pascal terrasse
Député, Président du Conseil Général de l'Ardèche
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2011

Education : propositions pour une alternative en 2012

L'éducation nationale, garante des valeurs méritocratiques et républicaines qui fondent notre pacte social, cette institution qui forme les citoyens de demain, n'a peut être jamais connu de situation plus difficile.

pascal terrasse
Député, Président du Conseil Général de l'Ardèche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'éducation nationale, garante des valeurs méritocratiques et républicaines qui fondent notre pacte social, cette institution qui forme les citoyens de demain, n'a peut être jamais connu de situation plus difficile. Les objectifs nobles et ambitieux qui lui ont été assignés depuis plus d'un siècle, on lui demande de les atteindre avec des moyens toujours plus restreints. Dans un contexte budgétaire extrêmement difficile, l'éducation nationale se trouve en première ligne non seulement en matière d'enseignement, de formation des citoyens et d'apprentissage des valeurs civiques qui nous permettent de bien vivre ensemble, mais aussi de prévention et d'action contre la délinquance ou les difficultés familiales.

C'est sans doute la raison pour laquelle les principaux partis politiques, de droite comme de gauche, feront de cette institution un des principaux éléments de leurs programmes politiques pour les cinq années à venir.

La majorité et le gouvernement, qui vantent leur action en faveur de l'éducation, n'ont obtenu au cours des dix années écoulées que de bien piètres résultats. Aujourd'hui, un jeune sur six aborde la vie adulte dans des conditions telles qu'il sera très probablement condamné à la précarité. Les chances de succès à l'école et les conditions d'apprentissage sont par conséquent trop étroitement liées aux conditions de vie et au milieu socio-économique d'origine des enfants.

Les conditions éducatives faites aux tout petits enfants, au stade de leur vie où l'apprentissage est sans doute le plus déterminant pour leur avenir, ne sont pas idéales, loin de là. La France investit relativement peu dans l'école primaire, notamment par rapport à ses voisins européens, alors que cette étape est cruciale dans le parcours scolaire des enfants. L'uniformisation des contenus et des méthodes d'enseignement ne permet pas de donner à chacun les mêmes chances de succès. Les rythmes scolaires pénalisent ceux dont les difficultés sont les plus grandes. L'orientation par l'échec laisse un nombre trop important de jeunes sur le bord de la route, avec des conséquences à long terme difficiles voire impossibles à inverser. La violence est trop présente dans les établissements.

Problème plus immédiat pour des milliers de familles, le coût de la rentrée scolaire a encore augmenté cette année. Et comment parler du profond malaise de l'éducation nationale sans parler des enseignants eux -mêmes, qui ne voient pas leurs efforts reconnus à leur juste valeur et n'ont trop souvent ni les moyens ni la formation nécessaire à mener à bien leur mission ?

En Ardèche, la politique du gouvernement a des conséquences très concrètes et désastreuses : 39 postes en moins, pour 246 enfants supplémentaires. Les secteurs en zone d'éducation prioritaire tels que celui de Bourg Saint-Andéol subissent une baisse du nombre d'heures en collège, les AVS (auxiliaires de vie scolaire) sont en souffrance et la scolarisation des enfants handicapés n'est vraisemblablement plus une priorité puisque de nouveaux postes sont supprimés à Tournon-sur-Rhône...

Cette liste d'échecs pourrait sans doute être allongée, mais est-ce bien nécessaire pour convaincre tout un chacun qu'une réelle politique éducative alternative est nécessaire ? En votant pour le projet du parti socialiste voici quelques mois, les candidats à la primaire socialiste ont tous fait de l'éducation une de leurs grandes priorités. L'éducation sera donc un des thèmes phare de la campagne présidentielle qui s'ouvrira dans quelques mois et les primaires seront la première occasion offerte à tous nos concitoyens de témoigner de leur attachement à cette institution républicaine précieuse. C'est parce que la jeunesse recèle de formidables promesses, un potentiel illimité, que nous devons aujourd'hui nous montrer optimistes et résolus.

Je me félicite de l'importance que le projet et les candidats à la primaire socialiste accordent à l'éducation, car les enjeux, je peux le constater au quotidien comme nombre d'élus de ma formation politique, sont à la mesure de l'urgence qu'il y a à agir enfin. Le Conseil général que je préside détient, certes, certaines compétences en matière d'éducation, et nous oeuvrons chaque jour, avec les moyens qui sont les nôtres, pour améliorer les conditions d'éducation et assurer un avenir aux plus jeunes de nos concitoyens. Mais regardons les choses en face : sans changer de politique en 2012, nous ne pourrons pas apporter les améliorations nécessaires à un système éducatif sur lequel repose l'avenir de notre économie et la compétitivité de notre pays dans une économie mondialisée, où la richesse naît de la connaissance, de l'excellence de la recherche, de l'innovation continue et permanente.

Pour aborder les enjeux du 21e siècle et relever les défis de demain, l'éducation doit être adaptée, réformée, mieux organisée et adaptée aux besoins et aux aspirations de chacun. C'est avec cet objectif que le Parti socialiste a défini les pistes qui orienteront la politique éducative qu'il mettra en place dès 2012 si les Français lui accordent sa confiance.

La nouvelle politique éducative que nous proposons passera par un nouveau pacte éducatif, qui devra impliquer l'ensemble de la communauté éducative et les parents d'élèves. Par le développement de l'accueil en crèche et l'école à partir de deux ans. Ce sera aussi une revalorisation du rôle des enseignants, qui nécessite que soit revue et renforcée leur formation initiale et continue, leur autorité, mais aussi leur capacité d'initiative et leur autonomie aujourd'hui trop souvent bafouées. Nous adopterons une approche sereine mais ferme et résolue du problème de l'insécurité, car l'apprentissage ne peut avoir lieu dans un contexte d'irrespect et de violence verbale ou physique. Nous appelons à une réorganisation des rythmes scolaires, dont chacun reconnaît qu'ils ne sont pas adaptés aux besoins des enfants et augmentent souvent les difficultés des plus vulnérables.

Pour créer les entrepreneurs, les travailleurs et les citoyens responsables de demain, il faudra également repenser le système de l'orientation tout au long de la scolarité, ainsi que mettre en place des mesures fortes pour l'université et l'enseignement supérieur. Donner aux jeunes les outils et les compétences qui leur permettront de saisir les multiples opportunités qui s'offrent à eux et de s'épanouir en tant que citoyens, c'est aussi mieux intégrer les nouvelles technologies dans les cursus scolaires et permettre à chacun, quels que soient ses moyens, d'en faire le meilleur usage.

Nous souhaitons ainsi élever notre système éducatif à la hauteur des ambitions qui sont celles de notre pays. Nous ne ferons pas l'économie d'une réflexion sur les moyens qui sont nécessaires à cette nouvelle politique éducative.

Donner aux plus jeunes d'entre nous les compétences, les atouts et les ambitions qui leur assureront un bel avenir, voilà une ambition qui à elle seule peut motiver notre engagement et notre mobilisation permanente.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Covid : en laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique, soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot