Suite et fin de la biographie

Autrement, ma page FB Stoppsykk. Je vous invite également à faire un tour sur les pages de Stop psychanalyse, la page de l'avocate Sophie Janois, la page de Sophie Robert et page affiliée le phallus et le néant pour se tenir au courant des actualités, la page de Maman est debout qui regroupe également des mères privées de leur enfant (soit en résidence chez le père ou placés par la justice en FAM, familles d'accueil ou foyers d'aide sociale à l'enfance) dont la caractéristique principale est d'avoir pratiquement toutes subies une ou plusieurs types de violence de la part du père. A noter également que dans ces situations, nombreux sont les enfants souhaitant vivre avec leur mère, quelles qu'en soient les raisons mais surtout pour raisons de violences diverses également que la justice soit ne veut pas voir, soit minimise, soit comble de l'insoutenable, les avalise. Le tout mâtiné de théories psychanalytiques auxquelles se rapportent ces professionnels, le monde de la protection de l'enfance et de la justice et des domaines liés à l'enfance (éducation nationale , PMI, etc) étant formatés et formés à ce diktat de la pensée psychanalytique pro freudienne et lacanienne, avec des références de contemporains qui énoncent eux aussi des théories culpabilisantes, qu'il s'agisse des mères, des enfants ou des familles dans leur ensemble. Cf A lire le livre noir de la psychanalyse, chapitre de Violaine Guéritaut, mères toutes coupables . A lire également pour ceux dont ce système semble opaque deux ouvrages, Laurence BENEUX et Caroline GUESNIER, bien que celles-ci ne mettent point l'accent sur la prévalence de la psychanalyse dans les décisions de justice, celle-ci étant un outil de plus coercitif pour museler la parole des femmes des victimes de tout poil, ce qu'a dénoncé à son époque l'ex psychanalyste Alice Miller. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.