P ZARKA
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2021

Boycott Présidentielle :5 précisions

Nous libérer de toute attente d'être sauvés d’en haut. 2. l’espace de l’extrême-droite ce ne sont pas les abstentions mais les désillusions dues aux politiques menées sous des étiquettes différentes et que l’on la laisse apparaître seule hors système.3) Le boycott n’est pas l’abstention. 4)Il aurait pour effet de dégager les législatives de la présidentielle 5) Cela implique une vraie campagne.

P ZARKA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cinq brèves remarques après les commentaires de mon dernier blog daté du lundi 25.

  • Certain/es font remarquer à juste titre qu’aucun acquis positif et structurel arraché n’a résulté d’une élection. Seuls des mouvements populaires puissants l’ont permis comme ce fut le cas avec la sécu ou les services publics Il s’agit donc de libérer notre imaginaire collectif de toute attente d’un résultat venu « d’en haut ». A celles et ceux qui attendent d’un/e bon/ne président/e que cesse le pouvoir personnel présidentiel, je serais tenté de faire remarquer que tout le XXème siècle nous a appris que le pouvoir se rétrocédait encore plus difficilement que l’argent. Cela fait 40 ans que nous votons pour éviter le pire et cela fait 40 ans que chaque Président poursuit et aggrave la politique de son prédécesseur et ce, quels que soient les changements d’étiquettes. Il ne s’agit pas de « punir » ces politiques mais de commencer à ouvrir des perspectives d’actions qui prolongent dans l’espace politique les acquis des Nuits Debout, des Gilets Jaunes, des mouvements sociaux, sociétaux et écologiques.
  • J’insiste sur le fait que ce qui contribue à ouvrir l’espace à l’extrême-droite ce ne sont pas les abstentions mais à la fois les désillusions provoquées par les politiques successives menées à chaque fois sous des étiquettes différentes et qu’au moment où ces désillusions concernent l’ensemble de la vie politique on laisse à l’extrême-droite le monopole d’apparaître (je dis bien apparaître et de manière nauséabonde) hors système.
  • Se pose alors la question de ne pas confondre le boycott avec l’abstention. Les mots ont un sens. Dans abstention on s’abstient de choisir, c’est un acte individuel qui peut être assimilé à de la passivité. En tout cas il ne dit rien sur le système ou sur une autre conception de la politique. Boycotter est un acte collectif donc politique. Il est chargé de sens : il dit explicitement vouloir se libérer de la réduction formidable de la démocratie qui consiste à avoir le droit de choisir son maître. Dans notre « démocratie «  toute action collective politique en dehors de l’élection, est considérée comme un dysfonctionnement. Quand on dit d’une grève qu’elle est politique c’est un moyen de la déconsidérer.
  • Le boycott aurait aussi pour effet de dégager les législatives de l’enserrement qui en fait la suite de la présidentielle et d’y remettre au centre les enjeux de société et les possibles constructions citoyennes.
  • Comme certain/es le font remarquer : pour que le boycott prenne le sens de s’émanciper de cette soumission, cela implique de ne pas s’en tenir à ce texte mais d’ouvrir une vraie campagne. Très juste. Je n’en n’étais pas encore là. Mais nous pouvons chercher comment appeler à des actes qui expriment publiquement cette possibilité d’action, afin d’en faire un sujet davantage partagé.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel