Pascal Roggero
Sociologue
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 févr. 2012

Max Gallo à l'Esprit public : du passé faisons table rase

Les auditeurs de l’Esprit public, l’émission de Philippe Meyer sur France-Culture, connaissent bien Max Gallo. Il en est un inamovible participantque ni l’âge ni la neige n’empêchent de défendre avec une constance non démentie la politique du pouvoir actuel et le Président Sarkozy.

Pascal Roggero
Sociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les auditeurs de l’Esprit public, l’émission de Philippe Meyer sur France-Culture, connaissent bien Max Gallo. Il en est un inamovible participantque ni l’âge ni la neige n’empêchent de défendre avec une constance non démentie la politique du pouvoir actuel et le Président Sarkozy. On peut regretter ce genre de prébende assez peu représentative de la diversité démocratique du pays, mais passons.

Ce qui m’apparaît étrange tout de même, c’est bien une sorte d’amnésie généralisée sur la trajectoire politique de Max Gallo. Il ne s’agit pas d’un perdreau de l’annéeet si avoir vécu n’est assurément pas un crime, il n’est pas interdit de s’interroger sur la cohérence, la signification et les raisons de l’itinéraire d’un homme politique, ce que fut Max Gallo.

Adolescent à Nice dans les années 1970, je me souviens de lui comme le leader de l’opposition « socialo-communiste » à Jacques Médecin le maire très droitier de la ville. Aimant à parler le nissart, ce dernier qualifiait son opposant de « crassous », terme qu’il n’est pas nécessaire de traduire. Son activisme en terre hostile valut à notre historien passé du parti communiste au parti socialiste, un poste ministériel dans le gouvernement Mauroy, celui de porte-parole.

Guy Bedos synthétisa assez bien son rôle de la sorte : «  Quand Mitterrand crache un noyau d’olive, Max Gallo en fait une salade niçoise ». Il a dû faire une indigestion de ces précieux  noyaux quand on entend les diatribes acerbes de notre spécialiste de l’Italie fasciste contre sonchef de l'époque,  disparu depuis 1996. Mitterrand, une calamité nous assène le « Victor Hugo des campings » mais de son rôle personnel, il n’en est jamais question.

Autre curiosité d’un fidèle auditeur, l’accablement par notre sarkolâtre pointilleux des institutions européennes et singulièrement du parlement susnommé. Mais, là encore et sauf erreur de ma part, il n’a pas craché dans la soupe de la rémunération confortable de son mandat de député européen socialiste. Belle morale tout de même, que de belles leçons données...

Enfin après avoir défendu la candidature de Jean-Pierre Chevènement en 2002 qui n’eut d’autre effet que d'envoyer Lionel Jospin à la retraite au profit de Jean-Marie Le Pen, notre écrivain à la rectitude souveraine, s’enticha de l’actuel locataire de l’Elysée. Depuis, il lui est fidèle parmi les fidèles. Il est vrai que notre Niçois a dit son accord avec Christian Estrosi, l’un des « bébés Médecin » et maire de Nice, pour la gestion éclairée de sa ville natale. Académicien, rompu d’honneurs, défenseur du bouclier fiscal et pourfendeur assidu de la gauche, Max Gallo mérite le respect dû aux citoyens méritants faute d'être constants. Il doit, j’imagine, avoir la Légion d’honneur comme Stone et Charden ou Patrice de Maistre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger  
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan