Parents pas confiants
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2020

Non à la réouverture prématurée des établissements scolaires!

Le 13 avril dernier, dans son allocution, Emmanuel Macron a annoncé un retour à l'école le 11 mai. Le lendemain, le gouvernement parle tantôt d'une reprise facultative et progressive, tantôt d'une reprise obligatoire entretenant flou et contradictions comme depuis le début de cette crise sans précédent.

Parents pas confiants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 13 avril dernier, dans son allocution, Emmanuel Macron a annoncé un retour à l'école le 11 mai pour le primaire et le secondaire tandis que les étudiants ne rentreraient qu'après l'été. Le lendemain, Jean-Michel Blanquer présentait certaines mesures, et d'autres différentes et peu réalistes quelques heures plus tard. Le gouvernement parle tantôt d'une reprise facultative et progressive, tantôt d'une reprise obligatoire entretenant flou et contradictions comme depuis le début de cette crise sans précédent.

Pourquoi demander aux plus petits de reprendre le chemin de l'école dès le 11 mai alors que le CHSCT ministériel demande un dépistage systématique des personnels et des élèves comme préalable à toute reprise, alors que le Conseil de l'ordre des Médecins et la Fédération des Médecins de France s'opposent à cette reprise, alors que tous les pays durement touchés par l'épidémie annoncent un retour à l'école au plus tôt en septembre ? Pourquoi cette reprise alors que tous les voyants sont au rouge ? Les seules demandes de reprise des activités émanent du MEDEF, pour qui le problème de garde des enfants serait un frein à la reprise. Il n'y a donc pas beaucoup d'efforts à faire pour comprendre la logique derrière cette annonce. Nous, parents, refusons que les enjeux économiques guident la décision de reprise au risque de mettre en danger la population. Car nous savons que les conditions actuelles, les inconnues qui demeurent sur l'immunité face au virus et le nombre massif d'écoliers et de personnels à travers la Métropole et les territoires d'Outre-Mer ne permettent pas de dépistage systématique ni la fourniture de masques et de matériel nécessaires à la protection des personnes. 

Outre les éventuelles mesures spécifiques, rappelons que la densité et la promiscuité dans les établissements scolaires sont très importantes avec des installations sanitaires souvent défaillantes et en nombre insuffisant. 

Les enfants, peu symptomatiques, peuvent véhiculer et transmettre le virus. Tout démontre que cette décision de reprise le 11 mai ne repose en aucun cas sur une volonté de protéger la population.

Ce risque majeur et totalement inconsidéré en terme de Santé Publique posé, quels seraient l'accueil et le retour à  la collectivité pour nos enfants ?  Dans quelles conditions pourraient-ils étudier, s'épanouir, grandir, se retrouver entre enfants et avec les adultes, alors que la situation sera encore extrêmement tendue, que le décompte des malades et des morts continuera ? Comment accepter que l'école devienne pour nos enfants et les personnels un lieu générateur de stress et terriblement anxiogène ? Les retombées sociales, psychiques, symboliques risquent d'être ravageuses pour eux et pour la société dans son ensemble.

De plus, nous déplorons que le gouvernement utilise l'argument d'aide aux plus précaires, alors que jusqu'à présent il ne s'est jamais soucié des conditions de confinement des plus défavorisés ni même des personnels de l'éducation nationale. Aucune décision n'est venue aider ces populations, bien au contraire. Vouloir faire endosser la responsabilité, voire culpabiliser les enseignant.e.s et les parents alors que depuis des années ces populations sont stigmatisées, que les revendications des professionnel.le.s de terrain ne sont pas entendues, que les budgets et les nombres de postes sont systématiquement revus à la baisse est d'une hypocrisie et d'un mépris sans nom. 

Bien sûr, nous savons que des familles sont en grande difficulté et que le confinement est venu accroître des inégalités criantes, nous savons que beaucoup sont mal logées, que des femmes et des enfants subissent des violences intra-familliales dramatiques mais ce n'est certainement pas l'école, dans le contexte actuel, qui peut jouer le rôle d'aide et de soutien à ces détresses. Nous appelons donc de toute urgence à redonner les moyens à l'école publique sur tous les territoires, notamment les plus fragilisés, ainsi qu’aux services médico-sociaux, dont les  professionnel.le.s engagés.e.s alertent sur la réduction à peau de chagrin, depuis des années, pour réellement pouvoir prétendre lutter contre les inégalités et défendre les droits de tous les enfants.

Nous refusons que nos enfants, leurs enseignant.e.s et tous les personnels mobilisé.e.s pour une école solidaire servent de "chair à canon" et jouent en permanence à la roulette russe. C'est une fois de plus un affront à l'encontre de celles et ceux qui font vivre cette école au quotidien.

Nous pensons qu'actuellement la santé et le bien-être des enfants, des familles, des travailleurs/euses doivent être la priorité absolue de ce gouvernement.

C'est pourquoi nous demandons que la reprise de l'école ne s'amorce que lorsque les garanties seront données que les conditions sanitaires sont réunies pour la sécurité et le bien-être des personnels et des enfants. Alors, seulement, nous, parents, seront confiants et heureux de pouvoir remettre nos enfants à l'école.

Parents pas confiants

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès
Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report