Pascal Lemaire
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

3 Éditions

Billet de blog 22 févr. 2011

Pascal Lemaire
Abonné·e de Mediapart

Une économie bio compatible limite les guerres

Une économie bio compatible limiterait les guerresPlus un pays est indépendant pour ses besoins en énergie, en nourriture, en industrie grâce à une production locale, moins il risque de se comporter en agresseur. Donc permettre à tous pays d'obtenir cette indépendance, c'est travailler pour sa propre paix en diminuant l'agressivité de chacun. Nous connaissons le rôle détestable que le pétrole a joué ces 100 dernières années dans les principaux conflits. La nécessité de sécuriser les lieux d'exploitation, son transport, a coûté beaucoup d'argent et fait commettre, pas seulement à la France, d'énormes saloperies suscitant des haines qui se payent déjà, et infiniment plus le jour où les rapports de force s'inverseront. Et ce jour est proche.

Pascal Lemaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une économie bio compatible limiterait les guerres

Plus un pays est indépendant pour ses besoins en énergie, en nourriture, en industrie grâce à une production locale, moins il risque de se comporter en agresseur. Donc permettre à tous pays d'obtenir cette indépendance, c'est travailler pour sa propre paix en diminuant l'agressivité de chacun. Nous connaissons le rôle détestable que le pétrole a joué ces 100 dernières années dans les principaux conflits. La nécessité de sécuriser les lieux d'exploitation, son transport, a coûté beaucoup d'argent et fait commettre, pas seulement à la France, d'énormes saloperies suscitant des haines qui se payent déjà, et infiniment plus le jour où les rapports de force s'inverseront. Et ce jour est proche.

« La France n'a pas de pétrole mais elle a des idées », slogan des années 70 à ressusciter d'urgence: c'est le moment de le prouver pas seulement pour le pétrole, mais aussi pour les terres rares, les minerais, et toutes ressources que nous n'avons pas localement en s'inspirant de la nature. La moindre plante, le moindre animal, qui sont plus complexes qu'un ordinateur se fabriquent eux même et trouvent ensuite leur subsistance, leur énergie localement sans polluer. Nos ordinateurs, et nos industries en général ont donc du progrès à faire pour atteindre cette perfection à fabriquer le sophistiqué dans le local. L'indépendance totale.

Il faudrait tendre vers cette économie. Notre savoir scientifique nous le permet déjà en parti mais devrait être intensifié. Diriger nos moyens financiers, qui ne sont pas illimités, dans cette direction est une question de choix politique. Mais ce n'est pas le chemin pris. Notre état en poussant au nucléaire, non seulement gaspille l'argent de nos impôts mais il ralentit le développement d'énergies locales et non polluantes. Il nous oblige à entretenir une armée de métier importante pour sécuriser cette ressource non locale. A soutenir des dictateurs arrangeants, ridiculisant ainsi notre démocratie. Il augmente la déstabilisation du monde et donc les risques de guerre. Nous obligeant à augmenter toujours plus nos dépenses en sécurité. D'autre part il montre que nous ne sommes pas dans une démocratie car un tel choix de société devrait être soumis à un grand débat citoyen. Aux prochaines présidentielles, il faudra s'en souvenir au moment de voter, tout parti qui défendrait le nucléaire nous pousse vers la guerre sans compter les problèmes de pollution et les risques industriels qui lui sont associés.

Soigner notre démocratie est l'autre pan pour faire hésiter notre ennemi.

Une économie bio compatible plus une vraie démocratie, vécue, vérifiée, confirmée, chaque jour par le citoyen rendrait ce pays inattaquable. Et quand nous nous adresserions amicalement à un autre pays, celui-ci saurait que ce n'est pas par faiblesse mais par ce que nous sommes sûrs de nous: Liberté, Egalité, Fraternité. Nous serions des modèles à suivre par notre exemplarité et non par de beaux discours.

Et si malgré tout nous étions agressés?

Cela ne viendrait pas d'un pays ayant adopté une économie biocompatible mais d'un pays à la philosophie agressive de type néolibérale souhaitant s'accaparer de quelques ressources. Pour cela il est obligé de détourner beaucoup d'argent qui pourrait servir à des buts utiles pour se doter d'une armée puissante. Il se fragilise donc. On sait que tout pays qui dépense autant d'argent pour son armée fera la guerre. Sinon pourquoi entretenir une armée pour des fonctions qui vont au delà de sa propre défense territoriale? Pourquoi une armée de métier plutôt qu'une armée de citoyens? Une armée de métier est faite pour être envoyée au 4 coins du monde pour protéger notre approvisionnement en ressources rares. Une armée de citoyens défend son pays.

Que se passerait il?

Si tout ce qui est essentiel à la survie de la population est bien répartie dans l'espace territorial, si chaque région, chaque ville, chaque village, chaque maison sont auto suffisants à leur niveau, ce qui est un but à atteindre car alors la biocompatibilité est maximum en cas de catastrophe, ce pays devient aussi très compliqué à attaquer. Les bombes ultra perfectionnées, ultra chères aussi, ne servent plus à rien car il n'y a plus de centres névralgiques importants qu'il suffirait d'atteindre pour obliger en quelques heures le pays à demander la reddition. Le belligérant n'a pas d'autre choix que d'aller au contact, ce qui coûte encore plus cher. Si ce pays biocompatible a aussi une armée de citoyens prêts à en découdre, si la population a de bonnes raisons de ne pas accepter cet envahisseur, cela s'annonce très difficile, très long et très couteux. L'agresseur a t-il une économie capable de tenir longtemps ? Si son économie s'écroule, elle a perdu. Une guerre à l'occidentale coûte cher, très cher: voir la guerre du Vietnam, d'Afghanistan, des super-puissances tenues en échec par des économies très modestes mais biocompatibles et une population très motivée. Où en sont les Etats-Unis ? A genoux! Ils quittent l'Irak péniblement en prétendant leur mission accomplie, mais n'ont-ils pas renforcé le terrorisme, l'ennemie mortelle du néolibéralisme?

Intéressant ce revirement de la politique américaine quand Obama soutient désormais les peuples plutôt que les dictateurs. Voilà qui va détendre la tension dans le monde, qui fera reculer les extrémismes, qui va redonner de l'espoir à l'humanité. Une intelligence réveillée au commande des États Unis?

Et nous la France?

Nous commençons à nous rendre compte combien notre politique extérieure est agressive par sa cupidité. Bien sûre, pour les 99% des français, difficile de s'en apercevoir jusqu'à il y a peu, tant notre politique intérieur nous plonge dans de profondes difficultés. Cela n'aide pas à voir. Cependant si nous ne profitons pas du crime, on nous distribue quelques miettes, juste de quoi faire de nous des complices liant nos destins.

Qui sème la guerre par ces agissements? La finance cupide. Qui récoltera la guerre? Nous les français si nous ne parvenons pas à obliger nos responsables à intervenir sur la finance par un retour à la démocratie.

Vu à quelle vitesse bougent les rapports de force dans le monde, la date ou on nous demandera des comptes est proche. Et comme notre économie n'est quasiment plus biocompatible pour optimiser les supers des profits de quelques uns, si nous avons été écrasé en 3 semaines en 39, combien de jours tiendrions nous si cela arrivait maintenant?

En effet! La France s'est désindustrialisé car la main d'œuvre coute moins cher ailleurs. Cupidité ayant pour cout la perte de savoir, de savoir faire, perte d'intelligence, de confiance dans notre communauté, dans nos valeurs des droits de l'homme. Des décisions politiques ont été prises sacrifiant nos cultures vivrières bien réparties pour des monocultures spéculatives enrichissant des marchés financiers qui n'ont que faire du destin des français. Il suffirait de bloquer notre système de circulation des biens pendant quelques jours pour nous désorganiser mortellement. Ce ne serait pas très compliqué. Comme nous avons hyper-concentré nos industries, nos centrales d'achats, la destruction de quelques raffineries pétrolières, quelques pipelines de gaz suffiraient: plus d'énergie, plus de chauffage, plus d'électricité, plus de transport, et en quelques jour plus de nourriture. Nous sommes des citadins à 90%. Combien d'entre nous pratiquent le jardinage, permettant une certaine autonomie? Alors on ira piquer chez le voisin après avoir pillé les magasins! Le chaos! l'horreur d'une humanité obligé de s'entretuer pour manger. Ce scenario de catastrophe totale est impossible en Inde ou en Chine car ces pays ont encore largement conservé des structures économiques à l'ancienne, naturellement biocompatible.

A nos serviteurs de l'état, n'entendez vous pas sonner le tocsin? Êtes vous réellement au service de la France, des français ou plutôt du marché? Les 2 sont incompatibles. La démocratie et la « liberté » du marché sont incompatibles! Il est temps de vous réveiller.

Quand à nous, montrons que nous ne sommes pas des veaux se laissant mener à l'abattoir comme nous le reprochait parfois et avec justesse De Gaulle en particulier quand il nous voyait accepter l'inacceptable au moment de l'armistice. En même temps il nous faisait confiance. Il pensait que notre découragement serait momentané, que face au danger nous allions nous retrouver. Il nous savait aussi les enfants de la révolution française.

Et bien nous y sommes presque.

Nous avons craqué quasiment toutes nos allumettes. Nous ne pouvons plus nous tromper lors de la prochaine élection présidentielle. En particulier le luxe de reconduire une politique néolibérale. Le marché doit repasser sous le contrôle de la démocratie. Ce désir traverse le monde. Nous aurons alors beaucoup à travailler, tous, pour transformer une économie néolibérale en une économie biocompatible. Concrètement, quels partis nous proposent de tendre vers cela? S'ils sont divisés, nous devrons les rassembler. On est au delà d'un débat gauche droite. Le partie socialiste, l'UMP sont néolibéraux. L'un et l'autre, à des vitesses différentes continueront à défendre la liberté du marché car il n'y aurait pas d'autre choix prétendent-ils, et donc à poursuivre la destruction de nos liens sociaux, la délocalisation des entreprises, la destruction de notre biosphère nous rendant encore plus démuni en cas de catastrophe majeur, qui finira par arriver surtout si on augmente ce risque artificiellement au nom du profit. Il est impérieux que nous mettions des gens courageux et de bons sens au pouvoir. Nous les reconnaitrons car ceux là réclameront notre aide et notre participation. Alors comme du temps de radio Londre, (c'est désormais sur internet) écoutons, sentons, reniflons, faisons confiance à notre ressenti, à notre esprit libéré et soyons prêt.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En France, une nouvelle menace plane sur Deliveroo
Déjà condamnée cette année, la plateforme de livraison de repas est à nouveau en « discussions » avec l’Urssaf, qui pourrait lui réclamer une ardoise potentiellement fatale. Le parquet de Paris étudie le versant pénal du dossier. L’entreprise a missionné Jean-François Copé et un administrateur judiciaire.
par Dan Israel
Journal
La COP biodiversité tentée par la marchandisation des écosystèmes
À la COP15 de la biodiversité de Montréal, qui s’ouvre le 7 décembre, les Nations unies pourraient promouvoir un mécanisme global de compensation des atteintes à la biodiversité par leur marchandisation. Un mécanisme illusoire et dangereux.
par Romaric Godin
Journal — Agriculture et alimentation
L’UE interdit l’importation de produits issus de la déforestation
Le Parlement européen et les États membres de l’Union européenne ont trouvé un accord dans la nuit de lundi à mardi pour interdire l’importation de plusieurs produits, comme le cacao, le café ou le soja, lorsqu’ils contribuent à la déforestation.
par La rédaction de Mediapart avec AFP
Journal
YouTube songe à sanctionner les vidéastes accusés de viol
Après l’ouverture d’enquêtes préliminaires pour viol visant deux célèbres créateurs de contenus, Norman et Léo Grasset, YouTube n’exclut pas de « prendre des mesures » pour sanctionner des comportements qui auraient eu cours en dehors de la plateforme.
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop