Pascal Lemaire
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

3 Éditions

Billet de blog 30 avr. 2017

Pascal Lemaire
Abonné·e de Mediapart

Demandons un front républicain à nos politiques pour obtenir une constituante

"VOTEZ MACRON !" nous ordonnent-ils afin de maintenir le pacte républicain. Fort bien ! Demandons à notre tour à nos représentants politiques de faire front républicain en s'adressant à Macron pour qu'il propose aux Français la mise en place immédiate d'une Constituante, dernière porte de sortie honorable pour tous, gouvernants et gouvernés, avant accident majeur.

Pascal Lemaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après la catastrophique présidentielle de 2002, vous ne pouvez plus comme vous l'aviez fait alors, vous contenter de demander aux électeurs de se sacrifier en votant Macron sans comprendre que de les soumettre à nouveau à une telle injonction paradoxale pourrait bien cette fois-ci avoir l'effet inverse de 2002 : renforcer le vote FN par une révolte des tripes. Ne saisissez-vous pas que cette injonction puisse augmenter la rage d’électeurs déjà particulièrement chauffés à blancs par le déroulement du premier tour avec tous les voyants allumés indiquant une constitution de 58 au bord de l'écroulement ? Êtes-vous prêt à prendre le risque de ne rien proposer d'autre que de voter Macron pour éloigner le vote frontiste ?

À 10 jours d'un vote décisif pour la démocratie,vous êtes les derniers à pouvoir agir positivement encore pour faire baisser la pression, pour soulager quelque peu les multiples crispations sociétales.

Vous avez votre part de responsabilité dans cette situation extrêmement dangereuse dans laquelle nous sommes. Pourquoi ?

Parce que en quinze ans, vous avez été incapable de trouver un mode de scrutin plus représentatif du vote citoyen que notre scrutin uninominal à 2 tours sans pondération. Ce mode de scrutin avait permis de porter JM Le Pen au 2ème tour alors qu'il avait fait le plein dès le premier tour en dessous des 20 %. Ce mode de scrutin est bien connu pour développer dans certaines conditions des matchs aberrants comme le démontre le paradoxe de Condorcet qui a étudié mathématiquement ce mode de scrutin. Ce savoir, vous ne pouvez pas l'ignorer. Tout démocrate aurait cherché des modes de scrutin plus représentatifs de l'électorat. Vous avez jusqu’ici maintenu fermé l'accès à cette porte.

Vous n'avez toujours pas mis en action le vote blanc révocatoire qui permettrait au peuple à chaque étape d'un vote d'avoir le choix de provoquer une nouvelle élection en révoquant les candidats. Celui-ci n'étant pas fait, vous condamnez pour l'heure les citoyens à une impasse morale, projetant chacun d'eux dans un conflit de loyauté tant vis-à-vis de lui-même que vis-à-vis de ces concitoyens.

Le sort de la démocratie ne dépend plus que de vous. Vous qui êtes si fort pour soumettre les citoyens à des choix impossibles, nous espérons que celui-ci ne le sera pas pour vous. Nous regardons.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas