Services publics de proximité en corse, application et respect de la loi montagne

PE À DIFESA E U SVILUPPU DI I NOSTRI PAESI.APPLICATION ET RESPECT DE la LOI MONTAGNE .Lettre ouverte à madame la Préfète de Corse.

Lettre ouverte à madame la Préfète de Corse.
Madame la Préfète, depuis de nombreuses années les SERVICES PUBLICS de proximité, dans nos villages, sont fermés ou démantelés : écoles, bureaux de poste, perceptions etc…
Tous cela précarise la vie des villageois et vide nos villages. Un seul exemple, la CAF verse la prime d'activité, les agences les plus proches de ma commune sont ghisonaccia et borgo, 43 et 56 km !
Cette politique est mise en œuvre au nom de la « rentabilité » économique, de la réduction du déficit, mais au nom de cette politique quel est l’avenir DI I i NOSTRI PAESI !
Le service public est l’outil indispensable pour lutter contre la précarité, qui touche durement notre île, (plus de 20 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté,). Les différents services publics sont autant de guichets d’accès aux prestations et aides sociales, sans lesquels la lutte contre la précarité est réduite à la seule charité.
Madame vous êtes la représentante de l’état, vous avez le POUVOIR et le DEVOIR de veiller à l’application et aux respect des lois de la République. Ces lois impliquent pour les citoyens des droits et des devoirs.
La loi 2016-1888 du 28/12/2016 dite loi montagne IMPOSE à l'action de l'état de maintenir et de développer les services publics en zone de montagne. Et pendant ce temps-là, le ministre de l'action et des comptes publics retire à 8 trésoreries rurales de Haute-Corse le recouvrement de l'impôt pour le regrouper sur deux centres : Bastia et Corte.
Cette loi n’est ni appliquée ni respectée, les fermetures de nombreux services publics en sont la preuve. En conséquence en tant que citoyen et au nom du respect des lois de la République, nos droits et nos devoirs, je vous demande de respecter nos droits en faisant appliquer la loi montagne et en décidant la mise en place d’un moratoire sur les fermetures et démantèlement des services publics.
Madame, des milliers de personnes ont choisi de vivre dignement et dans de bonnes conditions, indu I NOSTRI PAESI. Aujourd’hui, ce droit, leur choix, est remis en cause, la vie et leur avenir dans ces villages est menacé.
Madame, nous avons fait le choix de Vivre dans nos VILLAGES, pas pour y attendre la mort et se rapprocher de notre dernière demeure.
Madame, vous avez appelé la population à participer au débat national, dans l’attente de pouvoir en débattre, voici ma contribution à ce débat.
Madame, je vous adresse les salutations di U Perdulaciu, qui a choisi de vivre à Petra di Verde.
Pancrazi Pierre-François.
Copie : Monsieur le Président de la République, Messieurs les Présidents de l’assemblée et de l’exécutif de Corse, Messieurs les députés et sénateurs de corse, Mesdames et Messieurs les maires, aux médias.
PE À DIFESA E U SVILUPPU DI I NOSTRI PAESI.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.