papyscha
homme de service et de lutte contre toutes servitudes
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2013

BOYCOTTONS MEDIAPART ! DERNIER REFLEXE DE CLASSE

papyscha
homme de service et de lutte contre toutes servitudes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi doit-on boycotter MEDIAPART, erreur fatale dans la lutte de classe et risque majeur pour notre société.

Vieux militant de la lutte de classe, qui n’a besoin d’y croire car il l’a vécu, toute sa vie, la connait comme tous ceux qu’il a affronté dans cette lutte, les Parisot, les Buffet, ceux qui l’ont gagné jusqu’alors en en faisant une fable ou une utopie, mais la pratique tous les jours, implacablement, cette lutte que l’on n’a plus le droit de perdre, par nécessité, pour la vie, de la libellule de la pâquerette, condamnée si on les laisse faire.

Cette lutte et ses défaites, tragiques, sont mon histoire, né de cet ouvrier allemand, luttant, confiant dans la puissance du peuple, démocrate et balayé, franchissant le Rhin devant cette monstruosité, générée par cette méfiance et critique exacerbée des intellectuels socialistes ouvriers face à ce gouvernement issu de leur rang, sans pouvoirs face à leur crise et leur dette, critiques et dénigrements en ces années 30 qui ont façonné Auschwitz.

Dans cette lutte, la solidarité sans faille est celle de ceux qui gagnent. Un seul syndicat, une seule voix, les disputes et railleries sont dans le camp qui perd et que l’on attisera habillement et constamment, par rumeurs et dénonciations qui divisent et affaiblissent. La liberté, dans cette lutte, n’a pas sa place. Elle est celle que l’on exige et impose à l’autre car elle est sa perte assurée. Liberté, liberté de se désolidariser, de se critiquer et dénigrer, de se détruire et se perdre. Au MEDEF, la solidarité est de rigueur et malheur à celui qui prendrait des libertés.

La solidarité, les salariés la connaissent et la vivent. On ne critique pas le copain, pas au chef même si la connerie est grave, on répare, en silence quitte à la sortie, la bonne baffe, mais entre nous. Dénoncer au chef est trahir, mais même le chef, il est de chez nous, c’est un homme. On le critique, le dénonce comme salaud, mais s’il le fait, on le sait, c’est pour le patron, le pognon, on le respecte, il est comme nous victime et ça reste entre nous, jamais de nom.

Le journalisme de classe a-t-il disparu ? Est-il voué à l’échec face aux pressions économiques des lois du marché dominées par ceux qui ont gagné ? Ces formules militantes sans capitaux, usines et conseils d’administration et surveillance pouvaient ouvrir une perspective. Le journaliste de classe, lui, était en extinction comme le nouveau venu nous le révèle. Brailler et dénigrer la Sarkosie pouvaient faire illusion, dans les débuts de Mediapart. La culture et le discourt de cette équipe, issue d’Ordre Nouveau, transformait toutes polémiques sur son action en contestations de gauche. Le fond de cette presse naissante n’était qu’une relance de la dénonciation de personnalités publiques sans le talent et l’art d’un titre célèbre à Paris depuis Beaumarchais. Le ton comme le fond en était une presse malsaine, salutaire clament les polémistes, mais loin d’une pensée de gauche qui condamne les fautes, pas les hommes et respecte ceux-ci qu’ils fussent justiciables ou lecteurs. L’art qui se dévoilait était celui de la noirceur, du journaliste au lecteur, tous coupables, l’un de dénoncer, l’autre de clamer ou de douter de tant de vilénies. L’espoir dans l’homme, moteur de la pensée socialiste, sait reconnaître dans ces discours dénonciateurs la tradition anti-ouvrière des « tous pourris » promus à leur dépends à Rome et Berlin par les ligues fascistes voici un siècle.

L’affaire Cahuzac ne peut plus laisser de doutes sur les méthodes misent en œuvres et les objectifs affichés. Dégommer un président élu qui se dit Socialiste. Les gars de Gandrange et d’Aulnay se battent et savent contre qui, mais un président élu même sans pouvoirs mais de chez eux, ça donne des forces et ces forces font peur. Allez savoir, la confiance, ça grandit, ça fait des révolutions. Ce risque est intolérable, comme en 30, en Allemagne. Le « tous pourris » y a fait des miracles alors, recommençons. Mediapart, spécialiste de la dénonciation ; à Villefranche, la bande son, Cahuzac comme d’autres savaient bien et le compte en Suisse, à Paris, n’était secret que par pudeur car comme beaucoup, ne pas optimiser ses coûts fiscaux est très mal noté et cela se dit. Alors, compte en Suisse et polémique, fraude à 100 sous ou cout d’état ?

Le scénario que me racontait mon père, bien connu aussi d’Edwy Plenel, de la prise de pouvoir par Hitler est parfaitement suivit. Les interventions continuelles des journalistes de Mediapart pour la destitution du président et la crise politique qualifiant à coup sur le bleu Marine et ses troupes prêtes de l’anti-mariage seront la plus sévère défaite des salariés de France depuis 38.

BOYCOTTONS MEDIAPART ! DERNIER REFLEXE DE CLASSE – LA TRICHE, ON S’EN FOUT ; PAS DU FACHISME.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Quinze nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFM TV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.