Pascal Boniface
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mai 2012

Pascal Boniface
Abonné·e de Mediapart

France Inter priValtisée?

Le 2 mai 2011, j'étais invité, comme je le suis occasionnellement, à l'émission de France Inter « Le téléphone sonne », consacrée ce jour-là à la mort de Ben Laden. L'émission s’est déroulée normalement. C'est par la suite que les choses se sont compliquées, comme me l'ont raconté des amis journalistes de la Maison de la Radio. Entendant que j'étais invité dans cette émission, Philippe Val a explosé de colère.

Pascal Boniface
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 2 mai 2011, j'étais invité, comme je le suis occasionnellement, à l'émission de France Inter « Le téléphone sonne », consacrée ce jour-là à la mort de Ben Laden. L'émission s’est déroulée normalement. C'est par la suite que les choses se sont compliquées, comme me l'ont raconté des amis journalistes de la Maison de la Radio. Entendant que j'étais invité dans cette émission, Philippe Val a explosé de colère.

Depuis sa conversion aux thèses neocons il ne m'aimait guère. Mais la publication de mon livre Les intellectuels faussaires a plus qu'amplifié cette aversion. Dans une fureur incontrôlée, il demandait à ce que je ne sois plus invité dans cette émission et fit passer la consigne aux autres animateurs, ainsi qu'à la rédaction.

Il faut reconnaître qu'il sait être efficace car sa consigne a été respectée. Je n'ai plus été invité depuis dans aucune émission de France Inter depuis cette date, c’est-à-dire il y a un an jour pour jour, y compris dans celles où j'étais régulièrement invité. Je ne l'ai plus été pour commenter l'actualité, ni parler de mes livres. Les attachés de presse téléphonant lors de la publication de L'Atlas de la France coécrit Hubert Védrine ou du Monde selon Sarkozy ont eu droit à des réponses dilatoires et souvent assez gênées. Bien sûr personne ne m'a invité à parler de mon livre Les intellectuels faussaires.

Philippe Val ayant fait tomber plusieurs têtes (pour un coût assez important en fonction des procès perdus), les animateurs se méfient. Rien n'est plus facile que de changer la case horaire d'une émission ou même de ne pas conserver l’animateur. Val a prouvé depuis son arrivée qu’il pouvait virer rapidement, y compris des éditorialistes appréciés du public.

Je suis encore invité dans les journaux de France Inter, la rédaction étant plus soudée et donc plus en mesure de résister aux pressions extérieures contrairement aux animateurs qui, par définition, sont isolés. Un animateur, lui-même proche des thèses de Philippe Val devant lequel je m’étonnais de ce procédé me répondit « c'est normal si tu critiques Bouygues, tu ne seras pas invité sur TF1. »

Le problème est que France Inter n'est pas TF1. Ce n'est pas une station privée, elle appartient au service public. Il est tout à fait anormal que le directeur d'une chaîne interdise d'antenne quelqu'un qui aurait le double malheur d'être en désaccord avec lui et de s'être un peu gaussé de lui dans un livre, il n'est pas propriétaire de la chaîne. On notera par ailleurs que c'est d'autant plus curieux de la part de quelqu'un qui prône partout le principe de la liberté totale de caricatures et qui se présente régulièrement comme voltairien, prêt à se battre pour permettre à quelqu'un en désaccord avec lui de s'exprimer. C'est tout à fait le contraire.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas