pascal terrasse
Député, Président du Conseil Général de l'Ardèche
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mai 2011

Sarkozy renonce à mettre de l'argent pour la dépendance

La dépendance sera certainement un des derniers grands sujets de débat politique de ce quinquennat, ainsi que l'a voulu Nicolas Sarkozy.

pascal terrasse
Député, Président du Conseil Général de l'Ardèche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La dépendance sera certainement un des derniers grands sujets de débat politique de ce quinquennat, ainsi que l'a voulu Nicolas Sarkozy.

Les données démographiques et financières du problème sont bien connues: en 2050, un Français sur trois aura plus de 60 ans, contre un sur cinq en 2005. Alors qu'un million et demi de personnes âgées sont "dépendantes" aujourd'hui, les 80 000 personnes supplémentaires chaque année nécessitent que soient mises à leur disposition des structures adaptées à leur prise en charge ainsi que des financements appropriés. Il s'agit donc de trouver les ressources nécessaires au renforcement des mécanismes de solidarité nationale existants, et ce dans un contexte budgétaire extrêmement tendu.

Si le constat de départ, la mesure des enjeux et l'absolue nécessité d'une réforme visant à améliorer en pérenniser la prise en charge de la dépendance font l'objet d'un large consensus, il est une composante du problème jusqu'ici trop largement ignorée. Au delà des chiffres (budgets à mobiliser, infrastructures d'accueil à construire, personnel nécessaire...), qui font l'objet de toutes les discussions aujourd'hui, la dimension humaine doit être replacée au coeur des débats.

Dans une enquête journalistique sérieuse et approfondie, F. Nénin et S. Lapart nous livrent un constat très alarmant sur l'état des établissements prenant en charge les personnes âgées, et notamment les maisons de retraite, aujourd'hui. Si une société peut être jugée à la manière dont elle traite ses anciens, le reflet de la société française que les auteurs nous amènent à contempler est peu reluisant. N'hésitant pas à parler de "maltraitance institutionnelle", et même de génocide silencieux, ils attirent notre attention sur un phénomène que, par notre négligence ou notre ignorance, nous n'avons que trop longtemps laissé se perpétuer.

Lorsqu'un institut de sondage révèle que 49% des français ont une opinion défavorable des maisons de retraites; que les personnels des maisons de retraite expriment leur désarroi face à des conditions de travail, souvent en sous-effectif, difficiles; que le placement des personnes âgées en institution spécialisée est un choix par défaut, souvent fait avec réticence voire culpabilité par des enfants n'ayant pas d'autre recours; que la maltraitance des personnes âgées placées dans ces institutions est beaucoup trop souvent enfermée dans le déni et non combattue, il est de notre devoir de nous interroger, de regarder les choses sans nous voiler la face.

Comme le soulignent les auteurs, aucun débat sur l'évaluation du phénomène de maltraitance des personnes âgées n'a eu lieu depuis le milieu des années 2000. Or, leur enquête montre non seulement la réalité de ce problème, mais en pointe également certaines causes fondamentales: manque de personnel, manque de moyens financiers; à quoi nous pouvons ajouter un manque criant de système d'évaluation systématique des modes existants de prise en charge de la dépendance. Peut on décemment s'interroger sur la prise en charge de la dépendance en occultant la dimension humaine du problème? Peut on décider d'étendre et de pérenniser le système de solidarité inter-générationnel actuel sans s'interroger sur la qualité de ce système, mesurée à l'aune de la qualité de vie des personnes qu'il prend en charge? Il est essentiel que le débat sur la dépendance ne fasse pas l'impasse sur ces questions, il en va de l'idée que nous nous faisons de notre société, et des valeurs humanistes que nous souhaitons porter.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Accusé d’agressions sexuelles, Éric Zemmour instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage du candidat d’extrême droite tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal — Extrême droite
Serge Klarsfeld : « Il parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener