RACHEL A L ÉPREUVE DE LA JUSTICE

Ce soir vient d’être diffusé sur Public Sénat «  Rachel , l'autisme à l’epreuve de la justice de Marion Angelosanto.

«  . Lien plus bas pour regarder l'émission.

Voici les rediffusions : 

Sur Public sénat : le 13/04 à 22h30 , le 14/04 à 11h30, le 20/04 à 23h30

Sur France 3 Région Auvergne Rhône Alpes à 20h50


Voici des lien au sujet de cette affaire :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Affaire_Rachel

https://informations.handicap.fr/a-rachel-autisme-docu-angelosanto-11751.php

 


Cette affaire est symptomatique de la situation de la justice en France et comment sont utilisées les préceptes de la psychanalyse pour désenfanter les mères, la psychanalyse étant un outil majeur au service des placements abusifs mais aussi pour décrédibiliser les mères au cours de procédures de justice comme on peut l’entendre dans l’émission de Sophie Robert « Maternophobie ».
Les parents d’enfants autistes sont une manne énorme pour les différentes institutions profitant de ces situations pour placer des enfants autistes, qu’il s’agisse de foyers , d’unités médicales les enfermant dans une médicalisation le plus souvent excessive ou désenfanter les mères en situation de séparation.


https://www.publicsenat.fr/article/societe/regardez-le-documentaire-rachel-l-autisme-a-l-epreuve-de-la-justice-en-avant

 

https://blogs.lexpress.fr/the-autist/2018/09/12/avant-premiere-de-lemission-maternophobie-assemblee-nationale-31-octobre/

https://www.youtube.com/watch?v=SbvdX5OGuzQ

Suivant de très près cette affaire depuis sa médiatisation, je m'essayais parfois à évoquer la situation auprès de personnes totalement néophytes à propos de l'autisme, de la justice, des placements abusifs…Majoritairement, les personnes déclaraient que cette histoire était totalement surréaliste et que donc, si ces enfants étaient placés, c'est qu'il existait donc de bonnes raisons pour que la justice ordonne leur placement.

Or, comme le démontre l'émission, il n'en est rien. Comme la majorité des dossiers concernant les placements abusifs qui sont perpétrés par des inventions de toutes sortes, comme le fameux "mère fusionnelle", voire également ce fameux syndrome de Munchausen par procuration qui même s'il n'est pas écrit distinctement dans les rapports, est suggéré.

https://femmesautistesfrancophones.com/2017/10/12/meres-autistes-et-signalement-abusif-etat-des-lieux/

" L’experte psychiatre désignée par le parquet a, elle, remis un rapport circonstancié «complètement accusatoire» stipulant que l’enfant n’était pas autiste et que «la mère, dans sa folie, cherche à rendre ses enfants malades, et qu’elle le fait pour obtenir des allocations», précise Sophie Janois. Et de balayer, cynique : «Le syndrome de Münchhausen par procuration, c’est un grand classique.» Libération du 11/08/2015 par Elsa Maudet 

https://www.liberation.fr/societe/2015/08/11/les-placements-abusifs-d-enfants-autistes-le-scandale-qui-monte_1361612

Extrait de mon blog Stop psychanalyse ( Pour faire court et reprendre une métaphore entendue, la psychanalyse est à la psychologie ce que l’astrologie est à l’astronomie.) ou j'évoque l'histoire de Rachel

http://stoppsychanalyse.blogspot.com/2016/11/quand-le-syndrome-de-munchausen-est.html

Article du blog de Franck Ramus, directeur de recherche au CNRS, professeur attaché à l’ENS,  où des commentaires évoquent également les accusations du syndrome de Munchausen par procuration à destination des parents d'enfants TDAH comme j'ai pu l'entendre moi-même au cours de la scolarité de mon enfant.

http://www.scilogs.fr/ramus-meninges/les-faits-alternatifs-des-psychanalystes-sur-le-tdah/

De nombreuses familles entendent et lisent ces verdicts, émanant de services incompétents, voire tout simplement complices de ces kidnapping légaux ou rapts d'enfants comme on peut le lire dans diverses sources, blogs, réseaux sociaux dont le fer de lance est de dénoncer ces placements abusifs.

A ce propos, ai-je commencé il y a quelques jours la douloureuse lecture du livre de Jeanne Landry " Enfants placés, enfants sacrifiés, ça suffit", infirmière scolaire de son état, et dont les petits enfants ont été placés par la justice alors qu'elle se réclamait " tiers digne de confiance", ce qui n'a pas été entendu par la justice. 

Comme très souvent dans les témoignages des familles, dans l'émission, on apprend que lorsque les enfants étaient en hôpital de jour (HDJ), leur mère, Rachel, n'avait que des retour plus que laconiques, le personnel l'informant de "tout s'est bien passé"...sans qu'on sache qu'elles avaient été les interventions...et sans qu'un diagnostic non plus ne soit posé...Quand l'argent public est dépensé en faveur des injustices...

