Dire et philosopher contre l'emprise et la captation

Qui peut encore faire cours, instruire, enseigner et exercer son jugement critique face aux outils connectés ?

 

DIRE ET PHILOSOPHER CONTRE L’EMPRISE ET LA CAPTATION

 

 

Qui peut encore faire cours face aux téléphones portables ?

 

Il suffit que les parents aient dès longtemps fini de s’adresser à leurs enfants pour que la captation passe par l’écran portable.

 

L’élève dont les parents ont failli à l’éduquer et dont les enfants jouent avec des écrans depuis qu’ils sont nourrissons ne pourront jamais porter attention à un maître rigoureux qui procède graduellement et par étape auprès d’un public large et varié.

 

Les élèves surtout les enfants des classes dominantes se perçoivent comme des isolats déjà richement dotés puisque gavés d’images et surtout de satisfactions. Les Google, Amazon, Facebooke et Amazon ou autre Netflix les renvoyant en boucle vers leur propre capture d’informations passées. Celles que mémorisent et instrumentalisent les « Big datas »…

 

Or apprendre à l’école n’a jamais consisté à se renvoyer le miroir identitaire de sa propre singularité mais au contraire à disposer du loisir de se reconnaître comme autre. C’est à dire se reconnaître la force de l’altérité, la puissance et le droit d’être différent de sa différence. Se frotter à soi, certes mais aussi aux autres et au monde. Ces rencontres passent par des paroles échangées, des gestes et des signes partagés dans une réciprocité libre, aléatoire et joyeuse celle d’un rapport aux textes, aux maîtres et aux camarades de récréation. Aux camarades !...

 

La redoute avancée de la société consommatrice de masse est l’élève privilégié et richement doté qui arrive en classe gavé de sa certitude d’être le meilleur car mieux apprêté par ses nombreux colifichets, nourri de la morgue de ses parents ou aussi bien de leur misère sociale signée par la dépendance aux produits de marques qui exigent des enfants qu’ils se fondent aux dominants - qui les dominent ce faisant ! –en leur achetant des fringues et des téléphones portables dernier cri !

 

Tous les effets de l’envie, de l’insatisfaction et de la vanité que dénonçait déjà Jean Jacques Rousseau !

 

Comment le maître ou la maîtresse peut-il même faire sens là où l’asservissement est a priori la norme et la forme achevée de l’adaptation comme aliénation non conscientisée c’est à dire consentie ?

 

Les formes de vie imposées sont au fond consensuelles, la vie ne doit pas être éprouvée comme une lutte, surtout pas comme une forme de survie - ce serait déchoir - mais une fusion si possible béate au consumérisme et à la satisfaction de se consumer soi même comme forme aboutie du produit lui même. Le champs social produisant la conviction qu’être ne consiste qu’à s’identifier aux produits les plus rémunérateurs des classes possédantes : l’objet luxueux, du luxe, mais surtout sans luxure ! Être, n’est qu’être possédé et non surtout pas dépossédé de soi. L’illusion majeure, le discours maître est de se proclamer en possession de tout, c’est à dire satisfait et repu. En fait parfaitement dépossédé, abruti, hébété, stupide.

 

Forme pure de la clôture de soi : ne pas se savoir aliéné.

 

Le but de la destruction Blanquer du lycée est d’ailleurs bien que le lycéen dès 16 ans n’ait plus à s’instruire ou à se former mais à se conformer déjà à un itinéraire validant son propre « projet » d’adaptation à ce que le bassin d’emplois eux-mêmes volatiles, lui proposera peut-être encore un jour.

 

Il s’agit donc de produire des invalides, totalement handicapés par la perte de tout moyen d’identification propre à quelque désir que ce soit. N’être plus personne. Pour ne pas être dévoré, se proclamer soi-même « personne » comme Ulysse.

 

Modelage, usinage, laminage. C’est la spécialité de ce monde qui vise à rendre spécial.

 

Or la philosophie n’est pas une spécialité mais une discipline générale, un rapport certes spécial, mais à soi-même aux autres et au monde. Elle est au sens propre une discipline générale. Elle offre à chacun la possibilité de s’armer d’outils pour exister, pour se tenir au devant de soi à ouvrir un chemin pour faire sens parmi et avec les autres, par et pour soi au sein de la multitude pour au mieux constituer un sens commun, se constituer comme peuple. Celui-ci n’est jamais donné mais à conquérir et reconquérir sans cesse comme la liberté elle-même. Raison d’être, raison populaire.

 

Versus VR : Virtual Reality ou plutôt Vider le Regard ! Comme les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine ou mieux les sels de lithium. Avider. Tel est l’actuel processus éducatif et social.

 

Olivier Ertzscheid, enseignant chercheur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nantes note que 52 % du trafic internet mondial est généré par des bots, des faux utilisateurs donc. Des fermes à clics où des centaines, ou des milliers de téléphones portables regardent et « likent » en boucle la même vidéo ou attribuent des étoiles à telle ou telle application…

 

Hannah Arendt dans un entretien de 1974 sur la question du totalitarisme écrivait ceci : 

« Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croît plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité de penser et de juger. Et, avec un tel peuple, vous pouvez faire ce qu’il vous plaît. »

 

 

« Il n’est pas inutile à des élèves, surtout au terme de leurs études, de voir leur professeur penser en quelque sorte devant eux et de s’exercer à penser eux-mêmes avec lui. Il leur est plus utile encore de sentir qu’il ne leur dit que ce qui lui paraît vrai et qu’ils n’auront à répéter que ce dont ils seront persuadés eux-mêmes. Nos classes de philosophie sont avant tout aujourd’hui […] une école de sincérité » .

Jules Lachelier.

 

 La plus perfide manœuvre des ennemis de l'école laïque, c'est de la rappeler à ce qu'ils appellent la ''neutralité'', et de la condamner par-là à n'avoir ni doctrine, ni pensée, ni efficacité intellectuelle et morale. En fait, il n'y a que le néant qui soit neutre […]. Rien n'est plus facile que cette sorte de neutralité morte. Il suffit de parcourir la surface des choses et des événements sans essayer de rattacher les faits à des idées, d'en pénétrer le sens, d'en marquer la place […]. Le difficile, au contraire, pour le maître, c'est de sortir de cette neutralité inerte sans manquer à la justice [...].

 

(Jean Jaurès, « Revue de l'enseignement primaire et primaire supérieur », octobre 1908).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.