Marchand de salade

La sonnerie du téléphone retentit dans la maison comme une déflagration qui me fait sursauter. Pour y mettre fin, je saisis le combiné sans vérifier au préalable le numéro qui s’affiche sur l’écran car à cette heure de la soirée on a souvent affaire à des marchands de salade (ou de rhubarbe) qui cherchent, par de savantes techniques marketing bien rodées, à vous vendre tout et n’importe quoi.

Le loup dans le panier à salade Le loup dans le panier à salade
Trop tard, c’est bien un marchand de salade-rhubarbe que j’ai au bout du fil! D’une voix percutante, celui-ci se présente : «Bonjour!  Je suis Laurent Wauquiez... » D’une seule traite, d’un souffle oserais-je dire, (vieille technique de marketing quiconsiste à empêcher toute réplique, voire toute pensée de l’interlocuteur, et bien sûr je ne capte pas encore qu’il s’agit d’une bande organisée, heu non je veux dire enregistrée !) il me complimente d’abord sur ma belle région, l’Isère, qu’il m’affirme bien connaître, et très vite essaie de me vendre ses salades : rien de moins que des portiques de sécurité et des caméras de surveillance de la plus haute technologie qui me protégeront efficacement des vilains terroristes, surtout, ajoute-t-il, qu’il compte - ça c’est le bonus - armer toutes nos polices municipales, on n’est jamais assez prudents contre l’envahisseur! Puis, il me parle de tous ces assistés qui vivent au crochet de l’état et qui sont un vrai « cancer » pour notre société, et m’annonce dans la foulée qu’il va supprimer les formations aux métiers du cirque et des marionnettistes, décidément trop fantaisistes (dégénérés peut-être ?), préférant à la place financer de vrais jobs. Il me confie aussi son intention d’abroger la loi initiée par Madame Taubira sur le mariage pour tous. Après un blabla sur l’immigration qui englobe pêle-mêle les clandestins, les réfugiés et les terroristes musulmans avérés ou en devenir (car chez tout musulman, sommeille un terroriste, c’est bien connu), il termine son discours en m’assurant qu’il n’augmentera pas les impôts régionaux, argument imparable qui a dû en séduire plus d’un, je le reconnais (les 40 % de votes exprimés - à son profit - dans ma commune l’ont je crois confirmé).

Ce coup de fil impromptu et inhabituel m’a d’abord amusée puis mise sérieusement en colère quand j’ai réalisé que tous les thèmes que ce monsieur utilisait pour sa campagne électorale étaient ceux du Front National qui en a fait depuis toujours son fonds de commerce : diviser la population, chômeurs contre travailleurs, étrangers contre autochtones, et distiller le soupçon, la peur de l’autre pour mieux régner. N’est-ce-pas là de la concurrence déloyale monsieur Wauquiez ? Vous me direz, entre droite extrême et extrême-droite, il y a fatalement, peut-être même délibérément, un risque de confusion.

Et d’abord depuis quand se permet-on d’appeler les gens chez eux pour faire de la propagande électorale. Comment a-t-on obtenu mon numéro, comment m’a-t-on ciblée, et sur quels critères ? Est-ce légal ? Cette opération de marketing électorale a-t-elle un coût ?

En menant ma petite enquête je découvre que beaucoup d’autres se sont plaints de ces nouvelles et écœurantes méthodes électorales, comme le rapporte le site de Jean-Jack Queyranne, président sortant PS de Rhône-Alpes. Je vous laisse en juger par vous-mêmes :

LA PROPAGANDE SANS LIMITE DE MONSIEUR WAUQUIEZ

Depuis plusieurs jours, la presse a consacré de nombreux articles aux méthodes très particulières employées par Monsieur Wauquiez pour faire campagne.

La multiplication des irrégularités constatées jusqu’à aujourd’hui n’est plus anecdotique. Elle témoigne de la fébrilité de Monsieur Wauquiez et elle inquiète sur sa profonde méconnaissance du droit, alors qu’il est toujours maître des requêtes au Conseil d’Etat :

– message envoyé par Monsieur Jérôme Moroge, Maire de Pierre-Bénite et candidat sur la liste de Laurent Wauquiez, indiquant que son cabinet, rémunéré par des fonds publics, était chargé de la collecte de procurations en faveur de Monsieur Wauquiez.

– message envoyé par un cadre de l’Ecole de Ski Français invitant, logo à l’appui, les membres de l’association à participer à une réunion publique de Laurent Wauquiez et de Gilles Chabert. Nous rappelons que Gilles Chabert, candidat sur la liste de Laurent Wauquiez, préside le Syndicat national des moniteurs du ski français qui regroupe notamment l’Ecole de Ski Français qui compte 17 000 adhérents.

– publication sur la page Facebook de la mairie de Bourg-Saint-Andéol d’un courrier du Maire de cette ville invitant à voter pour Monsieur Wauquiez.

– distribution sur table, entre deux délibérations, par les services municipaux, en conseil municipal de la Ville de Gannat dans l’Allier, d’un courrier de Monsieur Wauquiez.

Surtout, depuis plusieurs semaines, beaucoup de nos concitoyens se sont émus de recevoir, sur leurs adresses professionnelles ou personnelles, des messages de propagande électorale de Monsieur Wauquiez.

Les équipes de Laurent Wauquiez ont indiqué à la presse que ces fichiers, pourtant massifs, avaient été constitués manuellement.

Nous avons de sérieuses raisons de douter de cette affirmation. La plupart des agriculteurs, des artisans, des commerçants, des étudiants de notre Région ou encore des élus municipaux, des agents de l’Etat, des agents de la Région Rhône-Alpes ou d’autres collectivités ont reçu des messages de propagande de Monsieur Wauquiez.

Ces données appartiennent à des organismes publics ou ayant une mission de service public, comme les chambres d’agriculture ou les chambres de commerce et d’artisanat. Leur utilisation à des fins électorales s’apparenterait à une véritable tricherie et le cas échéant, à un délit.

Dans l’immédiat, une plainte est déposée ce jour pour détournement de données publiques et le préfet de Région est saisi des affaires relatives aux données des agents de l’Etat utilisées.

En tout état de cause, nous avons rassemblé l’ensemble de ces éléments graves et concordants. Notre avocat en fera usage, le moment venu, pour que les juridictions concernées se prononcent sur ces pratiques contraires aux usages républicains et, le cas échéant, illégales.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.