe, le secrétaire de l'Université centrale du Venezuela (UCV), Amalio Belmonte, qui a dénonce que la situation économique et sociale du pays "exclut les niveaux élevés d'éducation à une grande partie de la société ".

Il a déclaré que chaque année, l'UCV produit environ 400 documents telles que les notes certifiées aux étudiants - avec ou sans études complètes - qui abandonnent les salles de classe pour rentrer dans le monde du travail, ou qui se voient dans la necessié de reporter leurs études ou, dans une plus grande mesure, qu'ils prévoient émigrer et «essayer leur chance dans d'autres pays ".

"Nous recevons entre 50 et 100 demandes de ce type chaque mois (...), et c’est de même dans toutes les universités du pays, Puisque je communique avec mes collègues secrétaires et qu'ils constatent les mêmes phénomènes inquiétants (...) ces jeunes se sentent exclus de leur propre pays ", at-il déclaré.

En outre, la cursus académique a perdu de son attrait dans la mesure où les enseignants ont vu leur pouvoir d'achat diminuer, entraînant la démission d’enseignants, des demandes de congé sans solde, les concours de nouveaux postes vacants ont été abandonnés et il y a une vague de départs à la retraite.

Le président de l'Association des enseignants de l'UCV, Víctor Márquez, a déclaré à l’agence Efe qu'environ 30% du personnel enseignant a été touché par cette situation.

Le président Maduro a déclaré ce mois-ci que 76% de l'éducation dans le pays est "gratuite et de qualité" et a appelé son gouvernement à faire un effort pour remettre sur le chemin de l’ecole 10% de cette population qui, selon lui, n'est pas intégrée dans aucun programme éducatif.

Les sources consultées par EFE conviennent sur le fait que l'exemption du versement d'un paiement mensuel pour les parents, ne suffit pas, affirment-ils, que la crise actuelle, avec une inflation de 366,1% cette année, rend «presque impossible» et dans certains "impossible" de maintenir un enfant ou un jeune dans une salle de classe.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.