OUMAR NDIAYE
citoyen engagé, pas corrompu et actif
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 sept. 2011

POUR PROTESTER CONTRE LE REGIME DE WADE LA DIASPORA SENEGALAISE MARCHERA DANS PARIS LE 24 SEPTEMBRE 2011 - COMMUNIQUE

OUMAR NDIAYE
citoyen engagé, pas corrompu et actif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le règne de Abdoulaye Wade est assurément marqué du sceau de la mal gouvernance, des tripatouillages de la Constitution, de la destruction du tissu économique et social, de la gabegie et du détournement et de l’accaparement des ressources publiques en toute impunité par un clan, de la hausse effrénée des prix, du rationnement de l’électricité, des inondations dans lesquelles vivent des milliers de sénégalais et du désespoir inaugurant l’ère des suicides par le feu et maintenant des manifestations populaires spontanées après les vagues d’émigration sauvage sur des embarcations de fortunes.

Nous marchons pour dire NON :

NON A UN 3EME MANDAT DE WADE : la Constitution le lui interdit

Alors que les sénégalais viennent de lui signaler, avec fracas, durant l’été, leur opposition à son projet de dévolution monarchique, aux tripatouillages constitutionnels et sa candidature à l’élection présidentielle de 2012, Abdoulaye Wade, semble faire fi de la volonté populaire et s’obstine à vouloir tordre le coup à la Constitution dont les dispositions, de l’avis de tous les spécialistes sérieux, lui interdisent clairement de briguer un 3ème mandat. L’entêtement de Wade présage de lendemains funestes pour le pays si rien n’est fait pour arrêter sa folle fuite en avant.

NON A LA TAXE SUR LES APPELS ENTRANTS : Les émigrés ne sont pas des vaches à lait

Après avoir paupérisé les consommateurs du Sénégal, Wade veut s’en prendre au portefeuille des émigrés en surtaxant les appels que nous faisons vers le Sénégal. Cette taxe illégale, contreproductive et inopportune à la gestion nébuleuse et aux desseins inavoués est destinée à renflouer les caisses personnelles d’un clan avide de ressources pour financer des dépenses somptuaires et inutiles ou des manifestations politiques.

La Diaspora massivement présente au Consulat du Sénégal à Paris avait déjà, le 31 mai 2011, dit NON à la Taxe sur les appels entrants et a bruyamment exprimé son opposition à cette taxe qui en fait la vache à lait du régime parasite de Wade.

NON AU RATIONNEMENT DE L’ELECTRICITE : où sont passés nos 1500 milliards

Après avoir englouti 800 milliards depuis 2000 et pour soi disant financer un plan dit Takkal (« que jaillisse la lumière ») de résolution du problème lancinant de l’énergie Wade a permis à son super Ministre de fils, Karim Wade, de hausser les prix et de collecter 700 autres milliards rien que durant 2011, sans résultats apparents puisque le rationnement de l’électricité et les coupures ont redoublé d’intensité obérant la productivité des entreprises et le bien être des populations. Qu’ont-ils fait de tous ces milliards ?

NON A UN AUTRE NAUFRAGE : après le Joola, le Sénégal !

Ce mois de septembre nous permet de rappeler que si les américains ont leur 11 septembre, les sénégalais ont leur 26 Septembre.

Parce qu’il avait préféré rénover à coup de dizaines de milliards son avion, la Pointe de Sangomar dont on ne sait ce qu’il est devenu depuis qu’il a été remplacé par l’ancien avion de Sarkozy, après avoir refusé 500 millions quand il s’est agi d’acquérir deux moteurs pour le bateau « Le Joola » dont le naufrage a fait plus de 2 000 victimes, Wade a causé la plus grande catastrophe maritime mondiale un 26 septembre 2002.

Abdoulaye Wade n’a pourtant pas hésité à décaisser ensuite 600 millions pour rénover la vedette présidentielle qui relie Dakar à Gorée. Cet exemple et bien d’autres, démontrent si besoin en était que Wade, depuis 2000, pose des actes qui finiront par causer une catastrophe nationale pire que celui du Joola : le naufrage du pays.

Pour éviter au Sénégal le syndrome du printemps arabe ou pire le syndrome Ivoirien, nous, sénégalais de France en particulier et émigrés en général qui contribuons pour beaucoup dans la stabilité et la paix sociale au Sénégal, disons ASSEZ ! WADE DEGAGE.

Signé : Mouvement du 23 juin - Société civile - Partis membres de Benoo Siggil Senegal France

Itinéraire : Trocadéro (Parvis des droits de l’homme) –> Avenue Paul Doumer –> Rue Vineuse (Résidence de Wade) –

Rassemblement à 14H Place du Trocadéro

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille