Ousmane Timera
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 févr. 2015

Un mois après les attentats: réponse citoyenne des musulmans

Ousmane Timera
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 «Répandez la paix» (Le Prophète Mohammed)

Nous, issus de la majorité silencieuse et citoyenne

Nous musulmans,

Avons le cœur en peine. Face à l'inhumain, les mots se défilent et se faufilent dans le silence, devant la tâche immense de donner corps à la tristesse qui nous habite. Si le meurtre d'une âme selon le Coran équivaut à celui de l'humanité entière, qu'en est-il lorsque les victimes du terrorisme se comptent par dizaine de milliers dans le monde et qu'il touche directement 17 de nos concitoyens? Nous avons mal à l'humain, mal à notre France.

Ces actes contraires aux préceptes du Coran et à la foi islamique, de la part de groupes sectaires qui se drapent frauduleusement du manteau de l'islam,doivent être fermement condamnés et combattus. Leur combat n’est pas celui de l’Islam. Ils n’ont aucune légitimité et représentativité pour se prévaloir de notre foi, des enseignements du Noble Coran et agir prétendument en notre nom. L’Islam ne se conçoit pas et ne se défend pas en dehors de la culture et de la pratique de la paix et de la tolérance.

Cette haine aveugle a pris il y a un mois, le visage d'un groupe de jeunes égarés, en déperdition et en perte de repères qui se réclament d’un enseignement dévoyé et fondamentalement anti-islamique. Il s'agit d'enseignements sectaires et dangereux qui contreviennent outrageusement à l'enseignement du Coran, à l'exemple du Prophète, au bon sens et à la tolérance, tel que l’écrasante majorité des musulmans, dans leur diversité, les comprennent et les vivent quotidiennement. Le combat contre cet obscurantisme incombe aujourd'hui à tous les hommes et femmes de conscience, en premier lieu, à nous musulmans. Cela nous incombe au nom même de la révélation coranique qui proclame le principe intemporel de la liberté de conscience face à la tyrannie et l'oppression: «Il ne peut y avoir de contrainte en matière de religion» (Coran sourate 2/ Signe 256); «Si Dieu l'avait voulu tous les hommes seraient croyants. Est-ce donc à toi de les contraindre jusqu'à ce qu'ils le soient?!» ( Coran, sourate 10/ Signe 99).

Personne ne doit en effet être inquiété ou tué pour l'expression de ses idées, sa religion ou son origine, quelles qu'elles soient. Les collaborateurs de «Charlie Hebdo», les policiers, les agents municipaux et les otages de l'hyper-cacher, sont les victimes malheureuses qui viennent s'ajouter à la longue liste d'enfants, de femmes et d'hommes, de New-York au Nigeria, de Paris à Islamabad, d'un terrorisme qui ne fait aucune distinction de couleur, d'origine ou de religion entre ses victimes. Contre l'intolérance et la violence, nous nous tenons avec nos sœurs et frères en humanité pour dire oui à la fraternité universelle et à l'égalité réelle, qui manquent tant à notre monde ainsi qu'à nos sociétés. La diversité de notre nation: c'est ce que ces terribles attentats ont mis en évidence à travers les victimes et les héros qui s'y opposèrent. L'origine ne dit rien sur les actes. Nous sommes ce que nous faisons.

Ainsi, nous, musulmans de France, au nom de l'Islam et de notre commune humanité, sommes dans l'obligation d'être l'avant-garde de cette lutte pour la dignité humaine, contre toutes les idéologies de la haine, religieuse ou populiste, qu'elles soient en cravate ou enturbannées. Les extrémistes de tout bord sont les alliés objectifs d'une même logique: «ceux qui ne sont pas avec nous, sont contre nous».C'est cette pensée binaire et dogmatique qui est l'origine du mal. Il nous faut prendre, devant les désirs d'empire, le parti de l'humanité qui respire.Il en va de l'avenir de tous.Or l'absence de vision politique, dans notre pays, fait le lit de sa division et de son délitement. La désignation d'un ennemi intérieur qui serait le musulman, le juif et l'immigré ne sont pas de nature à sortir notre nation de la crise par le haut. Le moment exige non l'uniformisation identitaire mais le génie de la contribution diverse et mutuelle. Le projet doit remplacer le rejet. Quiconque connaît l'histoire entrevoit les futures déportations et nettoyages ethniques, dont les signes avant-coureurs ont tout d'un coup, mine de rien, fait irruption dans le débat public. C'est nous mener à nouveau vers «l’étrange défaite».Sauf qu'elle sera cette fois définitive. Les intellectuels, les religieux, les dirigeants financiers et leurs gestionnaires politiques ainsi que les médias, se doivent de se mettre à la hauteur des enjeux.

