pascal terrasse
Député, Président du Conseil Général de l'Ardèche
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juil. 2011

Pour des états généraux de l'énergie

Le débat sur la production et la consommation d'énergie, et plus spécifiquement sur l'avenir du nucléaire, s'est imposé dans les débats politiques depuis la catastrophe de Fukushima.

pascal terrasse
Député, Président du Conseil Général de l'Ardèche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le débat sur la production et la consommation d'énergie, et plus spécifiquement sur l'avenir du nucléaire, s'est imposé dans les débats politiques depuis la catastrophe de Fukushima. Pour répondre aux enjeux économiques et sociaux de la politique énergétique de notre pays, ainsi qu'aux attentes et aux inquiétudes de nombreux citoyens qui veulent que leur sécurité soit préservée tout comme leur pouvoir d'achat, alors que les factures énergétiques des ménages ne cessent de s'alourdir, les candidats à l'élection présidentielle devront fixer un cap clair.

Certaines voix, à droite comme à gauche, s'élèvent d'ores et déjà pour poser ce débat en des termes qui me paraissent inappropriés. Ainsi, certains caricaturent une orientation pragmatique et responsable, à laquelle j'adhère, en la présentant comme un non choix, celui du "ni-ni", qui reviendrait à laisser la porte du nucléaire entrebaillée.

Or, dire qu'une politique énergétique responsable doit prendre en compte non seulement les risques du nucléaire, l'impact de sa domination sur le développement des autres énergies renouvelables, mais aussi ses avantages (en termes de compétitivité française, mais aussi de pouvoir d'achat des ménages), et les coûts sociaux et environnementaux associés à l'exploitation de toutes les autres sources d'énergie non renouvelables, qu'il s'agisse du pétrole comme du charbon, est-ce "biaiser", ou tenir un discours responsable? Assumer un engagement pour une vraie transition énergétique, reposant sur un investissement massif dans le développement des énergies renouvelables comme condition incontournable d'une réduction de l'ensemble des énergies non renouvelables, ce n'est pas une nouvelle façon de choisir la poursuite du nucléaire. Ce n'est pas céder aux lobbys et privilégier les intérêts économiques d'un secteur appelé à jouer un rôle de moins en moins important dans le mix énergétique français. C'est au contraire, considérer que si le nucléaire n'est pas une énergie d'avenir, il est économiquement et socialement juste de ne pas faire payer à notre économie et aux citoyens, surtout les plus pauvres, le prix des erreurs politiques passées, en engageant une transition trop brutale vers l'inconnu, sans avoir préalablement procédé à un dialogue impliquant l'ensemble des parties prenantes, et établi un diagnostic clair et partagé.

Si je suis de ceux qui appellent de leurs voeux des décisions claires et rapides, je ne crois pas que le contexte actuel, qui se prête trop aux manoeuvres et aux calculs à visée purement politicienne, et la précipitation de certains à faire inscrire dans les programmes des différents candidats des exigences qu'ils ont érigé comme des dogmes non-négociables, soient propices à des prises de décisions qui vont engager notre pays dans une transition énergétique qui aura des conséquences pour les décennies à venir.

Je crois donc qu'il est préférable de se fixer des objectifs clairs et fermes à moyen terme, qui nous permettent d'en considérer l'impact économique et social, quitte à les réévaluer à la hausse si des opportunités nouvelles apparaissent, et de se donner les moyens de les tenir, plutôt que basculer dans l'inconnu en faisant payer le prix d'une transition énergétique trop brutale à nos concitoyens.

Quels pourraient être, par exemple, ces objectifs? D'abord, un engagement ferme sur une réduction maîtrisée de la part du nucléaire dans le mix énergétique de notre pays, en anticipant ses effets afin d'être en mesure de garantir que cette réduction ne se traduise pas par une augmentation du coût de l'énergie. Ensuite, faire en sorte que 100% de l'énergie consommée par les ménages provenant d'énergie propres à un horizon de 10 ou 15 ans. Cela ne sera possible qu'en investissant massivement dans les énergies renouvelables et la recherche de modes de production d'énergie alternatives, et en instaurant des incitations suffisantes, pour les ménages, à réduire leur consommation énergétique. Mais de telles incitations ne doivent pas pénaliser les ménages les plus modestes.

Au delà des convictions, des engagements, voire des postures des uns et des autres, j'ai déjà proposé une méthode, des états généraux de l'énergie, qui me semble être la meilleure pour engager le débat nécessaire et attendu par tous sur l'avenir de l'énergie produite et consommée dans notre pays. Cette méthode se résume en trois mots: diagnostic, dialogue, et décision. C'est la voie incontournable pour engager une véritable transition énergétique, car des décisions précipitées pourraient être le pire remède au problème économique, social et environnemental auquel nous sommes confrontés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « On est dans un basculement qui n’était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Justice
Au procès d’Éric Zemmour, la politique de la chaise vide 
Jugé jeudi pour avoir dit que Philippe Pétain avait « sauvé les Juifs français », Éric Zemmour n’est pas venu à son procès en appel. Faute d’avoir obtenu un renvoi après la présidentielle, son avocat a quitté la salle. Le parquet a requis 10 000 euros d’amende contre le candidat d’extrême droite.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii