mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart dim. 25 sept. 2016 25/9/2016 Dernière édition

Le nouveau monde arabe, entretien avec Denis Bauchard

Ancien diplomate, ancien président de l'Institut du monde arabe où il fit un travail remarquable de remise en ordre et d'ouverture de l'institut avant de devoir quitter ses fonctions pour placer un responsable politique inoccupé, Denis Bauchard actuellement maître de conférences à Sciences-Po et consultant auprès de l’IFRI est l'un des meilleurs spécialistes de la région.

Ancien diplomate, ancien président de l'Institut du monde arabe où il fit un travail remarquable de remise en ordre et d'ouverture de l'institut avant de devoir quitter ses fonctions pour placer un responsable politique inoccupé, Denis Bauchard actuellement maître de conférences à Sciences-Po et consultant auprès de l’IFRI est l'un des meilleurs spécialistes de la région. Dans Le nouveau monde arabe* il fait un tableau à la fois historique et économique politique et géostratégique du monde arabe avec des tableaux particulièrement clairs. Lui qui a été enseignant sur le tard, montre un réel sens de la pédagogie. Du rôle des États-Unis à la relation monde arabe / Occident passant et le double sentiment de fascination et de défiance existe entre eux, en passant par les conflits persistants, ce livre est l'un des meilleurs écrits sur le sujet.

 


 

1. Il y a eu une floraisonde livres sur le monde arabe, pour autant la méconnaissance de cette région reste énorme, comment l’expliquer ?

La relation entre la France et le monde arabe est passée le plus souvent par des clichés, où l’émotion l’emporte sur la connaissance. Un historien américain, John Tolan, cite dans son livre sur les « Sarrasins », c'est-à-dire les Arabes, des propos particulièrement désobligeants, tenus au Xe siècle et que l’on retrouve aujourd’hui dans la bouche de certains responsables politiques français. Cette méconnaissance et cette défiance à l’égard du monde arabe se sont accentuées récemment : elles tiennent en particulier au fait que la France a occupé plusieurs pays arabes durant la période coloniale, que les processus d’indépendance ont été parfois très douloureux et que les plaies, en particulier pour l’Algérie, ne sont pas encore cicatrisées. Le fait que le terrorisme qu’a connu la France était principalement commis par des ressortissants de pays arabes a joué dans le même sens. Certes, les touristes français représentaient, tout au moins jusqu’au déclenchement des printemps arabes, une part importante des visiteurs, notamment en Tunisie ou en Egypte. Mais des séjours touristiques n’apportent pas une véritable connaissance des pays visités. Cependant, il y a également une réelle fascination pour ce monde arabe qui nous est proche. Le succès de l’Institut du monde arabe qui, certaines années, reçoit plus d’un million de visiteurs en témoigne. De même la floraison des livres publiés depuis le déclenchement des printemps arabes, au départ accueillis avec sympathie, est sans équivalent dans les autres pays européens, où les parutions ont été très limitées. Elle est également un bon indicateur de cet intérêt qui, espérons-le, pourraient déboucher sur une meilleure connaissance de ce monde complexe, car les idées simples ne suffisent pas pour se faire une opinion. Tel est le but de mon livre qui vise à replacer les révolutions arabes dans le contexte d’un monde qui est confronté à de multiples défis - politiques, économiques, sociaux, sécuritaires - préexistants comme à des situations de crise persistantes, en particulier en Irak, au Liban, en Palestine ou au Yémen..

