37 ans !

Mais combien de temps le Sahara Occidental restera-t-il la dernière colonie d'Afrique ? Combien de temps le Maroc résistera-t-il à la pression internationale ? Combien de résolutions de l'ONU faudra-t-il pour que le droit à l'autodétermination des Peuples soit respecté sur ce territoire ?

Le drame, c'est que des familles entières vivent (et pour certaines, survivent) de chaque côté du "mur de la honte" ... Oui, parceque tout le monde ne le sait pas forcément, mais le Maroc a contruit un mur de sable, milirarisé et truffé de mines, sur 2 700 (ce n'est pas une faute de frappe, c'est bien deux mille sept cents) kms. Comme Israel avec la Palestine, le royaume fait barrage à la libre circulation des personnes.

Nous avons donc depuis plus de 37 ans, d'un coté, un territoire occupé illégalement par les royalistes et de l'autre, les familles qui ont fuit et se sont réfugiées sur le territoire algérien, à proximité de Tindouf, dans le désert. Vous imaginez les conditions de vie ... la température, le vent de sable, le manque de tout et évidemment des carences alimentaires, ... Mais les Sahraouis sont courageux et ils ne baissent pas les bras. Ils s'organisent pour que, demain, ils aient immédiatement les infrastructures nécessaires à l'administration de leur état. Et, lorsqu'on se rend dans les camps de réfugiés, on constate également toute la place des femmes, ces "mères courage", dans l'organisation locale !

Et pour bien asseoir sa "suprématie", de l'autre côté du mur, sur le territoire occupé, le roi du Maroc n'hésite pas à réprimer violemment toutes les velléités des indépendantistes ! Les témoignages et les vidéos circulent toutes plus accusatrices les unes que les autres !

Les militants, de France, mais aussi du monde entier, ont cru -et même espéré- que le changement de majorité en France, berceau des droits de l'homme, allait modifier l'attitude française sur cette question ... Las, le vote à l'ONU au mois d'avril a été identique que sous Sarkozy !

Bon, on se réjouit avec ce qu'on peut ... un groupe d'étude vient de naitre au parlement ... Il est présidé par le député du front de gauche, Nicolas Sansu qui est également maire de Vierzon.

Les Sahraouis vivent d'espoir et de la solidarité intrernationale depuis des dizaines d'années ... Ils peuvent attendre encore un peu de ce nouveau groupe ... mais plus très longtemps !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.