Pascal Boniface
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2012

Pascal Boniface
Abonné·e de Mediapart

De plus en plus d'Etats dans le monde, un dangereux émiettement

Cyrénaïque, Mali, Sud soudan, etc., l’actualité met en lumière une autre prolifération, celle des États. On recense 5.000 peuples et ethnies, il n’est pas difficile d’imaginer les conséquences dévastatrices si chacun voulait se doter d’un État.

Pascal Boniface
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cyrénaïque, Mali, Sud soudan, etc., l’actualité met en lumière une autre prolifération, celle des États. On recense 5.000 peuples et ethnies, il n’est pas difficile d’imaginer les conséquences dévastatrices si chacun voulait se doter d’un État.

Les guerres contemporaines résultent non plus de l’unification d’Etats, mais de leur démantèlement. Le sécessionnisme est devenu la menace la plus sérieuse contre la paix, car les sécessions ou partitions (à l’exception du cas tchécoslovaque) ne se font jamais pacifiquement, mais au contraire donnent lieu à des affrontements plus féroces.

La motivation principale des sécessions n’est pas, la plupart du temps, la défense d’une identité menacée, mais plutôt la volonté de se séparer des "autres" et de profiter seul des richesses du pays, jusqu’alors "indûment partagées". Dans la plupart des cas, les racines des aspirations sécessionnistes ne résidaient pas dans le désir effréné de liberté, mais plutôt dans la conviction que la prospérité serait plus facile à retrouver au sein d’une petite entité que perdue dans l’immensité d’un ensemble plus vaste.

 Soit la majorité cherche à se débarrasser d’une minorité jugée improductive, soit la minorité prospère espère améliorer encore plus son sort en se séparant d’une majorité plus pauvre. Dans les deux cas, la solution passe par le "largage" des indésirables, dans l’espoir de mener une vie plus confortable, dans le cadre d’une dilution du sentiment de solidarité.

 Le facteur désintégrateur qui agit sur les individus (les riches sont de moins en moins solidaires des pauvres) concerne également les peuples. Pas toujours mais bien souvent, le nationalisme et la proximité culturelle ne sont utilisés que pour mieux masquer l’intérêt économique à court terme.

Les dangers que représente la prolifération étatique sont clairs. Ils résultent à la fois des conditions dans lesquelles se fait cette prolifération et de ses effets. Cela peut en outre déboucher sur la création d’Etats artificiels ou non viables, constituant autant de zones grises propices à la déstabilisation.

 Le refus ou l’impossibilité de continuer à vivre avec les autres conduit assez souvent, que ce soit pour des raisons ethniques ou pour des motifs économiques, à un affrontement. Les justifications invoquées, par leur caractère artificiel ou du moins peu fondé sur le seul plan des droits collectifs d’un peuple, peuvent souvent conduire à des stratégies de légitimation exacerbées qui font resurgir un problème national plus ou moins résolu, ou qui le créent de façon artificielle.

 La réponse adéquate au danger de prolifération étatique ne sera jamais la répression armée, mais la reconnaissance des droits des minorités lorsqu’il s’agit d’un problème national, ou le renforcement du sentiment de solidarité lorsqu’il s’agit d’une motivation économique.

 Laissé à sa logique extrême, le mouvement de sécession conduit à un émiettement du monde qui risque de rendre sa gestion encore plus difficile qu’elle ne l’est actuellement.

 Alors que, au cours de l’histoire, les guerres ont été avant tout des guerres de conquête, les sécessions - sous leurs diverses formes, quelles que soient leurs motivations réelles ou inavouées, qu’elles réussissent ou qu’elles échouent - ont désormais toutes les chances de constituer la principale source de conflits.

 Il existe déjà plusieurs dizaines d’Etats qui sont incapables de subvenir à leurs besoins, qui vivent de la mendicité internationale, ou qui sont trop faibles pour ne pas devenir la proie des mafias.

 Un monde fait de milliers d’entités souveraines ou prétendues telles serait un monde où la souveraineté ne pourrait pas réellement s’exercer. Trop de souverainetés tuerait la souveraineté et déboucherait sur une planète où les forces occultes et les plus radicales occuperaient une grande partie des pouvoirs.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas