C'est dur d'être aimé par des cons !

Ils doivent être pliés de rire à vous entendre les pleurer, vous : politiques, journaleux, curé, imans, militaires, beaufs de province, gens de Paris et gens du commun...Bref tous ceux qu'ils n'avaient de cesse de ridiculiser,  rassemblés main dans la main et larme à l'oeil : "Nous sommes tous des Charlie !"  C'est à mourir de rire ! Même dans leur plus grand délire ils n'auraient pu imaginer fin plus grandguignolesque ! Et pourtant ils s'y connaissaient, les pépères dans le grotesque, leur plume n'était jamais trempée dans l'eau tiède, non, rien que du brutal du premier degré, bien lourd, moitiè cul, moitiè beauf, complétement frappadingue. Mais voir les plus hautes autorités musulmanes, qui les avaient traînés devant la justice s'incliner sur leurs maudits cercueils, ça fait quand même un choc... Et puis toutes ces messes ! Il ne manque plus que les honneurs militaires avec discours présidentiel et hommage de la Marine pour que la farce soit totale. Il faut vous rendre à l'évidence, vous, les récupérateurs de tous poils semblables aux crapules qui sur les champs de batailles Napoléoniennes pillaient les corps des soldats morts : on ne peut pas rendre hommage aux 12 défunts sans être de sacrés salopards. Comme disait Cabu : "c'est dur d'être aimé par des cons".

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.