Nous apprenons aussi que lorsque Rachel décide de recourir à une psychologue libérale, le train s'emballe, et lorsque Rachel appelle le CMP pour lui faire part de son souhait d'arrêter les séances en CMP (qui n'auront elles aussi rien avancé en matière de diagnostic et dont la prise en charge n'aura probablement fait qu'empirer les choses), le personnel du CMP inscrit dans on dossier " information préoccupante à faire…"

C'est également le lot de très nombreuses familles, lorsque l'enfant est suivi en CMP, et que celles-ci ne demandent qu'à comprendre le fonctionnement de leur enfant, distinct des autres qu'on catalogue de neurotypiques, qu'il s'agisse de l'autisme, des dys (dyslexie, dyspraxie, dyscalculie…), des hauts potentiels ou précoces , TSA, syndrome Gilles de la Tourette, etc...également lorsque les enfants font état de traumas ou de comportements divers liés à des dysfonctionnements familiaux du type violences conjugales dont l'enfant exprimera son mal-être par des comportements spécifiques. 

Aussi, le conseil donné aux familles est de prévoir le coup, d'anticiper, et de demander au professionnel libéral de remettre une attestation démontrant que l'enfant est suivi ailleurs, quoique ces dispositions parfois n'empêche pas parfois des informations préoccupantes abusives...

Quand on pense aux familles dont les enfants sont laissés à l'abandon, maltraités, mais que ceux-ci ne font l'objet d'aucune disposition de la part de ces institutions….mais que celles-ci préfèrent s'attaquer à des familles soucieuses de leur progéniture, il n'y a qu'un pas pour imaginer que tout cela répond d'une logique implacable dont le but est de faire fonctionner un système qui s'autoalimente , allant des institutions telles que l'aide sociale à l'enfance, l'éducation nationale grand pourvoyeur d'informations préoccupantes abusives (comme j'en fus également l'objet, ayant un enfant dit "précoce", et présenté par plusieurs professionnels comme présentant les caractéristiques d'enfant TDAH, et qui dérangeait l'ordre établi, et qui surtout, était malmené et victime de violences diverses de la part des enseignants et autres personnels scolaires) aux associations diverses, étant même juges et parties puisque rendant des rapports plus calomnieux les uns que les autres et profitant de décisions de justice telles que les AEMO pour ensuite recevoir les familles lors de visites médiatisées ou opérer en ne faisant rien si ce n'est d'insupportables jugements en se rendant aux domiciles des familles. Que penser également de ces experts en justice (psychologues et ou psychiatres) qui à l'image d'un certain nombre de politiciens endossent plusieurs casquettes, qui mettent en exergue des conflits d'intérêt et des collusions certaines...

Rachel, par des procédés fort bien huilés va apparaitre elle aussi aux yeux de la justice comme un "monstre", comme une mère "manipulatrice", alors que ce postulat ne repose que sur des affirmations péremptoires et vides de toute explications rationnelles justifiées. Rachel, dont on reproche au début d'induire les "comportements " de ses enfants avant le diagnostic.

Puis par la suite, après les diagnostics démontrant que Rachel ne s'était pas trompé, viendra le moment ou ce qui est reproché à Rachel est qu'elle "voulait" à tout prix que ses enfants soient autistes, et qu'en conséquence, celle-ci devrait faire un "travail" sur elle-même, les institutions lui demandant même à leur manière de faire une sorte de méa culpa.

Bien entendu, les services sociaux ne répondront pas aux sollicitations diverses, pas plus qu'une infime explication sur leur manière d'opérer et de comment ils en sont arriver à générer de telles affabulations...

Je reconnais là leur manière de faire, ayant été moi-même confrontée à leurs services, à la suite d'un signalement. 

J'ai appris une chose lors de cette émission, que Rachel et ses enfants avaient été eux aussi soumis au verdict du "crocodile", marotte de bien des psychanalystes, comme en témoigne cet extrait du film de  Sophie Robert " le mur, ou la psychanalyse à l'épreuve de l'autisme" que vous retrouverez sur la page DRAGON BLEU TV.

https://www.youtube.com/watch?v=1Z0ADVq0SH0

https://www.dragonbleutv.com/

Je regrette qu'à aucun moment, le travail de Sophie Robert n'ait été évoqué dans l'émission, et dont le nom a "fuité" de façon plus que fugace dans la bouche de Florent Chapel, pour être aussitôt coupé par d'autres intervenants sur le plateau.

Pour ce qui est du débat à la suite de cette émission, j'ai apprécié que le journaliste l'animant, Jérome Chapuis ait parlé de croyance " on est dans le domaine de la croyance " à propos de la psychanalyse.

Une remarque quand sur le plateau, il a été dit que les CRA n'étaient qu'à une dizaine de kilomètres, faux, les familles doivent aller parfois à plusieurs centaines de kilomètres pour rejoindre les CRA de leur région , et à savoir également qu'en fonction des MDPH dont ils dépendent, ceux-ci peuvent exiger à ce que le bilan ait été fait uniquement dans un centre dépendant de la même région, à défaut , le dossier risquera de ne pas être accepté même par la MDPH de secteur, ce qui en soit, est absurde là encore. Le même principe est d'ailleurs appliqué concernant d'autres troubles neurodéveloppementaux , la MDPH exigeant que les diagnostics soient fait par une entité bien spécifique. Faut-il donc en conclure que les diagnostics n'auraient pas la même valeur en fonction de la zone géographique ? C'est en tout cas sans doute une supposition que pourrait avoir les MDPH, n'ayant pas d'explication plausible à donner à ce sujet...

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.