CHRONIQUE DU TROUBLE

Dans une traversée de l'infime pensée par Thierry Raspail, d'un dépli surgît un carré d'arbres, le velouté de Jan Kopp y fermente.

 

R E P L I S   D ’ A R B R E S

 

 

L’infime déchirure

Foisonne au trait

 

Un gratton fermente

Au sol dévoré

 

L’intime émerge rond de l’outrance

Tandis que l’espace traîne en bandes colorées

 

Comme le pli

Rêve sa levure inversée

 

 

Pascal Verrier

 

Dans l’exposition « Chronique du trouble » à la galerie des filles du calvaire 75003 Paris

J A N   K O P P

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.