Pascal Boniface
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juin 2012

Pascal Boniface
Abonné·e de Mediapart

La laïcité, une chance pour les musulmans?

Pascal Boniface
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Entretien avec Olivier Bobineau et Stéphane Lathion, auteurs de Les musulmans, une menace pour la République?, publié en juin 2012, aux éditions Desclée de Brouwer.

1/ Vous définissez une typologie en quatres représentation de la laïcité. Pouvez-vous préciser lesquelles ?

 Une analyse du texte et du contexte de la promulgation de « la loi de séparation des Églises et de l’État » du 9 décembre 1905, permet de distinguer quatre représentations de la laïcité : laïcité d'opposition, laïcité de proposition, laïcité de différenciation et laïcité de composition.

 La laïcité d’opposition peut définir le contexte de l’époque. Certains députés (dont Émile Combes est la figure emblématique) entendent s’opposer au pouvoir de l’Église catholique  sur la société civile, en continuant notamment le processus d'étatisation de l'Ecole initié dans les années 1880.

La laïcité de proposition est le cœur de la loi et constitue son article premier. Il s’agit de considérer la laïcité comme le fait d’assurer « la liberté de conscience » et de garantir « le libre exercice des cultes ». Une seule restriction est posée à cette liberté : l'atteinte à l'ordre public (comme l'est du reste toute liberté publique). Autrement dit, la laïcité ne signifie pas comme on le croit souvent la privatisation de la foi, mais bien la possible publicisation du culte, c’est-à-dire la possibilité de pratiquer sa foi en dehors de chez soi, que ce soit dans un édifice ou autour de cet édifice.

La laïcité de différentiation est le fait que « la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte » (§1, article 2). L’État ne veut, ni n’a le droit de s’ingérer dans l’exercice des cultes. Il doit respecter leur libre exercice. L’État se différencie et ne s’ingère pas dans la gestion et l'administration des cultes ; de même, les cultes n‘ont pas à s’ingérer dans l’administration de l’Etat.

Enfin, la laïcité de composition est le fait que « Pourront toutefois être inscrites auxdits budgets [des pouvoirs publics] les dépenses relatives à des services d’aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics, tels les lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons » (§2, article2). Cet article pourrait sembler contradictoire au regard de la laïcité de différenciation. Cependant, la liberté de conscience et le libre exercice du culte constituent les principes fondateurs de la laïcité. Dès lors, la République doit permettre à tous, sans exception aucune, de pratiquer et de vivre sa liberté de conscience.

 2/ Selon vous, la plus grande visibilité des musulmans dans l’espace public marque une volonté de s’intégrer. Pouvez-vous expliquer ceci ?

 Pour illustrer ce point de vue, prenons le cas des « carrés spécifiques » dans les cimetières : 

Il est vrai que, de prime abord, cette demande peut être perçue comme un refus de s'intégrer, une volonté de rester séparés, même dans la mort. C'est certainement le cas pour certains musulmans. Toutefois, si le malaise de se retrouver proche de non musulmans est si fort, la possibilité existe de faire rapatrier son corps dans son pays d'origine (pour les premières générations) ou de choisir un autre lieu d'ensevelissement pour les nouvelles générations (éventuellement les convertis).

Cependant, si on accepte de modifier quelque peu l'angle d'approche de la question, on peut arriver à une toute autre conclusion : quelle autre meilleure preuve d'intégration existe-t-il que d'accepter d'être enterré, pour l'éternité, sur un territoire si longtemps considéré comme mécréant ? Ne peut-on pas trouver dans ces demandes d'aménagement un désir, une volonté de trouver sa place dans un espace qui est celui de leurs enfants, et sera celui de leurs petits-enfants?

Il ne s'agit pas de naïveté mais plus simplement d'exigence de nuance afin de mieux être en mesure de condamner les comportements provocateurs qui vont utiliser l'appartenance religieuse pour justifier des dérives identitaires. Ainsi favoriserons-nous peut-être un terreau d'auto-critique au sein des communautés musulmanes et l'émergence de voix nouvelles assumant ces héritages identitaires pluriels.

3/ En quoi la laïcité est une chance pour les musulmans ?

 Elle est une chance, d’une part, dans la mesure où la laïcité impose à tous les membres d'une société à prendre conscience de la multiplicité des spiritualités présentes dans les sociétés contemporaines (y compris les sociétés majoritairement musulmanes) et à entendre la neutralité de l'Etat en matière de religion. Une neutralité respectueuse des cultes mais n'en favorisant aucun (en théorie tout au moins). D’autre part, pour les musulmans, cette laïcité qui découle d'un Etat de droit respectueux des individus, garantissant l'égalité des personnes… offre un cadre de réflexion, d'interprétation et de pratique à tout croyant pour vivre sa foi sans les contraintes sociales (Etat, société, famille) encore très fortes dans certains pays musulmans (et certains quartiers de villes européennes). L'opportunité d'un regard critique sur ses sources (Coran et tradition), la prise en compte du contexte européen dans la réflexion théologico-sociale de l'islam contemporain sont autant d’éléments importants et essentiels pour répondre de façon pragmatique et constructive aux interrogations des croyants.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org