 

2. Quel bilan tirez- vous des révolutions arabes un an après leur déclenchement ?

Il ne peut s’agir que d’un bilan provisoire. Après l’euphorie des premières semaines – grâce à un effet domino tous les pays arabes allaient devenir des démocraties modernes et laïques – il est apparu que ce printemps connaissait des évolutions très différenciées selon les pays. En effet par delà les éléments d’unité du monde arabe, les vingt deux pays qui le composent connaissent des situations politiques, économiques et sociales très différentes. Entre le Qatar et le Yémen, il y a non seulement des niveaux de richesse considérables mais des structures politiques et sociales et des systèmes économiques qui ont peu de rapports entre eux. Dans un souci de simplification, on peut distinguer quatre scénarios d’évolution : dans un certains nombre de cas, la révolution se poursuit et une véritable libération s’est produite, notamment dans l’expression des opinions, comme en Tunisie, en Egypte ou en Libye. Dans d’autres cas, on se trouve dans des processus de réforme contrôlé et limité comme au Maroc, en Algérie ou en Jordanie. Une troisième situation, dont nous parlons au quotidien, est celui de la violence, avec la Syrie qui bascule peu à peu dans la guerre civile. Enfin, et il s’agit essentiellement des pays arabes du Golfe, l’ordre règne, tout au moins pour l’instant. En fait, le seul pays qui se trouve véritablement engagé dans un processus démocratique, est la Tunisie. Ce sera un pays test. En Egypte, de graves incertitudes demeurent. En Libye, un vide politique s’est crée que des milices armées entendent combler. Au Yémen, pays menacé d’éclatement, la transition est difficile et les éléments proches du président Saleh n’ont pas renoncé à garder le pouvoir. Partout la révolution a été largement récupérée par les mouvements islamistes. Le risque existe maintenant qu’ils la confisquent. Cependant, le monde arabe connaît une mutation sans précédent, rien ne sera comme avant : les aspirations démocratiques progressent, mais la marche vers la démocratie sera sans doute longue et douloureuse. Mais il ne faut pas oublier que tel a été les cas pour les pays occidentaux.

 

3. Vous estimez que les mouvements islamistes sont des interlocuteurs valables incontournables qu'ils ont une légitimité démocratique née des élections et qu'ils reflètent le pays réel malgré quelques dérapages ponctuels. Ce n'est pas l'opinion la plus largement répandue dans les médias.

Certes, mais les faits sont têtus : toutes les élections organisées de façon « honnête » depuis le début du printemps arabe, qu’ils s’agissent des élections en Tunisie, en Egypte, au Maroc, au Koweït ont débouché sur le succès des mouvements islamistes. En Algérie, cette poussée islamiste a été sans doute occultée par le pouvoir, comme le révèle la controverse en cours. Déjà dans le passé, le Hamas avait triomphé lors des élections législatives de 2006 dans les Territoires palestiniens. Il s’agit d’un constat : cette évolution peut ne pas plaire, mais les mouvements islamistes apparaissent pour l’instant comme des acteurs légitimes et incontournables. Ceci ne signifie pas qu’ils vont instaurer, fondés sur la charia des Etats islamistes partout. Ils sont pragmatiques, doivent le plus souvent gouverner en coalition, et doivent faire face à des problèmes immédiats, notamment économiques, or ceux-ci ne peuvent être résolus par l’instauration de la loi islamique et ils doivent rassurer les touristes et les investisseurs étrangers. Ils savent que s’ils échouent, ils risquent d’être mis en minorité, et un ordre islamiste a peu de chance de se maintenir durablement au pouvoir après le goût pris pour la liberté après les révolutions. On passe par un « moment islamiste ». Mais, dans le monde arabe, comme ailleurs, rien n’est jamais acquis pour toujours.

 

 

4. Que penser de la montée en puissance du Qatar depuis le déclenchement du printemps arabe ?

 

Le Qatar est passé brusquement du rôle d’honnêtes courtiers proposant des solutions de conciliation, souvent appréciées comme au Liban ou au Soudan, à un activisme militant au profit des soulèvements arabes. Il profite, il est vrai, de l’effacement des « grandes puissances arabes » que sont l’Egypte, l’Irak ou la Syrie. Les troubles qui les affectent limitent pour l’instant leur capacité d’action diplomatique. Il y a de la part de l’émir du Qatar une véritable volonté politique d’accompagner, voire d’apporter son aide ces aspirations démocratiques – tout au moins hors du Qatar – dont le succès lui paraît inéluctable. Cette volonté se double de la conscience que son pays, vulnérable et fragile, dont la population autochtone est celle du XVe arrondissement de Paris mais dont le PIB est équivalent à celui du Maroc ‒ a besoin de se créer un réseau d’amis et d’obligés pour exister sur le long terme. Le soutien aux révolutions arabes reste cependant à géométrie variable avec une discrétion remarquée pour le cas de Bahreïn. Il dispose de moyens financiers à hauteur de ses ambitions avec le fonctionnement à pleine capacité des installations gazières de Ras Laffan. Il est aidé par le cheikh Qaradawi, le global mufti, prédicateur frère musulman très populaire dans l’ensemble du monde arabe. Il dispose avec Al-Jazeera d’une chaîne satellitaire influente au service de sa diplomatie. Il apporte des soutiens financiers et parfois militaires aux mouvements islamistes, notamment celui des Frères musulmans. Cependant cet activisme, en particulier, celui du premier ministre Hamad Ben Jassem au sein de la Ligue arabe, agace. Dans certains pays, comme la Libye ou la Tunisie, cette présence envahissante commence à être dénoncée. Certes, il y a convergence de vues avec l’Arabie saoudite, notamment sur la volonté de déstabiliser le régime syrien. Mais Ryadh a toujours été très méfiant vis-à-vis de ce « petit émirat » qui veut jouer dans la classe des grands. Par ailleurs sa relation avec l’Iran,  avec lequel il partage le réservoir gazier considérable, s’est fortement dégradée et peut avoir des conséquences graves pour ses intérêts et sa sécurité. Il est peu probable que le Qatar puisse jouer longtemps ce rôle surdimensionné par rapport à son importance réelle.

 

5. La Turquie est-elle l'une des grandes bénéficiaires des mouvements géopolitiques en cours dans la région ?

La politique turque s’est orientée depuis plusieurs années, à l’initiative d’Ahmet Davutoglu, professeur d’université influent puis ministre des Affaires étrangères, vers une politique très active à l’égard du monde arabe, y compris en termes économiques. Après quelques hésitations en Libye puis en Syrie, le premier ministre Erdogan s’est engagé sur la voie d’un accompagnement des aspirations démocratiques. Lors d’une tournée, à l’automne 2011, dans plusieurs pays ayant fait leur révolution, il a présenté la Turquie, non comme un « modèle » mais comme une possible « source d’inspiration » pour les régimes qui se mettent en place et qui sont fortement influencés par des mouvements islamistes avec lesquels existe une certaine affinité. En effet, la Turquie peut prétendre d’avoir su concilier démocratie, modernité et islam. Cependant, les autorités turques s’inquiètent du basculement de la Syrie dans la guerre civile, alors qu’ils avaient établi des relations de bon voisinage et une bonne coopération avec le régime de Bachar Al-Assad, notamment pour contrôler les organisations kurdes proches du PKK. Cette évolution risque d’affecter leur sécurité, d’autant que dans le même temps leurs relations avec l’Iran se sont dégradées. Dans l’ensemble, surtout si les nouveaux régimes sont dominés par des mouvements islamistes, la Turquie peut exploiter à son avantage la situation crée par l’extension des révolutions arabes. Elle peut profiter du déclin des pays arabes qui étaient en rivalité avec elle, notamment l’Egypte. Cependant une évolution vers des chaos politiques ou économiques non maîtrisés, notamment à ses frontières, pourraient impacter de façon négative ses intérêts. Ainsi rien n’est joué.


* Denis BAUCHARD, Le nouveau monde arabe, André Versailles éditeur, 165 p.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

  Merci, cher Pascal Boniface, pour cet entretien.

1)- Denis Bauchard, fin diplomate, reste plutôt timide dans sa critique sur la relation historique entre la France et le monde arabe, il s'appuie sur une citation de John Tolan, pour ne pas voir toute l'horreur, tout le mépris, l'arrogance, l'impudence et les innommables Hold-up commis,  dans à peu près tous les domaines,   par la France sur des siècles, depuis la première croisade... Il nous suffit de lire ou d'écouter Olivier Le Cour Grandmaison entre autres....  On dit  même que : « Le premier sujet de préoccupation de discussion des Français, porte sur la question de la viande halal », sans oublier la "burka",  l'autre principal sujet chéri par les "Grandes Dames" dont C.Fourest, celle qui voue une extraordinaire adoration, sans limites et sans conditions, aux musulmans..;-)) ! Ça nous renseigne sur la nature et la qualité de la dite relation...Cool

2)- L'analyse de ce deuxième paragraphe est très juste : "les vingt deux pays qui le composent connaissent des situations politiques, économiques et sociales très différentes". "Cependant, le monde arabe connaît une mutation sans précédent, rien ne sera comme avant"... En effet, plus rien ne sera plus jamais comme avant, et tous ceux qui osent venir nous parler de "révolution à barbe", devraient baisser le volume de leur brouhaha exaspérant !

3)- Et, en effet, Denis Blanchard a parfaitement raison : "les mouvements islamistes sont des acteurs légitimes et incontournables", que cela plaise ou non au petit français inculte et arrogant.

4)- Le Qatar, membre du CCG, a très bien joué son rôle de conciliateur et généreux donateur, dans la région (les accords du Liban, Palestine etc.), mais hélas..., le rôle de l'émir Hamad ben Khalifa Al Thani, depuis sa fatale rencontre avec Nicolas Sarkozy et leur UPM,  est plus que regrettable : c'est un malheur pour l’image du Qatar.

Nicolas Sarkozy l'a entraîné sur de mauvais sentiers, des sentiers de voyous criminels. Et, effectivement, le Qatar peut craindre pour sa sécurité, tant sur le dossier Iran que celui de la Syrie : un attentat , dans un Mall à Doha, sans doute d'origine criminelle, a tué plus de 20 ressortissants étrangers dont 13 enfants.

Et il faut préciser que le modèle de société du Qatar n'a strictement rien à voir avec l'Arabie Saoudite, les activistes ignorants de l'extrême droite se sont auto-intoxiqués par une propagande mensongère  !

5)-Ahmet Dautoglu et Tayyip Erdogan, ce couple heureux par son dynamisme, bénéficie d'une baraka inouïe,  dans le domaine économique (signatures de grands contrats en Tunisie et en Egypte), sans oublier l'extraordianaire popularité dont ils jouissent, dans le monde arabe, grâce notamment à Davos - 2009, où Recep Tayyip Erdogan, en colère, s'est indigné, face au président israélien Perez : remember "One minute, one minute" ! Les 10 minutes de son intervention lui ont valu une incroyable admiration des peuples arabes humiliés, par leurs Tyrans et l'arrogance de l'Occident, dans le traitement du drame palestinien. Erdogan s'était levé et avait quitté la scène, alors que le secrétaire général de LA, Amr Moussa, gardait la tête baissée du sous-fifre. Quelle Honte pour tous les peuples arabes ! Je disais ailleurs, sous un autre article, que la ligue arabe aurait dû s'auto-disoudre, depuis la mort de l'excellent Hammadi Essid, celui qui avait inauguré avec le Président Mitterrand L'IMA !

Et, la Turquie devra rester vigilante et veiller sur ses arrières, l'Iran et de la Syrie sont capables de tout. Tous ceux qui ont peur de l'Iran, dans la région du Khalij, ont parfaitement raison, on a pas idée de la puissance nuisible des réseaux des enturbannés, et dire que j'ai été plutôt favorable à l'Iran.., j'en suis revenue !