Spectacles

Désolé de ne pas pleurer avec vous mes amis crocodiles mais j'ai les neurones miroirs en rade. Je réserve mes larmes pour la tragi-comédie à venir celle que l'on nous prépare dans les ministères et les salles de rédaction, les grandes messes d'enterrement, célébrations posthumes et discours compassés. La vérité sortira du puits voilée, sa burqa aux chevilles coiffée du bonnet phrygien.

Pain béni pour politiquards véreux et plumitifs en mal de reconnaissances officielles. Je m'assois et j'attends. J'attends votre feu d'artifice, faux-culs des quartiers chics et hypocrites de salon. j'attends les déclarations va-t-en guerre, les "sécurité, égalité, muti-culturalité", les "je-vous-aime-mon-frère-moi-non-plus", les "vivre-ensemble-dans-les-ensembles", les "partageons-votre-pain-quotidien" j'attends vos minutes de silence en milieu scolaire hostile...Allez-y franchement; plus c'est gros, plus c'est drôle. Après je pleurerai sur votre bêtise, longtemps, longtemps...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.