Aussi, pour donner à notre Nation française le sursaut qui sied à la nature des défis, nous, citoyens et musulmans français, devant l'humanité:

  • Témoignons que la France est la patrie de tous ses habitants et qu'elle est de fait multiculturelle et multiconfessionnelle.Que cela est une richesse pour notre Nation, qui ne peut que féconder son unité ainsi que son rayonnement, si nous savons donner à cette diversité le terreau de ses maillages dans les valeurs universelles qui la fondent.

  • Que Dieu n'est ni musulman, ni chrétien, ni juif. Il n'est pas noir ou blanc. Il est l'Absolu et la tendresse qui fait notre infini et humanité. Le sens qui dit notre unité et diversité. Le déni de l'autre et l'injustice ne peuvent se faire en son nom.

  • Que toutes les traditions religieuses et philosophiques ne sont que les voies multiples de l’expérience humaine. Elles traduisent la quête naturelle de Dieu et/ou du sens. L’atteinte de la vérité ultime n'est pas de/dans ce monde. Seule sa recherche dans la fidélité et le dépassement, incombe à notre humanité.

  • En conséquence, nous témoignons que le cœur de toutes les spiritualités bat dans le même sens:celui de l'humanité de l'homme et de sa transcendance. Nous appelons à la cohérence de nos actes avec nos principes. Que chacun soit le meilleur de ce qu'enseigne sa voie, pour le bien-être de tous.

  • Que les êtres humains sont frères. Qu'ils forment une seule race et famille.Que nos différences fondent nos échanges et évolutions mutuels. Nous dénonçons le racisme et l’intolérance qui sont un cancer pour l'humanité.Nous témoignons et déclarons qu'il ne peut y avoir de prospérité, ni de paix sans partage. Sans solidarité, la devise «liberté, égalité, fraternité» reste un slogan inopérant.

  • Nous témoignons, conformément aux enseignements du Coran, à l'aune des finalités éthiques qui irradient tous les champs de l'action humaine et les relie sans les confondre, que la distinction des autorités et la séparation des pouvoirs, notamment religieux, politiques et financiers, est le cadre qui sied à toute bonne gestion d'une société de citoyens égaux et libres,où chacun participe à la gestion de la cité et sa défense. Aussi:

-La référence libre à une croyance religieuse ou philosophique particulière, pour la conduite de sa vie, tant en public qu'en privé, doit rester à l'abri de toute forme de pression ou de répression.

-La référence collective dans les orientations de la cité et les décisions politiques, quant à elle, ne peut être que l’émanation du choix libre des peuples et citoyens.

  • Nous déclarons, de ce fait, que la laïcité de l’État français, dans le sens de sa neutralité religieuse, telle que définie par la loi de 1905,est lagarante des libertés individuelles et publiques et de la participation égalitaire aux affaires de la Nation. Nous demandons l'application de la loi en sa lettre et esprit, en conformité avec la déclaration universelle des droits de l'Homme, sans discrimination aucune, notamment d'ordre religieuse ou ethnique.

  • Enfin, nous déclarons la paix à toutes les femmes et à tous les hommes, et croyons en la dignité intrinsèque de l’être humain. Face à l'horreur du terrorisme et du racisme, nous répondons par la conscience et l'audace. Oui, l'audace de la foi en des jours meilleurs, par l'effort et la résistance au quotidien pour plus d'intelligence et de partage. C'est le rêve que nous semons. À chacun d'entre nous, maintenant, d'en être le héros. Pour nous l'histoire parlera.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige