Blesser

J'ai l'autre jour poussé une amie à bout. Il fallait que  je comprenne, pourquoi elle et un couple d'amis étaient fachés. J'ai compris que quoi que responsable de la division, la rancune du couple était bien supérieure au mal qu'elle avait pu maladroitement commettre. Blesser et être blessé, l'esprit humain est complexe. Ils n'étaient pas ennemis, mais peu à peu ils le sont devenus. À force de petits mots et de petites phrases lâchés pour amener l'autre dans une réalité qui n'est pas la sienne, on fini par détruire ce qui était auparavant une amitié. Les amis sont comme ils sont, il ne faut pas chercher à les modifier. On les aime telles qu'ils sont même si à nos yeux ils se trompent sur certains points.

Je ne suis pas neutre dans l'histoire, en me comportant ainsi je cherchais moi aussi à comprendre quelque chose sur moi même. Je lui en voulais de nous séparer, alors que nous aurions pu être tous réunis. La tenace rancune du couple en était la raison, la blessure infligée à petite dose par elle-même la cause. Ils sont irréconciliables, faut il l'accepter?

J'ai découvert un esprit fragile, orgueilleux, qui se sent menacé, c'est notre lot à tous, le fond de notre nature humaine.

Ceci m'amène à la nature du moi. Ou est il situé au fond de l'esprit humain. Pour le Bouddhiste il masque la nature du réel, il contient l'esprit dans l'illusion. Il faut donc Soulever les différentes couches pour qu'apparaisse l'esprit. Pour Krishnamurti il est un voile qu'il faut retirer totalement, il faut l'annihiler, mais en l'observant, en l'étudiant, en étant attentif à ses pièges, ainsi sans que la volonté n'entre en jeu, il se dissoud et disparaît. Selon moi, le moi est notre partie humaine, il se joue de l'âme qui est occultée par sa trop envahissante présence. L'âme éternelle n'est pas à mon sens ce que l'on entend en général par ce mot. La définir est difficile, c'est notre part immortelle. Elle cohabite avec l'esprit humain, elle essaie tant bien que mal d'exercer sur celui-ci une influence positive, mais elle échoue la plupart du temps, submerger par l'agressivité humaine et corrompue par cette intelligence éprise de réussite matérielle. C'est pourquoi il faut écouter en soi pour laisser l'âme apparaître et effacer progressivement l'égo si humain.

Si je parle de l'égo c'est qu'il est le responsable du drâme qui s'est joué entre mes amis maintenant séparés et irréconciliables, à moins que chacun entreprenne une recherche au fond de lui-même pour laisser le pardon entrer en eux. L'esprit humain compétitif, assoiffé de réussite, uniquement occupé de son propre sort engendre en nous une terrible souffrance, qui pousse certains au suicide, parce qu'ils ont échoués, que l'adversaire triomphant à démontré sa toute puissance; il ignore que la triste corruption de son âme sera difficile à soigner.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.