#01 PILOTE

Ce week-end, les élections présidentielles ont eu lieu en Mauritanie. Des élections courues d'avance: le pouvoir a mis en place un dispositif devant faciliter la victoire de son dauphin, coûte que coûte. Mais suite à l'annonce prématurée du résultat, des émeutes ont éclaté, et l'opposition fait front commun contre le pouvoir. En France, certains se frottent déjà les mains ...

 

PILOTE: EXPLICATIONS

 

Bien que je soit né en France, j’ai toujours eu une attache sentimentale et émotionnelle envers mon pays d’origine: la Mauritanie. C’est la première raison pour laquelle j’ai décidé de me lancer sur ce blog. Au lendemain des élections, je veux jeter de la lumière sur ce pays dont on parle rarement en France. Et pourtant, il y a des choses à dire, notamment sur la mentalité néo-colonialiste des élites françaises qui fréquentent et viennent aider ponctuellement un régime accusé de régulièrement enfreindre les Droits de l’Homme.

Je ne peux rester insensible à la situation en cours au Soudan. Nombre des amis ont des origines soudanaises, et les Mauritaniens et les Soudanais ont historiquement une attache culturelle. C’est un peuple fier et digne, qui paye avec son sang le prix de la liberté. C’est leur courage qui m’a inspiré à prendre la parole.

Le peuple mauritanien n’est pas belliqueux, et pourtant ils ont des raisons de l’être, compte tenu du bilan catastrophique du président Mohamed Ould Abdel Aziz, un tyran de la pire espèce qui a placé son fidèle ami à la tête du pouvoir. Une manœuvre très démocratique.

 La police a utilisé du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants.

 

 Mais Aziz avait déjà montré très tôt ses tendances despotiques. Pour commencer, il a trahi -en organisant un coup d’État- le premier président démocratiquement élu de la Mauritanie. Il en était pourtant le chef d’État Major. Ensuite, son bilan est marqué par des magouilles honteuses et quasiment quotidiennes. Il a notamment pactisé avec Al-Qaeda au Maghreb (AQMI) et échangé avec Oussama Ben Laden pour s’accorder à leur verser une somme annuelle en échange d’une stabilité intérieure.
Et en même temps(), il fait passer des lois liberticides et ultra-autoritaires sous le joug inébranlable de « la lutte anti-terroriste ». Ce discours que l’on entend déjà en France est d’autant plus inquiétant en Mauritanie. La population est moins éduquée, plus vulnérable, et doit se préoccuper d’urgences plus immédiates, comme l’accès à l’eau et à la nourriture.

Tous ces méfaits se déroulent avec le silence coupable de la France, qui ne remet pas en cause ses relations avec la Mauritanie et Aziz. Je dirais même plus: la caste politique française participe activement à ce que Aziz se maintienne au pouvoir d’une façon ou d’une autre.


Ces réseaux sont bien implantés dans les institutions françaises. Certains députés mènent une diplomatie parallèle à celle de l'exécutif en poursuivant leurs intérêts personnels. À savoir, s’enrichir facilement. Cela a toujours l’objectif français en Afrique, la France ayant activement contribué à des coups d’États et des renversements forcés de présidents démocratiquement élus, quand ces derniers allaient activement à l’encontre des intérêts coloniaux.

Des manifestants montrent une affiche de l'un des candidats de l'opposition, Biram Dah Abeid.

Députés, juges, avocats, … , les nouveaux colons sont plus discrets, et s’immiscent de manière plus indirecte dans les affaires de l’État. Mais le régime Aziz -désormais incarné par sa marionnette Ghazouani- fait appel à des spécialistes du renseignement en France pour diriger le pays d’une main de fer. Ils s'attaquent notamment aux opposants en ligne.

Par précaution, je me garderais de dévoiler mon identité. Surtout que j’ai encore de la famille en Mauritanie.

Rendez-vous dans 24 heures pour un premier article sur le résultat des élections. 


X. Ould.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.