Oxfam France
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 juil. 2022

Je reviens du Niger

Le rapport 2022 de la FAO sur l’insécurité alimentaire publié aujourd'hui indique que 828 millions de personnes ont souffert de la faim en 2021. Il s'agit d'une augmentation de 150 millions depuis l'apparition de la pandémie de COVID-19. Parmi les pays qui enregistrant le plus d’appels humanitaires, le Niger. Un texte signé Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France, de retour du pays.

Oxfam France
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Près du fleuve Niger à Niamey, un petit pont est perdu au milieu d’un lit asséché. Moustapha, maraicher depuis son enfance, m’a raconté l’histoire de ce pont : autrefois, il permettait de traverser un kori, ces oueds de la saison des pluies. Le lit faisait à son maximum 70 mètres de largeur. Désormais c’est plus de 300 mètres tellement les pluies sont devenues violentes. Aujourd’hui l’alternance de longues sécheresses et de pluies violentes qui ravinent les terres menace toutes les cultures maraichères, et l’alimentation des familles qui en dépendent. De plus, quand les pluies arrivent elles sont parfois si violentes qu’elles changent les cours d’eaux et détruisent les terres cultivables. Ce sont ce témoignage d’un climat du passé et les conséquences du changement climatique que racontent ce pont. Il ne connecte plus rien ni personne. Sa présence est la preuve du dérèglement et de son inexorabilité. 

A mon retour du Niger, et lorsque certains tentent de banaliser la canicule en France, je ne peux m’empêcher de penser à ces femmes et ces hommes que j’ai pu rencontrer il y a quelques semaines et qui sont confrontés des épisodes de sécheresse et températures en hausse (jusqu’à 45° ces jours-ci) des récoltes en chute libre (-37% de la production céréalière par rapport à 2020) et par des augmentations jusqu’à 62% des prix des denrées alimentaires de base. Aujourd’hui, plus de 3 millions et demi de personnes sont en insécurité alimentaire au Niger. 

La crise alimentaire actuelle met en lumière – et pour la troisième fois en moins de 15 ans - les dysfonctionnements structurels du système alimentaire mondial (forte dépendance de certains pays aux importations et aux soubresauts des marchés mondiaux, concurrence sur les ressources etc.). Il est urgent de soutenir davantage les projets d’agriculture paysanne et agro-écologique dans la région du Sahel mais aussi de combler le déficit de financement de 4 milliards de dollars de l’appel des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest. 

Dans un récent rapport, Oxfam révélait que les besoins financiers humanitaires, liés à des catastrophes climatiques extrêmes, avaient augmenté de 800% ces vingt dernières années. Parmi les onze pays enregistrant le plus d’appels humanitaires (plus de dix chacun), trois se situent dans la région du Sahel : le Burkina Faso, le Tchad et le Niger. Pourtant depuis 2017, les pays riches – à l’origine d’environ 92% des émissions historiques excédentaires de CO2 – n’ont apporté que la moitié (52%) des sommes requises par ces appels. 

L’augmentation de la fréquence et de l’intensité des événements climatiques extrêmes accroit les pressions qui s’exercent sur un système humanitaire déjà débordé et sous-financé, aggravant aussi les inégalités. Les droits des femmes et les progrès en matière d’égalité des genres sont menacés à chaque nouvelle catastrophe. 80% des personnes déplacées en raison des changements climatiques sont des femmes. Par ailleurs, les appels humanitaires ne couvrent qu’une part infime du coût réel des pertes et dommages infligés par le changement climatique à cette région, sans parler des pertes non économiques comme les décès, la dégradation des modes de vie et les destructions culturelles. 

Il est bien sûr nécessaire d’apporter une aide humanitaire d’urgence afin de sauver des vies, mais aussi de financer ces pertes et dommages et d’aider à développer des alternatives, comme celle menée par Maimouna. Fondatrice d’une coopérative crémière, productrice de fromages et yaourts à base de lait local, elle explique le lien entre ses difficultés de production actuelles et le manque accru d’alimentation des vaches d’année en année. 

Aux côtés des coopératives de maraîchers installées aux alentours de Niamey, le défi de l’eau se découvre dans toute sa cruauté. Fati, maraîchère de longue date, m’a fait visiter les plantations communautaires de moringa et d’oignons. Elle m’a montré que les pompes ne sont plus assez puissantes pour remonter l’eau du puit et qu’il a fallu en creuser un en parallèle, plus bas, sur lequel est posé la pompe. Les pluies ne sont plus au rendez-vous, ce qui fait maigrir les récoltes, le bétail et augmenter les prix des denrées déjà élevé. Le constat est clair pour elle : « Les années avec très peu de pluie étaient les années extraordinaires. Aujourd’hui l’extraordinaire est devenu la norme ». 

Face à cela, la France a un rôle à jouer. Elle est un des principaux partenaires de ce pays, un des rares à y investir diplomatiquement, financièrement et militairement. Mais elle doit adapter son logiciel, au Niger et dans tout le Sahel : répondre d’abord aux besoins des populations, valoriser davantage les initiatives et la diversité de la société civile. La France doit écouter les Nigériens, les Sahéliens. Une nouvelle approche de la politique au Sahel est nécessaire. 

Les Nigériens et Nigériennes m’ont démontré une capacité de résilience inouïe partout où ils ont bien voulu m’accueillir. Ils demandent qu’existe un espace de participation, des ressources pour s’adapter aux défis climatiques et alimentaires, un dialogue direct et une prise en compte de leurs propositions. La société nigérienne est extraordinairement consciente de sa situation et mobilisée pour chercher et appliquer les bonnes solutions. A la hauteur des défis que posent l’entrecroisement des crises, il est temps pour la France de le comprendre, et de bâtir ensemble les ponts nécessaires. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema