Pap Ndiaye
historien
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 juin 2009

Le petit gars de Gary

La fin de vie si étrange de Michael Jackson, égaré dans les labyrinthes de son moi, lui qui ne savait plus depuis longtemps qui il était, ne doit pas faire oublier une carrière musicale brillante, un talent stupéfiant de musicien et de danseur. En dépit de ses transformations physiques, l'art de Michael Jackson reste profondément inscrit dans l'histoire de la musique noire américaine.

Pap Ndiaye
historien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La fin de vie si étrange de Michael Jackson, égaré dans les labyrinthes de son moi, lui qui ne savait plus depuis longtemps qui il était, ne doit pas faire oublier une carrière musicale brillante, un talent stupéfiant de musicien et de danseur. En dépit de ses transformations physiques, l'art de Michael Jackson reste profondément inscrit dans l'histoire de la musique noire américaine.
MJ est même, à ses débuts, une figure archétypique du monde musical afro-américain : il était le fils de migrants du Sud profond (son père né dans l'Arkansas, sa mère dans l'Alabama) installés, avec des centaines de milliers d'autres, dans la région de Chicago, où se réinventèrent le blues et le jazz venus du delta du Mississippi à partir des années 1920. C'est dans le South Side de Chicago, et quelques kilomètres plus loin, à Gary, qu'apparurent alors les ghettos où s'entassaient les migrants noirs. Gary, la ville natale de Jackson, est la grande ville américaine la plus noire des Etats-Unis (84 % de Noirs), après que les Blancs furent presque tous partis, dans les années 1960, au moment où la carrière des Jackson Five décollait. Aujourd'hui encore, les habitants de cette ville à bout de souffle, intoxiquée par les fumées des laminoirs de la US Steel puis par celles des armes à feu et des pipes de crack, sont fiers de Michael Jackson, qu'ils considèrent comme l'un des leurs, un enfant de Gary. Malade, bizarre, sûrement, mais un petit gars de Gary.
Les Jackson Five, il suffit de les écouter : c'est du R&B, de la soul et du funk, on ne peut pas faire plus noir américain que ça. Quand ils signèrent avec la Motown de Detroit en 1968, après des débuts régionaux prometteurs, les frères Jackson connaissaient la musique de James Brown, Smokey Robinson, Marvin Gaye, Stevie Wonder, les Supremes, les Temptations, sur le bout des doigts. Le groupe devint très vite la plus grosse sensation de la Motown. Le chef de la célèbre maison de disques, Berry Gordy, rêvait de crossover, un mot difficilement traduisible qui signifie en l'occurrence "franchir" les barrières raciales de la musique. La Motown était pensée pour populariser la musique noire auprès du public blanc, plus important et plus argenté. Mais le succès des Jackson Five auprès des Blancs resta limité. Leur public était fondamentalement afro-américain, même après que le groupe signa chez CBS, en 1975, avec un show télévisé à la clé.
Le crossover, ce graal des producteurs de musique américain, fut obtenu par Michael Jackson en solo, avec "Thriller" (1982). Par contraste avec son précédent album solo, le brillant "Off the Wall" (1979) qui avait obtenu un grammy R&B (donc une récompense de musique noire), "Thriller" eut une audience telle que le public afro-américain classique se trouva noyé dans la masse planétaire. Avec Quincy Jones aux manettes, l'album s'éloignait du R&B/soul/funk mais pas entièrement. Il restait marqué, au moins dans certains des titres, par l'histoire musicale de Michael Jackson, et c'est vrai pour tous ceux qui suivirent. J'y vois au moins les influences combinées de James Brown, Stevie Wonder, et même du funk qui saturait les bandes-son des films de la blaxploitation des années 1970, venu du label Stax, plus âpre et plus roots que la Motown. Et puis, il y a aussi eu l'influence hip hop : voyez les hommages ultra sincères des chanteurs de rap à MJ, qui en a inspiré plus d'un, en même temps qu'il était inspiré par eux et par les artistes du break danse. La grande différence avec les chanteurs et performers de hip hop est que Jackson n'a pas joué de leur blackness virile pas vraiment crossover. En tout cas, la musique planétaire de Jackson, roi du pop, qui fabriquait certes des titres souvent fades et marketés pour plaire à tout le monde, n'a jamais rompu avec son héritage musical. MJ n'en parlait pas, mais il était féru d'histoire musicale, il connaissait ses classiques ! Peut-être aussi, dans son triomphe planétaire, ne voulait-il pas désorienter ou interloquer son public par des références trop explicites à ce que sa musique avait de noir, lui qui était de plus en plus clair ?
Le crossover tel qu'incarné par Jackson, fut poussé à l'extrême : il projeta en effet de franchir les barrières raciales non seulement par la musique mais aussi par son apparence même. L'éclaircissement mélanique est un phénomène connu, et hélas assez répandu chez les Noirs, un peu partout dans le monde. En cela, Michael Jackson ne se distingue pas particulièrement. Il fit, en revanche, appel au bistouri du chirurgien par une destruction systématique de son visage, de celui à qui il ressemblait trop (son père tyrannique peut-on supposer). Il faut sans doute une bonne part de haine de soi, pour anéantir ainsi ses traits, et vouloir se rendre méconnaissable. Le tragique de l'affaire est qu'il est resté noir, non par apparence (cette question-là ne se règle pas seulement par le degré mélanique), mais par culture et par mémoire. Lorsque la presse disait que MJ était devenu blanc, c'était de manière sarcastique, comme si personne ne croyait vraiment à cette bonne blague. Bref, Michael Jackson n'a jamais pu effacer des mémoires le souvenir du jeune homme à peau sombre et coiffure afro qu'il était. En cela, aux yeux des Américains particulièrement, MJ ne s'est jamais émancipé de son identité racialisée. Le mariage avec Lisa Presley, les enfants blancs, rien n'y a fait. Il est resté noir, désespérément noir, sous les regards apitoyés ou goguenards des foules.
Politiquement, le maître du crossover est Barack Obama, lui qui a, dès ses débuts politiques, eut pour ambition de dépasser les clivages raciaux, ce qu'il a fait de manière si éloquente pendant sa campagne présidentielle. Toutefois, le crossover d'Obama ne s'est pas fait par la haine de soi, mais au contraire par l'approfondissement tranquille de son identité afro-américaine, si bien raconté dans son autobiographie, Les rêves de mon père. Il est vrai que Obama n'a pas eu en héritage familial le fatum noir américain, les souffrances accumulées d'une génération à l'autre. En contraste, le petit gars de Gary est une figure mercuriale du monde afro-américain, qui le reconnaît instinctivement comme un des siens, l'embrasse, et l'admet dès lors dans son panthéon.

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne