Pascal Boniface
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2012

Pascal Boniface
Abonné·e de Mediapart

Régis Debray, rêverie ou nostalgie de gauche?

Pascal Boniface
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On va encore dire que Régis Debray, comme Aragon adore vitupérer l'époque. Lorsqu'il se rappelle de ses souvenirs des campagnes présidentielles de Mitterrand en 1974, il fait effectivement une comparaison qui n'est pas à l'avantage des générations actuelles. Il regrette la fin d’un certain engagement politique.

Il parle d'un « changement de climat culturel » où « le prolo est devenu le beauf ; le militant, supporter ; le courant de pensée, écurie ; la classe, réseau et le bobo, boussole ? […] Cela conduit à un net refroidissement des passions civiques », déplore-t-il.

Dans le quartier général de la tour Montparnasse, lors de la campagne de 1974 s'il avait fréquenté « des hommes de conviction qui avaient fait la guerre sans l’aimer en France ou dans le "bled" et en parlaient peu ce qui n'est pas la même chose que de la faire faire au loin pour en parler beaucoup. »

Aujourd’hui hélas, c'est Moody’s qu'on ne veut pas désespérer et non plus Billancourt. Le présent est devenu son propre tribunal, la politique excessive de communication prenant le pas sur la politique tout court. Le pire chef d’accusation est le déficit de notoriété. Il consacre de longs passages à Marc Bloch. Il cite longuement (p. 41) l'auteur de « L'étrange défaite », pour regretter qu'aujourd'hui tout soit devenu affaire de communauté et que la grande perdante est la communauté nationale « devenue introuvable ». Ce qui était aux antipodes des convictions de Marc Bloch pour lequel « j’affirme donc, s’il le faut que face à la mort, je suis né juif…étranger à tout formalisme confessionnel, comme à toute solidarité comme à toute solidarité prétendument raciale, je me suis senti, ma vie entière avant tout et très simplement français. » « Marc Bloch oublié de tous aujourd'hui », déplore Régis Debray. Il s'étonne qu’au moment où la démocratie est dans toutes les bouches, le peuple sente le souffre. « Au sens social du mot vous l’appelez populisme, au sens national souverainiste. La société est surabondante tandis que le peuple manque. Or, écrit-il, une société est un éparpillement de mémoire, un amoncellement de poches à rancunes et de comptes à régler. Un peuple est une longue histoire. »

Régis Debray dézingue également la course effrénée des politiques aux médias, qui les conduit à participer à des émissions de divertissement afin de renouer un fil perdu avec le peuple, mais qui ne le discrédite qu’un peu plus. La logique va jusqu’à : « muer ces liens de dépendance en liens amoureux et leur servitude médiatique en bonheur domestique. »

Régis Debray a le sens de la formule incisif, à la hauteur de ses convictions. Il s’en sert de façon jubilatoire pour le lecteur dézinguant en majesté de nombreuses figures politico-médiatique, parfois nommément, sinon facilement reconnaissables. Un petit livre qui donne beaucoup de plaisir.

Rêverie de gauche, Régis Debray, Flammarion, 203 p.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES