Pascal Lemaire
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

3 Éditions

Billet de blog 18 mai 2017

Pascal Lemaire
Abonné·e de Mediapart

Soutenons la démarche du mouvement « 6e République » pour obtenir une Constituante.

Le temps des Législatives est un bon moment pour continuer à populariser la nécessité d'une Constituante. Elle était déjà le projet-phare des Insoumis. Le Mouvement « 6e République » propose une nouvelle approche : utiliser le Référendum d’Initiative Partagée. Les conditions pour obtenir ce référendum sont très difficiles mais non impossible. Démonstration.

Pascal Lemaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Côté légal : Le mouvement  « 6e République » s’appuie sur « l’article 11 de l’alinéa 3 de la constitution actuelle » qui dit, qu’avec 185 députés et sénateurs + 4,5 millions de pétitions, on peut imposer que soit organisé un référendum pour la convocation d’une Assemblée Constituante. Ainsi, on utilisera pour la 1ere fois le fameux référendum d’initiative partagée concédé par Sarkozy en 2008 et mis en vigueur seulement en décembre 2013. (Quelle vélocité ont montré nos 2 Presidents de la République à faire participer les citoyens, n'est-ce pas ?)

Concernant la possibilité de réunir 4,5 millions de pétitionnaires : ce chiffre est énorme mais atteignable. En effet la constituante a été le projet-phare des Insoumis à la présidentielle. Ce mouvement a su réunir sous le nom de Mélenchon, plus de 7 millions d’électeurs. Le projet de Hamon prévoyait aussi une nouvelle constitution, soit 2 millions supplémentaires de personnes intéressées. Il serait par ailleurs bien étonnant qu’il n’y ait pas dans les autres partis des électeurs qui le désirent aussi, déçus que leurs représentants ne le leur proposent pas.

Comme il ne faudra pas trop compter sur les médias pour populariser l’évènement, rassembler autant de pétitions va demander du travail à tout un chacun pour faire circuler l’information auprès de son voisinage, mais c’est faisable !

Même si c'est triste à dire, le plus difficile sera sans doute de trouver 185 députés et sénateurs prêt à nous accorder la constituante. Espérons qu’ils sauront se montrer à la hauteur de la situation. Si nos représentants restaient sourds à cet appel, alors que 4,5 millions de pétitions auraient été recueillies, les dernières illusions sur cette « démocratie » s’envoleraient. Peut être que chez ceux qui ne font pas encore le lien entre leurs précarités et cette consitution réaliseront-ils qu'elle est là pour protèger les gouvernants des gouvernés. Nos élus précipiteraient par leurs comportements la fin de la constitution de 58. C’est pourquoi cette pétition est si importante .

Afin d’obtenir cette constituante, le mouvement pour « la 6ᵉ république » propose cette démarche :

Je lis la proposition de loi du M6R

J’adresse une pétition aux députés et Sénateur

je diffuse l’idée auprès de mon entourage

D’autres événements suivront pour accélérer la circulation de l’idée auprès des citoyens.

Pour la petite histoire, rappelons qu'en Suisse la constitution reconnaît au peuple un vrai Référendum d’Initiative Populaire permettant à 1 % des électeurs qui ont signé une pétition, de proposer par référendum au peuple le retrait ou la modification d’une loi votée par le Parlement fédéral Suisse.De même, 1 % des citoyens peuvent initier une loi et ceci, précisons-le, sans qu’ils ne soient obligés d’obtenir la validation de leurs députés et sénateurs. L’exemple donné par ce voisin en dit long sur l’infantilisme de notre « démocratie ». La Suisse nous montre combien notre constitution est vieillotte, voire borderline : car enfin, il faut avoir un esprit borderline pour avoir inventé un régime monarchique au cœur de la République. Mendes-France avait dénoncé la naissance de cette constitution pour cette raison. Mais son concepteur n’était pas seulement un ambitieux-borderline : il était aussi un redoutable stratège qui a su jouer sur les peurs du moment.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier