Égalitarisme politique et citoyen

Ce qui suit est issu de conversations sur Facebook, sauf mon idée de revenu d'existence à cumul plafonné, qui s'est en partie construite grâce aux réseaux sociaux mais que je portais en moi depuis fort longtemps déjà.

Pour avancer vers ceci, il va falloir y aller progressivement, non ? :
Soins de santé gratuits, droit de vivre inconditionnel, citoyenneté inclusive et égalité des revenus.
...
Si tu soutiens le mérite des plus forts, c'est-à-dire des plus productivistes et polluants au détriment du mérite des plus faibles, c'est-à-dire de ceux qui veulent juste de l'écologie et des choix dans leur vie, tu es inégalitariste, méritocrate, tu ne respectes pas la différence et le choix. Je rappelle que Hamon d'ailleurs a dit pendant la campagne présidentielle que Macron serait un marche-pied pour l'extrême-droite. Quant à douter du fascisme de l'extrême-droite hahaha laisse-moi rire.
Une société seulement méritocrate est génocidaire. Il faut toujours de l'égalitarisme, et suffisamment, pour construire une société civilisée, intelligente, complémentaire, écologique.
...
Si le luxe c'est la qualité alors je veux le luxe pour tous et pour toutes les bourses.
Si le luxe c'est des produits durables réparables recyclables alors je veux le luxe pour tous.
Et si le luxe c'est de la technologie qui pollue peu alors je veux le luxe pour tous.
C'est vraiment trop dur à imaginer ça ? et à mettre en place progressivement ? pour peu que tout le peuple en aie conscience ! Et tous les peuples. Au lieu de dire ha oui mais il a le capital alors je travaille pour lui et je suis content même si je fabrique des objets inutiles ou de la merde obsolescente ? Le luxe c'est quoi ? des avions des kalachs ? des perles des bijoux ? des voitures qui vont à 300 kms/h ? qu'est-ce qu'on en a à foutre de ce luxe-là ? Je ne vois qu'un luxe : ce qui dure et ne donne pas de soucis.
...
Le revenu d'existence à cumul plafonné, moyen de passer de la méritocratie à l'égalitarisme. Le principe est simple : le revenu d'existence est donné à tous et remboursé au-dessus d'un certain plafond de cumul de revenus. Par exemple on peut imaginer un revenu d'existence de 2000 euros qui remplacerait plein d'aides conditionnelles existantes, avec un plafond de cumul de 4000 euros. Ce qui veut dire que celui qui perçoit 4500 euros rembourse 500 euros de son revenu d'existence. On fait la somme revenu d'existence + autres revenus et on applique le plafond de cumul.
...
Je suis contre le sacrifice et la souffrance, je veux qu'on construise une société du plaisir. Et on peut le faire. Si étudier est une souffrance alors n'étudions pas ou étudions moins. L'écologie y gagnera sans doute. Et puis tous ces brevets, copyrights nous empêchent de partager le savoir et la productivité. L'humanité court à sa perte dans cette direction-là.
Des personnes qui n'ont rien fait et ne font rien ça n'existe pas, et si on se permet de penser que ça existe, on ne peut en attribuer la faute qu'aux inégalités, aux irrespects de l'enfant, des adultes, des humains en général. Les gens ont des dons naturels, et c'est la société qui leur permet de les développer ou qui exige le refoulement de ces dons.
La psychologie et la psychanalyse sont encore au fond des abysses capitalistes. Pas grand-monde ne s'y intéresse. Les présidents, le système pyramidal est complètement ignorant de la psyché. Ou bien elle est récupérée non au service du bien-être mais au service du sacrifice inutile, de la souffrance improductive et polluante. Il ne suffit pas de produire, la vie ne se résume pas qu'à produire. Il faut aussi bien manger bien dormir et le reste.
Et puis produire quoi ? Si produire se résume à produire des souffrances et des contraintes, ça devient un cercle vicieux puisque ces souffrances vont créer des besoins et désirs inutiles.
Je ne crois pas que le sadisme et le masochisme soient nécessaires à la distraction de l'être humain.
Quand je dis progressivement, oui je parle de progrès. Mais j'ai une utopie pour orienter le progrès. Mon progrès n'est pas anarchique. Il n'est pas destructeur pour l'humain et sa planète. Il a un objectif. L'objectif c'est l'égalité. Car l'équité est subjective. Elle est relative à la loi du plus "fort" ou plutôt du plus riche, du capital, la loi du passé quoi.
Les méritocrates, à la poubelle ! (lol) Vive l'égalitarisme ! Égalité, fraternité, liberté ! L'égalité crée la fraternité qui engendre la liberté. Ou bien ça se fera ou bien cette planète mourra prématurément.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.