pascal terrasse
Député, Président du Conseil Général de l'Ardèche
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2011

Les fanfarons du pouvoir d'achat

pascal terrasse
Député, Président du Conseil Général de l'Ardèche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Personne n'a oublié que le candidat Nicolas Sarkozy s'était autoproclamé, en 2007, "président du pouvoir d'achat". Aussitôt élu, cette priorité était passée aux oubliettes des promesses de campagne. Confronté à l'échec de sa stratégie de droitisation de son discours, qui ne lui a pas permis de remonter dans les sondages d'opinion et encore moins de gagner des voix aux dernières cantonales sur le Front National, le président nous fait aujourd'hui le coup du "virage social". Avec la proposition d'obliger les entreprises versant des dividendes à leurs actionnaires à attribuer une prime - dont le montant est l'objet de disputes entre les différents ministères concernés - à leurs salariés, la question du pouvoir d'achat fait donc un retour fracassant dans le débat politique.Preuve, s'il en fallait une, que notre cher président a la préoccupation sociale fort utilitariste... Le problème est de taille: en 2010, le pouvoir d'achat des français n'a progressé que de 1,2%, soit moins qu'en 2009 (1,6%), alors même qu'on nous assène quotidiennement que nous sommes en train de sortir de la crise. Par unité de consommation, le pouvoir d'achat a même ralenti au 4e trimestre. La reprise louée par la majorité présidentielle semble pour le moment circonscrite aux géants Cac40... Les français n'ont que faire des arguments techniques et des statistiques qui leurs sont opposés: malgré tous les artifices statistiques que le gouvernement utilise avec dextérité, entre flambée des prix des matières premières et des carburants, les plus modestes comme les classes moyennes subissent de plein fouet une conjoncture économique qui leur est défavorable. Alors qu'il devient impossible pour nombre d'entre eux de payer leurs factures de gaz, d'électricité, ou encore les produits de première nécessité, on ne peut se contenter d'un bricolage approximatif et de mesures éparses, inappropriées, lancées à la hâte au grès des caprices présidentiels. Ne nous y trompons pas: une prime ponctuelle de 1000 euros, qui ne touchera par définition pas la majorité des travailleurs, ne saurait constituer une réponse à la hauteur des besoins de cette "France qui souffre" si chère à Nicolas Sarkozy. Le Parti socialiste doit apporter une réponse claire, crédible, et concertée à ce problème. Il doit réaffirmer avec force que la question sociale constitue depuis toujours une préoccupation fondamentale qui a toujours guidé son engagement et contribué à définir son identité politique. Il est essentiel de montrer qu'il ne s'agit pas pour les élus du parti socialiste d'une préoccupation temporaire à visée électoraliste, mais véritablement d'une priorité pour le projet de société qu'ils portent, et que des solutions existent pour régler le problème du pouvoir d'achat.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Covid : en laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique, soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose