pascal terrasse
Député, Président du Conseil Général de l'Ardèche
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2011

La santé ne devrait pas être un combat, c'est un droit!

La santé est devenue un luxe pour un tiers des Français. Nicolas Sarkozy est en déplacement aujourd'hui à Carcassonne pour nous parler de santé et de l'hôpital. Les politiques de santé publique devront en effet être placées au cœur de la prochaine campagne présidentielle. Mais le bilan de la majorité présidentielle dans ce domaine est peu reluisant.

pascal terrasse
Député, Président du Conseil Général de l'Ardèche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La santé est devenue un luxe pour un tiers des Français. Nicolas Sarkozy est en déplacement aujourd'hui à Carcassonne pour nous parler de santé et de l'hôpital. Les politiques de santé publique devront en effet être placées au cœur de la prochaine campagne présidentielle. Mais le bilan de la majorité présidentielle dans ce domaine est peu reluisant. Le président n'a pas de quoi se glorifier, et devrait plutôt écouter les attentes des français, et prêter enfin attention au tiers de nos concitoyens pour qui la santé est devenue un luxe.

Les dernières études publiées sont en effet très alarmantes : les Français sont de plus en plus nombreux à rencontrer des difficultés pour se soigner, pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste, à renoncer à des soins pour raisons financières... La part de la population déclarant avoir dû renoncer à se soigner ou reporter des soins faute de moyens au cours de l'année 2011s'élève à 29%. C'est presque trois fois plus qu'en 2009. La France est aujourd'hui placée à l'avant dernier rang au niveau européen, devant la Pologne! Plus d'un français sur deux estime que notre système de santé ne garantit plus l'égalité d'accès aux soins médicaux pour tous les citoyens.

Or, la justice sociale exige que chaque citoyen ait accès à des soins abordables et de qualité.

Il s'agit d'abord de garantir les conditions financières de l'accès aux soins pour tous. De fait, une grande partie de la population fait face à un reste à charge important, qui retarde la consultation de médecins et entraîne des surcoûts importants à moyen terme. Il est donc essentiel de redéfinir des objectifs clairs de prise en charge intégrale des soins, fondée sur une évaluation micro-économique des exonérations ciblées existantes. Cela suppose aussi de redonner à la médecine de proximité et de premier recours toute sa place dans le système de prise en charge des maladies.

Il est également nécessaire de donner aux régimes complémentaires toute la place qui leur revient dans notre système de soin. Contrairement aux convictions de la majorité présidentielle, ils ne sauraient pallier le désengagement de l'assurance maladie sans que soit remis en cause l'ensemble du socle de solidarité nationale. La question se pose plutôt de les rendre aujourd'hui généralisés, comme ce fut le cas pour les retraites il y a près de 40 ans.

Il faut ensuite mettre un terme à la multiplication des dépassements d'honoraires, qui créent des barrières à l'accès aux soins et sont source d'inégalités majeures. Il faudra donc engager des discussions avec le corps médical dans son ensemble et les organismes complémentaires, de manière à encadrer les dépassements d'honoraires en les soumettant à des contreparties négociées.

Les problèmes d'accès aux soins ne se posent pas seulement en termes financiers: la répartition des professionnels de santé sur le territoire et entre les différentes spécialités constitue également un obstacle majeur . Il faudra donc agir pour résorber les déséquilibres démographiques et territoriaux en matière de répartition du personnel de santé, notamment des médecins généralistes qui sont souvent la porte d'entrée de notre système de prise en charge des malades. Les incitations financières ont montré leurs limites. Le développement de maisons de santé, associant soins et services médico-sociaux, où les médecins et infirmières pourraient au besoin être salariés par la conseils généraux semble plus prometteur. Cette mesure devrait s'accompagner d'une délégation de tâches administratives et médicales des médecins vers d'autres professions, notamment les infirmières.

Enfin, il faut réorienter notre politique de santé vers la prévention. Seul un français sur trois a effectué spontanément un bilan de santé au cours des 5 dernières années, alors que nous sommes parmi les mieux informés au monde sur les programmes de surveillance de la santé... Le problème ne vient donc pas d'un déficit d'information, mais bien d'un manque de volontarisme politique et d'investissement dans des programmes préventifs ciblés. Qu'il s'agisse de la prévention et du traitement des facteurs de risques les plus courants comme l'hypertension artérielle, de politiques de dépistage systématique pour certains cancers ou maladies, de la lutte contre le tabagisme ou l'alcoolisme, de l'éducation au "bien manger"... Notre pays est très en retard sur l'ensemble des dispositifs de prévention qui devraient être déployés.

Il est temps d'adopter une loi quinquennale de santé publique comportant un volet de prévention obligatoirement intégré dans les lois de financement de la sécurité sociale. Rappelons que la prévention n'est pas simplement un enjeu de santé publique : elle permettra de mieux maîtriser les coûts associés au traitement de maladies, y compris chroniques, en les dépistant et les traitant de façon précoce, avant qu'elles ne se développent et s'aggravent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — International
Thales est soupçonné de transfert de technologies à la junte birmane
Le groupe de défense européen entretient un partenariat étroit avec le conglomérat indien Bharat Electronics Limited, fournisseur important de l’armée birmane. De nombreux éléments laissent penser qu’il pourrait violer l’embargo sur les livraisons d’armes. Trois ONG l’interpellent.
par Côme Bastin
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé